enthese-carnet-recherche-doctorat

Tenir un carnet de recherche en doctorat : retours d’expérience

Deuxième partie d’un diptyque consacré aux carnets de recherche en ligne. A l’occasion de la réunion du 26.11.2014, ENthèSe a accueilli deux jeunes chercheurs pour discuter de leur expérience quant à la tenue d’un carnet numérique.

 

Présentation des invités

Noémie Boeglin est doctorante en Histoire moderne et contemporaine à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne (thèse commencée en 2012). Elle a ouvert son carnet de recherche Villes romanesques, la modernité dans le roman français du XIXe siècle  en mai 2013, au cours de sa première année de doctorat.

Yves Moreau est docteur en Histoire des religions, chercheur associé au LARHRA et ingénieur en technologies de la formation et de la recherche au Service Universitaire E-Learning de l’université Jean Moulin Lyon 3. Il a soutenu sa thèse en 2013. Il tient deux blogs scientifiques : Miscellanées numériques, ouvert en 2011 et Antiquarisme(s), ouvert en 2014.

Pourquoi ouvrir un carnet de recherche ?

Plusieurs motivations, complémentaires, ressortent des différents retours d’expérience. En voici un aperçu :

  • Éviter l’angoisse de la page blanche
  • Écrire et partager sa recherche
  • Besoin d’un espace réflexif sur le travail de thèse
  • Communiquer ses recherches
  • Espace de liberté autour de la thèse
  • Écrire sur ce qui touche au sujet, mais ne sera pas dans la thèse
  • Renvoyer vers des sources
  • Valoriser ses recherches

Tenir un carnet de recherche offre une grande liberté dans le choix des thèmes abordés, le moment où l’on publie.

Quel contenu dans un carnet de recherche ?

Une question posée lors de la réunion illustre une préoccupation présente chez certains doctorants qui hésitent à ouvrir leur propre carnet de recherche : N’y a-t-il pas des cas de concurrence entre un billet et une publication scientifique ?

Selon Yves Moreau, cela peut arriver, mais ce n’est pas contradictoire. Le choix dépend des objectifs et de ce que l’on souhaite apporter : l’approche est différente entre un billet de carnet et un article académique.

Il est important de bien distinguer thèse et carnet de recherche. Le chercheur est responsable du contenu qu’il met en ligne sur son blog scientifique. Dans le cas d’un doctorant, cette responsabilité est encore plus grande, car le carnet concerne un travail en cours et inédit. Par ailleurs, les doctorants n’ont pas la même sécurité académique que les chercheurs confirmés. Il est nécessaire d’être vigilant quant au contenu publié sur son carnet et bien réfléchir à ce que l’on veut dévoiler de ses travaux de thèse.

En fait, le contenu propre des travaux de thèse est rarement abordé directement. Le carnet de jeune chercheur tient davantage du journal de bord de la thèse, avec des billets qui scandent la temporalité du doctorat. Le carnet accompagne le doctorant tout au long de sa thèse, jusqu’à la soutenance et même au-delà. Les exemples présentés lors de la réunion illustrent bien cela, avec des billets marquant différentes étapes du parcours de thèse : depuis la réflexion sur l’entrée en doctorat (N. Boeglin, Pourquoi le doctorat ?) jusqu’à la soutenance (Y. Moreau, Une soutenance, un travail, un doctorat), en passant par la réflexion sur le plan (N. Boeglin, Comme dirait mon directeur de thèse…) et l’écriture (Y. Moreau, Remarques et questionnements autour de l’écriture numérique).

Le carnet peut d’ailleurs être l’occasion de partager des découvertes autour des thèmes de recherche, mais qui ne concernent pas directement le contenu de la thèse. C’est par exemple le cas de plusieurs billets de Noémie Boeglin (comme Ce qui s’appelle « tomber sur une pépite« ).

Comment valoriser la tenue d’un carnet de recherche

L’une des principales interrogations soulevées concerne le statut et la reconnaissance des carnets de recherche au sein de la communauté scientifique.

Premier constat des participants lors de la réunion : le blogging n’est pas dans la culture scientifique française. Dans les universités américaines et britanniques, les étudiants ont la possibilité de tenir des blogs qui sont hébergés par leur université. En France, le blogging scientifique reste bien souvent une pratique personnelle, en marge du monde académique, celui-ci n’encourageant que rarement les chercheurs dans cette pratique.

Le blog scientifique demeure une forme de communication scientifique mineure, en quête de reconnaissance et encore peu visible dans la communauté académique. Néanmoins, il faut noter que, ces dernières années, une partie de la communauté scientifique française a commencé à s’approprier cette forme d’écriture.

Plusieurs des jeunes chercheurs présents lors de la réunion ont découvert l’existence des carnets de recherche à l’occasion de formations doctorales (comme IsiDoc’t ou Publications scientifiques en sciences humaines et sociales à l’ère du numérique : enjeux pour les chercheurs).

Il faut signaler que le carnet de recherche n’a pas encore une légitimité très forte dans la communauté scientifique, il n’est pas reconnu comme une publication dans une revue ou un ouvrage. Les billets ne sont pas pris en compte dans l’évaluation des chercheurs. Publication académique et carnet de recherche sont deux formes de communication scientifique qui n’ont pas le même statut dans un CV.

La tenue d’un carnet de recherche peut tout de même être valorisée dans un CV, au titre de la communication scientifique (au sens de publicité, de visibilité). Cette pratique participe au lien entre science et société : elle est un vecteur de la diffusion de la recherche, elle-même, rappelons-le, l’une des missions du chercheur.

Il est légitime de s’interroger sur la valeur du propos sur un blog scientifique. Le chercheur est responsable des écrits publiés sur son carnet, il n’y a pas de processus de sélection ou d’évaluation par les pairs. Tout dépend alors de la manière dont le chercheur se positionne et utilise son carnet numérique.

Présentation d’Hypothèses.org

Hypothèses.org est une plateforme de blogging scientifique créée en 2008 par le Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO). Toute personne ayant une affiliation universitaire peut ouvrir un carnet numérique sur Hypothèses. Avec Hypothèses, le blogging scientifique devient de plus en plus reconnu en SHS. Le nombre de carnets présents sur Hypothèses.org vient de dépasser le millier en avril 2015.

Les carnets de recherche actifs présents sur Hypothèses sont dotés d’un ISSN (International Standard Serial Number, code international permettant d’identifier une publication en série[1]). Par ailleurs, les carnets Hypothèses permettent la gestion des notes de bas de pages, ils sont compatibles avec Zotero et référencés dans le moteur de recherche Isidore. Cependant, pour des raisons de sécurité et de stabilité de la plateforme, il y a des limitations concernant l’ajout de plugins WordPress.

Pour plus d’informations sur la plateforme Hypothèses.org, n’hésitez pas à consulter la maison des carnets et les textes de Pierre Mounier et Marin Dacos sur le sujet.

Encore quelques réserves ?

  • La principale réserve soulevée est le caractère chronophage de la tenue d’un carnet de recherche. Il importe de bien trouver la place du carnet dans sa pratique scientifique, afin que ce soit un travail utile à la recherche et qui ne devienne pas contre-productif. Les retours d’expériences de carnetiers montrent qu’ils ne considèrent pas cette pratique comme du temps perdu. Au contraire, c’est souvent une démarche d’une grande aide dans la réflexion et la structuration des idées.
  • L’intention initiale de communication peut aussi devenir un piège[2], si l’on se sent obligé de tenir un rythme régulier. Il est important que l’écriture dans un carnet de recherche demeure un plaisir et ne devienne pas une contrainte. Noémie Boeglin raconte qu’elle a vraiment commencé à apprécier l’écriture dans son carnet à partir du moment où elle a cessé de faire des listes de billets à publier.
  • La plupart des chercheurs confirmés qui pourraient être intéressés par le contenu des billets ne sont pas ou peu présents sur internet. On peut cependant être assez optimiste quant à l’évolution des pratiques numériques des chercheurs et une meilleure reconnaissance du blogging scientifique dans les années à venir. Il faut garder à l’esprit que les recherches présentes sur un carnet numérique, sur Internet, sont beaucoup plus visibles et facilement accessibles qu’une publication papier.
  • Dans la plupart des carnets, les commentaires de lecteurs sont rares. Ces retours d’expérience rejoignent la remarque formulée en 2011 par Éric Verdeil[3] au sujet de son blog, qui nuançait l’image du carnet de recherche comme « séminaire permanent ». Pour autant, le faible nombre de commentaires ne signifie pas forcément que les billets sont peu lus. Yves Moreau remarque que la réactivité autour des billets se fait surtout via les réseaux sociaux (Facebook et Twitter). Afin de favoriser la visibilité du carnet, il semble ainsi utile de développer une stratégie de communication (même minime), par exemple en signalant la publication d’un nouveau billet sur les réseaux sociaux. La visibilité du carnet numérique peut également permettre d’être contacté pour participer des événements scientifiques.

 

Alors, prêts à tenir un carnet de recherche ou blog scientifique pendant le doctorat ? N’hésitez pas à faire part de vos avis sur ce thème !

Pour aller plus loin :

– Yves Moreau a écrit un billet sur son blog quelques jours après la réunion d’ENthèSe, afin de compléter son retour d’expérience : Créer, rédiger et valoriser un carnet de recherche, Miscellanées numériques, 3 décembre 2014.

– Mélodie Faury a dressé une liste de billets de doctorants en rapport avec leur expérience de thèse : Vécu, réflexivité et épistémologie – La thèse en train de se faire sur les carnets de recherche, L’Infusoir, 27 janvier 2015.

– Frédérique Giraud et Mélodie Faury, Le carnet de thèse, Réflexivités, 13 février 2012.

Vous trouverez d’autres références sur ce thème dans le billet Les carnets de recherche, présentation.

Notes :

[1]  BNF, S’informer et obtenir un ISSN.

[2] Commentaire de Piotr, dans Mélodie Faury, Le carnet de recherche.

[3] Éric Verdeil, Comment je blogue, Rumor – Recherches urbaines au Moyen-Orient et ailleurs, 4 décembre 2011.


Damien Petermann

Doctorant en quatrième année de Géographie à l'université Jean Moulin Lyon 3. Thèse portant sur la construction de l'image de Lyon pour les voyageurs, à travers les guides de voyage (XIXe-XXe siècles).

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

2 réflexions au sujet de « Tenir un carnet de recherche en doctorat : retours d’expérience »

  1. Très bon article de réflexion générale sur les carnets de recherche, merci! J’attends l’officialisation de mon inscription en 1er année de thèse pour ouvrir mon carnet sur hypothèses!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *