Les contrats doctoraux délivrés par les Écoles Doctorales et les autres financements

Troisième partie du compte-rendu de la réunion du 27 février 2014 sur le Contrat Doctoral Unique (CDU), avec Jennifer Randall et Eric Freyssingeas, responsables du suivi des contrats doctoraux respectivement en lettres et sciences humaines et en sciences exactes à l’ENS de Lyon. Focus sur les contrats doctoraux des Écoles Doctorales et les autres types de financement existants.

Les contrats doctoraux des Écoles Doctorales

En sciences dures, les contrats doctoraux des Écoles Doctorales restent très nombreux (près d’un pour 2 candidats), tandis qu’en LSH ils sont beaucoup plus rares : 1 ou 2 par an par discipline. Le statut est celui du contrat doctoral unique, équivalent d’un C.D.D. de 3 ans, régi par le décret 2009-464 du 23 avril 2009. Idem que pour le contrat normalien spécifique.La rémunération est également de 1370 euros net par mois, soit avec l’ACE = 1643,62 euros net.

Le calendrier de dépôt de dossier de candidature est différent selon les universités (souvent en juin) : il faut se renseigner très en amont sur les dates de dépôt de dossiers au sein des Écoles Doctorales dont dépend le laboratoire de recherche que l’on souhaite intégrer (celui du directeur de thèse). Il est désormais impératif d’avoir soutenu son M2 au mois de juin de l’année de dépôt de dossier, c’est-à-dire avant la clôture des dépôts de dossiers de candidature auprès des Écoles Doctorales. Une pré-sélection des dossiers puis une audition auprès de l’équivalent d’un jury de thèse permettent de procéder à une sélection définitive. Les principes de rédaction et les pièces requises (projet de recherche, renseignements administratifs, CV, lettre de recommandations) sont les mêmes que pour les contrats spécifiques normaliens, hormis la feuille de localisation.

A ces contrats par établissements universitaires, où la sélection des candidats se fait au mérite (projet scientifique et cursus) pour un nombre de place très limité, s’ajoutent des contrats « fléchés », attribués à des équipes de recherche, notamment des laboratoires d’excellence, dépendant de l’École Doctorale. L’équipe de recherche concernée est chargée de la sélection des dossiers ; le jury de l’École Doctorale intervient ensuite pour l’audition et le classement des candidats proposés.

Les contrats de recherche

Divers organismes, par exemple l’Agence nationale de la recherche scientifique, European Research Council, BDI (CNRS, Inserm, Inria), CEA, etc… diffusent dans les départements disciplinaires concernés et sur leurs sites internet des appels d’offre de financement de recherche et de thèse.

Les allocations attribuées par les Régions

Elles sont importantes en nombre. Elles se présentent également souvent sous la forme d’appels d’offres ciblés pour un champ de recherche donné, souvent plus ciblés pour les sciences dures, mais présentes en LSH néanmoins, à l’exemple en Rhône-Alpes des financements attribués dans le cadre du dispositif ARC. Les appels sont consultables en ligne sur les sites des Régions.

Pour en savoir plus : Les thèses soutenues financièrement par la Région Rhône-Alpes (dispositif ARC)

Les contrats CIFRE

Le dispositif CIFRE (Conventions Industrielles de Formation à la Recherche) établit une convention entre trois acteurs : l’employeur, une structure appartenant au monde socio-économique souhaitant développer une activité de recherche, qui peut être une entreprise, une association ou les collectivités territoriales ; un diplômé de grade master recruté par l’employeur pour une durée d’au moins trois ans et qui s’engage à soutenir une thèse ; un laboratoire de recherche, extérieur à l’employeur ou le cas échéant au groupe dont celui-ci dépend, qui est chargé de l’encadrement scientifique du doctorant.

Parmi les doctorants disposant d’un financement direct, 11 % ont obtenu une convention CIFRE, selon une croissance régulière du nombre de doctorants concernés, à l’exception d’une légère baisse en 2008, dans le contexte de crise. EN 2012, ce sont donc 1350 nouvelles CIFRE qui ont été financées par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. La moitié de ces doctorants sont accueillis dans des grands groupes de plus de 5000 salariés, principaux pourvoyeurs de dispositifs CIFRE.

Pour en savoir plus : Le dispositif CIFRE, de plus en plus mobilisé en sciences humaines et sociales

Diverses allocations de recherche

Il existe encore d’autres possibilités de financer sa thèse, par l’intermédiaire de bourses et allocations. Par exemple :

– Bourse de l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie)

– Comité pour l’Histoire des chemins de fer

– Associations pour la Recherche Médicale

– Fondation Thiers pour des thèses déjà en cours (pour en savoir plus : Et si vous vous faisiez financer votre 4ème année de thèse ?)

– Programme Fulbright, pour des thèses supposant un séjour aux USA…

En dresser une liste exhaustive comme en avoir une idée exacte paraît très difficile. Il n’y a pas encore de portail répertoriant l’ensemble de ces financements n’émanant pas du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Différents moteurs de recherche ont cependant été mis en place, le plus complet étant celui de l’ANRT pour les CIFRE ou encore celui d’une jeune association de doctorants la TAFER, militant pour la transparence et l’information autour des sources de financements (Article à venir). L’accès à ces sources de financements suppose une véritable démarche de recherche d’emploi, alliant un projet de thèse défini et soumis dans les différentes procédures de sélection ou une capacité d’adaptation aux projets de recherche déjà définis financés dans le cadre d’un projet scientifique plus large.


Une réflexion au sujet de « Les contrats doctoraux délivrés par les Écoles Doctorales et les autres financements »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *