carnet_recherche_enthese_doctorat

Les carnets de recherche, présentation

Ce billet est le premier d’un diptyque sur les carnets de recherche en ligne. Il s’agit d’une synthèse des principales réflexions menées autour du blogging scientifique francophone ces dernières années.

 

Qu’est-ce qu’un carnet de recherche ?

Marin Dacos et Pierre Mounier, du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO), proposent la définition suivante :

« mode de communication qui s’apparente au blog, mais dans un contexte professionnel de recherche et qui est complètement intégré aux pratiques de communication liées à la recherche » (Pierre Mounier, cité par Mélodie Faury, Le carnet de recherche, Infuse, nos rapports aux sciences, 5 décembre 2011).

Cette dénomination fait référence au carnet que le chercheur a pratiquement toujours à portée de main et dans lequel il note ses idées, ses données de terrain… Cependant, le carnet de recherche en ligne ne constitue pas exactement un portage numérique de ce carnet manuscrit[1]. Il y a plusieurs différences notables, la principale étant que le carnet en ligne est destiné à être lu par d’autres personnes que le chercheur.

Forme et contenu

Il n’existe pas un seul modèle de blog scientifique. Les carnets de recherche se caractérisent par une grande diversité.

  • Objectif : écrire pour soi-même, communiquer ses recherches, avoir une meilleure visibilité…
  • Contenu : journal de bord de la recherche, veille scientifique, compte rendu d’ouvrage, annonce, compte rendu d’événement scientifique…
  • Forme : billet court, synthèse, billet long et détaillé, contenu multimedia…
  • Rédacteur : chercheur, journaliste, étudiant, ingénieur d’étude ou de recherche, professionnel de bibliothèque, passionné de science…
  • Public visé, lectorat : communauté scientifique, étudiants, grand public…

Chaque blog scientifique a sa particularité. Selon la manière dont le chercheur se l’approprie, le carnet peut remplir différentes fonctions.

D’ailleurs, le carnet de recherche n’est pas forcément individuel. Il est possible de participer à des blogs scientifiques collaboratifs, par exemple dans le cadre d’un séminaire, d’un laboratoire junior ou d’une association de jeunes chercheurs (c’est le cas du blog d’ENthèSe).

Maîtriser sa communication scientifique

À la différence de certains sites web d’université ou de laboratoire (droit d’écriture limité, référencement perfectible, mises à jour peu fréquentes), le blog scientifique offre un fort contrôle sur la publication. Le chercheur a la maîtrise de l’édition, de la mise à jour du contenu, ce qui lui permet une meilleure réactivité.

«  Voie parallèle [qui] offre un rééquilibrage bienvenu[2] », le carnet de recherche constitue un espace de liberté singulier dans le paysage scientifique. Le chercheur peut s’affranchir des intermédiaires classiques (éditeur, revue, laboratoire) et s’adresser directement au lecteur. De nombreuses contraintes disparaissent alors : pas de date butoir, pas de normes relatives à l’écriture du texte, pas de processus d’évaluation/sélection… Contrairement au circuit classique, académique, de publications, le chercheur se place ici en position de décideur : c’est lui qui choisit le moment, le contenu, la forme de ce qu’il publie sur son carnet de recherche. Antoine Blanchard remarque ainsi que, dans certain cas, « le blog accélère la recherche en s’affranchissant du délai nécessaire pour écrire, soumettre et publier un article académique[3] ».

Marin Dacos et Pierre Mounier présentent le carnet en ligne comme la « maison numérique du carnetier[4] », c’est-à-dire un espace constitutif de l’identité numérique du chercheur. Le carnet peut être pour lui l’occasion de rassembler tout ce qui a trait à ses activités scientifiques : billets thématiques, annonce de communications, liste des publications, CV académique, parutions d’ouvrages, animation scientifique…

Pour un jeune chercheur, le carnet numérique est une bonne opportunité de se faire connaître dans la communauté scientifique. Cette visibilité accrue sur internet permet d’établir une certaine autorité sur son sujet et augmente ainsi les chances d’être contacté en vue de publications ou communications autour de ses thèmes de recherche.

Rendre la recherche visible

Seule une partie de la recherche est visible par le biais des publications académiques. Tout un pan de cette recherche n’est habituellement pas communiqué. Le carnet numérique permet de rendre public les non-dits de la recherche, des éléments qui généralement restent privés : collecte des données, difficultés rencontrées, questionnements…

Le carnet numérique est également un outil d’information scientifique : il donne à voir la recherche en train de se faire[5], sorte de work in progress. Il permet de suivre le parcours intellectuel du chercheur ; dans le cas d’un doctorant, de voir l’évolution de la réflexion au cours de la thèse. Les carnets de thèse constituent alors des journaux de bord d’une recherche en construction.

C’est aussi le témoignage d’ « une pratique scientifique ouverte[6] », qui montre que le chercheur n’est pas renfermé sur lui-même mais ouvert sur le monde. Espace de partage,  le carnet de recherche participe au dialogue entre science et société.

Un autre intérêt du blog scientifique concerne la transparence et la reproductibilité des travaux de recherche. En plus des références bibliographiques, le chercheur peut créer des hyperliens permettant l’accès à certaines données et sources primaires, afin que le lecteur puisse les consulter (on pense notamment aux textes ou images numérisés, par exemple sur Gallica).

De nouvelles formes d’écriture

Le carnet de recherche correspond à une forme de communication scientifique intermédiaire. C’est un entre-deux : entre les publications académiques et le carnet de notes personnel, « entre le brouillon et le texte rédigé[7] ».

Il n’y a pas de norme concernant l’écriture dans un carnet de recherche : celle-ci varie fortement selon les blogs scientifiques. La forme d’écriture utilisée dans les billets peut parfois être qualifiée d’oralisante. L’usage de la première personne du singulier permet d’affirmer son identité singulière et de reconnaître une certaine  subjectivité.

Là encore, pas d’obligation : certains carnetiers utilise le « nous », d’autres varient l’énonciation selon le type et le contenu du billet.

Par ailleurs, Éric Verdeil parle d’une rupture dans les formes écritures, qui est en partie liée au média et à l’évolution dans les pratiques de recherche, avec l’utilisation croissante des outils numériques : traitements de texte, logiciels divers, bases de données informatisées…

Le carnet de recherche permet de tirer parti des nouvelles possibilités offertes par le numérique : intégration de liens hypertextes et de différents médias (image, audio, vidéo). Cette richesse s’avère particulièrement bienvenue dans certaines disciplines : géographie (cartes), musicologie (sons), histoire de l’art (images)…

Un autre aspect lié à l’écriture concerne les commentaires. Le carnet peut aussi être le lieu d’un dialogue, d’échanges entre chercheurs ou avec un autre type de public. Les commentaires constituent un droit d’écriture pour le lecteur, permettant d’amorcer un dialogue. Il est souvent utile de lire les commentaires des billets, car on peut y trouver des éléments très intéressants complétant ou discutant le propos de l’auteur.

La question du niveau de discours et du contenu scientifique des billets se pose également. Certains carnets contiennent des billets assez longs, se rapprochant dans leur forme et contenu d’un article académique, avec notes de bas de page et références bibliographiques nombreuses. D’autres billets tiennent davantage de la vulgarisation ou de la médiation scientifique. Là encore, il n’y a pas de règle établie : au sein d’un même carnet peuvent très bien cohabiter des longs articles et des brèves annonces, des courtes réflexions et des synthèses.

Le carnet, espace pour structurer sa recherche

Le carnet de recherche joue un rôle important dans la construction de la recherche, il constitue un espace réflexif, où le chercheur peut lancer des idées, des hypothèses, susciter la discussion. Selon les mots d’Antoine Blanchard, le blog sert avant tout à mener la recherche avant de la documenter[8].

Ainsi, certains carnetiers écrivent d’abord pour eux et pas forcément pour être lu. L’écriture fait partie du processus de réflexion : « pour celui qui écrit, le texte final est souvent secondaire au vu de l’importance de l’écriture en tant qu’acte de production et de mise en en forme de la pensée[9] ». Le blog scientifique apparaît alors comme « une maïeutique, un accouchement de la pensée[10] » : les billets sont une première étape dans la construction  de la recherche, ils peuvent servir de fondations à des travaux plus élaborés : communications, publications, parties de la thèse…

Les commentaires apportés par les lecteurs, notamment de chercheurs d’autres disciplines sont souvent très utiles. Ils peuvent apporter des éclairages pluridisciplinaires, pointer une faiblesse, demander un éclaircissement, suggérer de nouvelles pistes, sources ou références bibliographiques.

Écrire régulièrement, avec des formats plus courts qu’un texte académique, permet aussi de limiter le phénomène de la page blanche. Le carnetier est conscient que c’est un travail en mouvement, qu’il y aura sans doute des erreurs, des corrections et compléments, une évolution de cette recherche.

Un espace de discussion entre chercheurs

Pour André Gunthert, le carnet de recherche a une fonction de séminaire virtuel ou permanent[11] : c’est un espace où l’on peut exposer des idées, avoir des retours de lecteurs, (chercheurs ou non) permettant d’affiner la réflexion, d’ouvrir de nouvelles pistes. Il convient cependant de nuancer un peu cette fonction : certains carnets sont le lieu de véritables échanges et débats par le biais des commentaires, alors que d’autres sont très peu commentés.

Antoine Blanchard se demande si le blog scientifique n’est pas « la pause-café du XXIe siècle[12] », car il permet de lancer des idées, discuter sur un mode semi-informel, suivre les uns et les autres, construire son réseau.

Si le carnet de recherche se rapproche du séminaire, il a l’avantage d’être plus stable, plus disponible. Alors qu’un séminaire est ponctuel, que la durée des échanges est limitée par les contraintes horaires de chacun, le carnet en ligne permet de continuer la discussion. Son format numérique offre la possibilité d’être lu dans le monde entier, aussi bien par des spécialistes que le grand public.

Pour aller plus loin :

Voici une liste de références (non exhaustive) sur le thème des carnets de recherche :

– Antoine Blanchard, Ce que le blog apporte à la recherche, in Marin Dacos (édit.), Read/Write Book. Le livre inscriptible, Marseille, OpenEdition press, coll. «Read/Write Book», 1, 2010, p. 157-166.

– Florence Bonifay, Clément Chillet, Éric Verdeil, Le Blogging scientifique sur Hypothèses, ENthèSe, ressources pour la thèse et au-delà, 7 janvier 2013.

– Jonathan Chibois, Écrire (publiquement) pour penser, Espaces réflexifs, 5 avril 2012.

– Marin Dacos, La conversation silencieuse, Blogo-numericus, 23 juillet 2009.

– Marin Dacos, Pierre Mounier, Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée, Lieux de savoir, T.2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, 2010.

– Marin Dacos, Pierre Mounier, « Le canon à idées. Les opportunités du numérique pour les jeunes chercheurs », in Moritz Hunsmann, Sébastien Kapp, Devenir chercheur – Écrire une thèse en sciences sociales, Éditions de l’EHESS, 2013, p. 251-268.

– Oriane Deseilligny, Matérialités de l’écriture : le chercheur et ses outils, du papier à l’écran, Sciences de la société, 89 | 2013, DOI : 10.4000/sds.224. En particulier la partie intitulée « Le carnet de recherche : une écriture scientifique libérée ? ».

– Mélodie Faury, Pierre Mounier, Comment écrire pour un carnet de recherche ?, THATCamp Paris 2012, Non-actes de la non-conférence des humanités numériques.

– Mélodie Faury, Le carnet de recherche, Infuse, nos rapports aux sciences, 5 décembre 2011.

– Mélodie Faury, Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue,  L’Infusoir, 3 juillet 2012.

– Mélodie Faury, Les carnets Hypothèses – Expériences et usages, L’Infusoir, 2 août 2012.

– André Gunthert, Why blog ?, in Marin Dacos (édit.), Read/Write Book. Le livre inscriptible, Marseille, OpenEdition press, coll. «Read/Write Book», 1, 2010, p. 167-171.

– André Gunthert, Le blogging académique, entre art et science, Culture visuelle, 14 octobre 2013.

– Julie Henry, Les commentaires : espace et outil de réflexivité, ou occasion d’exprimer ses marottes ?, Réflexivités, 4 février 2012.

– Loïc Le Pape, « Les jeunes chercheurs et le blogging scientifique », communication donnée au panel “Minor forms of academic communication: revamping the relationship between science and society?“, Forum mondial des sciences sociales, Montréal, 14 octobre 2013.

– Pierre Mounier, Le blogging scientifique, (Science blogging), Open digital publishing summer camp, Marseille, conférence, 7-11 septembre 2009 (enregistrement audio).

– Marie-Anne Paveau, Le doctorant 2.0. L’infusoir et Enklask à Paris 13, La pensée du discours, 21 janvier 2012.

– Éric Verdeil, Comment je blogue, Rumor – Recherches urbaines au Moyen-Orient et ailleurs, 4 décembre 2011.

Notes :

[1] Marin Dacos, Pierre Mounier, Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentréeLieux de savoir, T.2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, 2010.

[2] André Gunthert, Why blog ?, in Marin Dacos (édit.), Read/Write Book. Le livre inscriptible, Marseille, OpenEdition press, coll. «Read/Write Book», 1, 2010, § 5.

[3] Antoine Blanchard, Ce que le blog apporte à la recherche, in Marin Dacos (édit.), Read/Write Book. Le livre inscriptible, Marseille, OpenEdition press, coll. «Read/Write Book», 1, 2010, § 6.

[4] Marin Dacos, Pierre Mounier, op. cit.

[5] André Gunthert, op. cit, § 11.

[6] Marin Dacos, Pierre Mounier, op. cit.

[7] Benoît Kermoal, cité par Marie-Anne Paveau, Le doctorant 2.0. L’infusoir et Enklask à Paris 13, La pensée du discours, 21 janvier 2012.

[8] Antoine Blanchard, op. cit.

[9] Jonathan Chibois, Écrire (publiquement) pour penser, Espaces réflexifs, 5 avril 2012.

[10] Commentaire d’Égéa, dans Jonathan Chibois, Écrire (publiquement) pour penser, Espaces réflexifs, 5 avril 2012.

[11] André Gunthert, op. cit, § 9-13.

[12] Antoine Blanchard, op. cit, § 15.


Damien Petermann

Doctorant en troisième année de Géographie à l'université Jean Moulin Lyon 3. Thèse portant sur la construction de l'image de Lyon pour les voyageurs, à travers les guides de voyage (XIXe-XXe siècles). Responsable des outils numériques d' ENthèSe.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

2 réflexions au sujet de « Les carnets de recherche, présentation »

  1. Merci pour cette présentation. Une petite précision: sur son carnet, le chercheur peut aussi décider du caractère public ou privé de son article (je veux que tout le monde puisse y accéder? ou bien juste mon équipe de recherche? histoire de ne pas tout dévoiler à tout le monde).

    Mais… Je viens d’apprendre que tout enseignant-chercheur est censé remettre à son institution ses archives personnelles. Je dis bien censé, parce que dans les faits, nous en sommes bien loin. C’est-à-dire qu’un chercheur récolte des informations, les étudie et les analyse et tire des conclusions. Ainsi, les archives d’un chercheur sont constituées de matière première (les informations récoltées, ses analyses personnelles, ses faux-pas etc.) et de résultats officiels, publiés (et publiables!). L’archiviste est censé conserver ces archives et les rendre accessibles sur demande les décennies à venir.

    Dans votre analyse, je comprends que ces matières premières sont publiées dans le carnet de recherche. A-t-on le droit vis-à-vis de notre institution/employeur de publier ces données (matière première) dans des blogs de recherche? Est-ce que ça nous dispense de remettre à notre employeur nos archives?

    D’autre part, la publication dans un carnet de recherche reste une publication. Même si on tâtonne, les carnets tels hypothèse (blog) ne sont pas prévus pour gommer. Par exemple: vous avez publié cet article, j’en ai été informé par flux RSS. Si vous modifiez la page, je ne suis pas informé des modifications. Il faudrait donc envoyer un nouvel article pour corriger le précédent si vous voulez que je sois au courant de la modification. Au contraire, les wikis me semblent plus appropriés à un carnet de terrain en modification permanente.

    Pour ma part, je n’utilise pas de carnet de recherche personnel. Mais un wiki. Je ne suis pas (encore?) convaincu de l’efficacité d’un blog personnel pour la recherche. Mais je pense que selon l’usage que l’on en fait, c’est un bon outil pour publier des documents à coût zéro (notamment pour des labos juniors, par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *