Le dispositif CIFRE, de plus en plus mobilisé en sciences humaines et sociales

Les CIFRE, seulement pour les ingénieurs ?

Des inégalités sciences humaines/sciences dures sont ici manifestes, si l’on considère que 42 % du total des CIFRE obtenues en 2012 relèvent de deux domaines scientifiques : les sciences de l’Ingénieur et les Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication.

Cependant, si des CIFRE en lettres, langues et Arts restent marginales, les sciences humaines et sciences sociales représentent bien 24 % des bourses CIFRE accordées en 2012. Le droit, l’économie et les ressources humaines constituent encore probablement les deux-tiers de cet ensemble. Mais la sociologie, l’urbanisme, la géographie sont des disciplines en sciences humaines également très présentes dans les CIFRE : les stages effectués en master apparaissent souvent déterminants dans la perspective d’une CIFRE, comme la veille des appels d’offre proposés sur les sites des grands groupes ou via l’ANRT. Bref, l’obtention d’une CIFRE ou d’une thèse, hors des financements universitaires classiques, s’apparente bien à une recherche d’emploi de plusieurs mois, demandant de démarcher les entreprises avec un projet, mettre en place une veille des sites d’appels d’offre, sans centralisation et consistant souvent dans la recension des offres d’emploi proposées au sein des entreprises visées.

Il faut bien mesurer l’intérêt pour une entreprise que représente un recrutement en CIFRE, en termes d’image et d’innovation, en termes financiers : si l’entreprise recrute en CDI ou pour un CDD de 3 ans un diplômé de master avec un salaire brut minimum annuel de 23 484 euros (1 957 euros/mois), elle reçoit en contrepartie pendant trois ans de l’Association nationale de la recherche et de la technologie (A.N.R.T.), au nom de l’Etat, une subvention annuelle de 14 000 euros, soit 790 euros/mois de salaire brut à la charge de l’entreprise.

L’évaluation du dossier de validation du financement CIFRE

Dans la plupart des cas, l’entreprise soutient un projet de recherche proposé par un doctorant qui l’a démarché, à la charge pour le doctorant ensuite de trouver un laboratoire de recherche extérieur à l’entreprise, assurant son encadrement scientifique. Le dossier de demande de validation du financement doctoral en CIFRE doit ensuite être déposé auprès de l’ANRT au cours de l’année, pour un délai d’instruction d’environ trois mois. Un comité d’évaluation valide ou non le dossier suite à deux expertises, l’une confiée au délégué régional à la recherche et à la technologie de la région de l’entreprise, qui vérifie la solidarité de l’entreprise au projet de recherche. L’autre, réalisée par un spécialiste de la discipline de recherche, évalue la qualité scientifique et la pertinence du projet proposé et la solidarité du laboratoire scientifique au projet de recherche du candidat.

Les chiffres d’insertion professionnels des doctorants en CIFRE sont parmi les plus flatteurs : 93 % des doctorants, toute discipline confondues, soutiennent leur thèse. 96 % d’entre eux obtiennent un emploi dans la première année suivant la soutenance.

Pour plus d’informations, lire le rapport ministériel d’évaluation publié le 2 mars dernier sur le dispositif CIFRE  :

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid22130/les-cifre.html


4 réflexions au sujet de « Le dispositif CIFRE, de plus en plus mobilisé en sciences humaines et sociales »

  1. JE SUIS UN DOCTORANT AU MAROC EN INGENIEURIE PÉDAGOGIQUE . COMMENT PUIS-JE BÉNÉFICIER D’UNE MOBILITÉ ET DE VOTRE PROGRAMME CIFRE ?
    MERCI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *