La campagne des ATER : comment et pourquoi postuler ?

Notes prises à partir d’une réunion d’Information Enthèse animée par Gabriel Garrote – février 2014.

Statut et financement

Les ATER (Attachés temporaires d’Enseignement et de Recherche) permettent aux doctorants en fin de contrat doctoral ou aux docteurs en recherche de poste d’assurer une transition financière et professionnelle entre le contrat doctoral et un poste de maître de conférences.

Un doctorant peut y prétendre à partir de la 3ème année de thèse, y compris après sa soutenance.  D’une durée d’un an, le contrat est renouvelable une fois pour les jeunes chercheurs non-lauréats des concours d’enseignement. Les contrats sont de 3 ans, renouvelables une fois, pour les certifiés, agrégés, membres de la fonction publique.

À temps complet, le service est de 128 heures de cours magistral – CM – (ou 192 heures de Travaux dirigés –TD-) pour un salaire net en 2013 de 1693,85 €, auquel s’ajoute une prime de recherche versée en une ou deux fois de 1228,93 €. Il est également possible d’exercer ses fonctions à temps partiel (64h CM = 96 h TD) pour un salaire de 1228,93 € (la prime est alors divisée par deux). Les demi-postes sont de plus en plus rares, car plus coûteux pour les établissements (50 % d’un temps complet pour 75 % de son salaire). Il peut représenter un avantage à ne pas négliger du fait de la disponibilité qu’il assure à un doctorant en fin de thèse. Toutefois, certaines universités proposent désormais des postes (complets ou partiels) sur un seul semestre, de 6 à 8 mois. Ce qui n’est pas toujours intéressant financièrement même si l’expérience demeure des plus profitables du point de vue de l’expérience. Il est ainsi nécessaire d’être extrêmement attentif aux conditions du poste auquel on candidate.

Ces postes sont de façon générale plus intéressants que ceux de vacataires, d’une part, financièrement, et, d’autre part, en ce qu’ils sont une sorte de titularisation, l’ATER faisant officiellement partie du personnel de l’université. Ce sont des postes très prisés, car pour ainsi dire indispensables dans un CV universitaire, en vue d’obtenir la qualification. C’est pourquoi il est conseillé de faire de très nombreuses demandes.

Les lecteurs et maitres de langue, une autre possibilité de financement

Réservés aux linguistes ayant la double nationalité, n’ayant pas la nationalité française ou pour les Français bilingues, ces postes ne font pas l’objet d’une publication officielle. Il faut donc présenter des candidatures spontanées dans les universités pour les obtenir. Le dépôt d’un CV et d’une lettre de motivation directement adressée au directeur de l’UFR peut alors se faire dans toute université où une langue est enseignée. Si le poste de Maître de langues est l’équivalent d’un poste d’ATER, le lecteur, lui, doit effectuer 300 heures équivalentes TP (laboratoire de langues) ; il peut faire des TD (cours de langue), à hauteur de 100 heures maximum dans le service.

Calendrier des candidatures

La campagne de publication des offres d’ATER est très échelonnée, les postes paraissent en général entre février-mars et juillet ; mais la libération tardive de postes (au cours du premier semestre) est toujours possible, pour cause de désistement de dernière minute d’un professeur nouvellement recruté. Une seconde campagne a parfois lieu dans certaines universités… la surveillance régulière des sites internet dédiés est la meilleure façon de s’assurer de ne pas laisser échapper une offre.

Il est conseillé de se connecter en priorité sur le site du  ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche nommé « Galaxie ». Ce site regroupe en théorie l’ensemble des postes d’ATER de France à pourvoir pour l’année à venir. Cependant, certaines informations ne sont pas toujours présentes sur le site, aussi est-il préférable de surveiller en parallèle les offres d’emploi sur les sites des différentes universités.

Candidater

Une première étape est de s’inscrire sur le site de Galaxie, dans l’onglet en haut droite de la page d’accueil du site : « accès qualification/recrutement».  Pour les postes d’ATER, il faut ensuite se rendre sur le module « ALTAIR», puis à la fois se reporter au guide d’utilisation ALTAIR fourni sur le site et suivre la procédure indiquée afin d’y créer un profil. Un dossier en ligne est demandé pour chaque poste demandé, même si certaines pièces fournies sont identiques.

Un deuxième dossier papier doit ensuite être envoyé. En plus du CV universitaire comportant les publications, articles et participations à des colloques et conférences, d’une lettre de motivation, les photocopies des contrats et diplômes obtenus, un résumé de la thèse est souvent demandé, ou encore une attestation du directeur de recherche et divers autres documents signés, dont la nature peut varier d’une université à l’autre. Tous les documents doivent par ailleurs recevoir le tampon de l’École Doctorale de rattachement.

La préparation des différents dossiers de candidature est longue (compter plus de 15 jours voir plus d’1 mois suivant le nombre de demandes) et doit donc être fortement anticipée. Elle est d’autant plus longue qu’il est préférable de motiver chaque candidature en fonction des profils attendus ou des laboratoires existants.

Le recrutement

Rares sont les universités qui auditionnent, le dossier est souvent le seul élément déterminant. Une grande attention doit donc être portée au CV et à la lettre de motivation. Parmi les informations retenant l’attention sur un profil, l’enseignement prime de beaucoup sur la recherche. Il est donc recommandé de détailler les cours donnés auparavant (nature, nombre d’heures, niveau) : donnez l’éventail le plus large possible de compétences en matière d’enseignement et mentionnez tous les types d’enseignements (même hors-universitaires).

Quelques conseils pratiques

Sur le dossier lui-même

– Il faut être vigilant sur les pièces demandées, car un dossier incomplet n’est pas reçu.

– Lors de la phase de préparation des dossiers, il est important de vérifier la disponibilité de son directeur de recherche, afin qu’il ait le temps de vous délivrer une attestation. Il ne faut pas hésiter à ajouter une lettre type de recommandation, signée, quand bien même elle est n’est pas demandée.

Sur la stratégie de candidature

– Les candidatures spontanées sont une bonne chose, notamment dans la mesure où un poste peut se libérer au dernier moment.

– Les candidatures doivent être multipliées (ne pas seulement viser Lyon ou Paris…)

– Pour plus d’efficacité dans la démarche, il est fortement conseillé en amont de se faire connaitre des équipes de recherches que l’on souhaite rejoindre, prendre contact avec elle sous prétexte de renseignements.

– Il faut être prêt à bouger. Les délais pour confirmer une prise de poste sont courts le plus souvent, mais il est parfois préférable d’attendre la réponse pour un poste que l’on aurait privilégié dans une autre université ou de se renseigner sur l’échéance prévue pour cette réponse.

– Une fois le choix fait, il est déconseillé de se désister (les désistements sont souvent mal vus).

Pour en savoir plus

Parmi les sites ressources sur la condition d’ATER et les démarches à suivre :

–  La page officielle du ministère 

– « La Guilde des doctorants »


Une réflexion sur « La campagne des ATER : comment et pourquoi postuler ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *