Le contrat doctoral unique, une réalité pour une minorité de doctorants ?

Première partie du compte-rendu de la réunion du 27 février 2014 sur le Contrat Doctoral Unique (CDU), avec Jennifer Randall et Eric Freyssingeas, responsables du suivi des contrats doctoraux respectivement en lettres et sciences humaines et en sciences exactes à l’ENS de Lyon. Présentation générale des différents financements.

Derrière les CDU, une disparité des financements de doctorat

Parmi les trois doctorants d’Enthèse présents aux côtés de Jennifer Randall et Eric Freyssingeas, responsables des contrats doctoraux en SHS et SEE à l’ENS de Lyon, nous avions une allocation de recherche attribuée par la Région, un contrat spécifique de l’ENS, un contrat doctoral de recherche. Les deux derniers sont juridiquement des contrats doctoraux uniques.

La presse a beaucoup parlé du CDU en 2009, et pour cause, il venait d’être créé par décret ministériel du 23 avril après une longue négociation. Il était déjà clair que l’institution du CDU n’était pas destinée à revenir sur la multiplication des situations de financements des doctorants. L’institution du contrat doctoral unique a en fait consisté dans la formalisation d’un réel contrat de travail, équivalent à un C.D.D de trois ans, liant un établissement universitaire ou administratif de recherche à un doctorant, en remplacement de l’allocation de recherche ou du monitorat d’initiation à l’enseignement supérieur.

Le financement du doctorat : l’apanage d’une minorité ?

Les chiffres nationaux restent toujours flous sur cette question du financement doctoral. Une enquête de 2012 menée au sein des doctorants des établissements universitaires de Rennes montre l’importance des thèses non financées, notamment en Art, Lettres et Langues (ALL).

Sur un échantillon de 106 doctorants en lettres et sciences humaines de l’Université de Rennes, 37 déclarent avoir un financement direct (allocation de recherche, CIFRE, ARED, contrat doctoral),  40 ont un financement indirect parce que déjà salariés ou retraités. 29 sont sans financement, 20 % des doctorants en SHS contre 40 % en ALL. On se rapproche du chiffre évoqué par Jennifer Randall pour les lettres et sciences humaines au sein de l’université de Lyon : moins de la moitié des doctorants disposerait d’un financement direct. La proportion de thèses sans financement spécifique est encore plus grande en ALL.

De plus en plus, les universités demandent lors de l’inscription que soit justifié le mode de financement de la thèse. Mais les chiffres montrent bien qu’un certain nombre de doctorants cumulent un travail avec l’inscription en doctorat (cas des professeurs du secondaire ou des conservateurs de musée).

Pour en savoir plus : Lire le rapport sur les conditions de vie et de travail des doctorants fait par l’Université européenne de Bretagne (2010)   

Rendre visible toutes les sources de financements possibles : une gageure

La réunion d’information du 27 février dernier revenait sur les différents types de financements directs auxquels il faut penser et mobiliser pour entamer une thèse. Trois grands types ont été distingués :

– les contrats doctoraux et post-doctoraux à destination des élèves et étudiants des ENS et de l’Ecole polytechnique, qui bénéficient, proportionnellement à leur nombre, du plus fort contingent de contrats doctoraux

– les contrats doctoraux attribués par les Écoles Doctorales

– Les nombreux autres financements existants  (contrats de recherche, CIFRE, etc.).

Dans cet ensemble, le Contrat Doctoral Unique représente… une minorité des financements de thèse, ceux dépendant des allocations du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, délivrés principalement par les Écoles Doctorales et les ENS. Mais bien d’autres financements de contrat sont possibles, notamment via l’ANRT (Association Nationale de la Recherche et de la Technologie). Des chercheurs peuvent déposer des projets et avoir des financements de thèses. A peu près 50 % des thèses scientifiques sont financées de cette manière (ANR et Région notamment). 11 % des doctorants financés en 2012 ont par ailleurs obtenus un financement en CIFRE.

Des sciences dures aux sciences humaines : deux pratiques de doctorat, deux pratiques de financement

A ce peu de lisibilité des voies de financements, il faut ajouter l’éclatement de l’information et des pratiques, selon les structures et selon les disciplines. Cultures doctorales scientifiques et littéraires s’opposent. L’une des plus vives critiques qui a été formulée contre l’institution du Contrat Doctoral Unique est précisément la non prise en compte de pratiques doctorales n’ayant rien à voir des sciences dures aux sciences humaines ou encore littéraires et les inégalités bien connues entre disciplines dans l’obtention d’un financement.

Jennifer Randall et Eric Freyssingeas ont ainsi pu revenir sur cette inégalité dans l’accès au financement doctoral. On compte ainsi par exemple très peu de contrats doctoraux dans les Écoles Doctorales de LSH par rapport aux Écoles Doctorales de sciences : si l’on prend l’exemple des établissements universitaires de Lyon, on compte une vingtaine de contrats par École Doctorale (ED) en sciences dures pour une quarantaine de candidats contre seulement quatre ou cinq en moyenne par année au sein des ED de lettres et sciences humaines, pour le même nombre de candidats.

Dans les disciplines scientifiques,  le doctorant prend les sujets proposés par le directeur de thèse, inscrits dans un contexte de recherche particulièrement formalisé. Le choix de recherche n’existe pas vraiment lorsqu’on est face à des dispositifs expérimentaux où une manipulation sur table suppose un budget de recherche de plusieurs dizaines de milliers d’euros, notamment en physique. En LSH, il reste une dimension d’œuvre personnelle dans la thèse, là où en science, le sujet a une existence avant et après le travail du doctorant. La thèse en science se spécifie peut-être par suite plus fortement comme une expérience professionnelle, suivie d’un post-doc pour rentrer au CNRS, à l’université, à l’Inserm ou trouver un emploi dans le privé.

La fréquentation des chercheurs du laboratoire est quotidienne pour des doctorants en sciences dures. En LSH, dans la plupart des cas, le contact avec le directeur de thèse est bien moins fréquent.  L’intégration dans un laboratoire n’est pas forcément sentie, le rapport est plus abstrait. Une négociation implicite ou explicite doit être faite sur ce temps d’échange avec le directeur de thèse ou le laboratoire. D’où l’importance du choix du directeur de thèse, qui ne doit pas être « surchargé » de doctorants pour rester disponible. Dans tous les cas, en sciences dures ou humaines et littéraires, la reprise du sujet travaillé en master 2 n’est pas systématique : le changement peut être profitable.

Pour aller plus loin

Les articles proposés en lien ci-dessous reprennent la présentation des différents types de contrats abordés lors de la réunion du 27 février dernier ainsi que d’autres financements particuliers et des outils utiles  à la recherche d’un financement.


2 réflexions au sujet de « Le contrat doctoral unique, une réalité pour une minorité de doctorants ? »

  1. « Les chiffres nationaux restent toujours flous sur cette question du financement doctoral. »

    Le ministère en charge de la recherche publie pourtant régulièrement des données à ce sujet.

    Par exemple :
    – tableau 4 de la fiche 34, page 81 du rapport « L’état de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France » (http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/etat_du_sup_en_2013/41/6/EESR_2013_Complet_116_web+index_250416.pdf)
    – page 45 du rapport « L’état de l’emploi scientifique en France » (http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Personnels_ens._sup_et_chercheurs/41/6/EES2013_261416.pdf)
    – tableau de la page 8 de la synthèse sur l’évaluation des écoles doctorales de la vague D par l’AERES : http://www.aeres-evaluation.fr/content/download/13523/193461/file/Synth%C3%A8se%20ED%20Vague%20D.pdf

    Les autres indicateurs du tableau apparaissant dans ce dernier lien (« Doct/HDR », « moyenne des max », « durée des thèses en mois », « taux d’abandon », « taux d’insertion ») sont intéressants vis-à-vis de la réflexion développée dans l’article à propos des différences de pratiques entre disciplines de recherche.

    Alors que l’ancienne « thèse d’état », oeuvre d’une vie, a été remplacée dans la législation et la réglementation françaises par une expérience professionnelle de recherche de trois ans permettant l’acquisition d’un ensemble spécifique de compétences par la pratique de la recherche (article L612-7 du Code de l’éducation et Arrêté du 7 août 2006 relatif à la formation doctorale), est-il bien raisonnable de continuer dans certaines disciplines à encourager les thèses longues, peu encadrées, marquées par un fort taux d’abandon et une plus-value limitée pour la poursuite de carrière des docteurs ? Quelles bonnes pratiques permettraient à la fois d’améliorer ces critères, et d’augmenter les taux de financement des doctorants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *