Le doctorat : quelle gestion de projet ?

Compte-rendu du café jeunes chercheurs d’ENthèSe du 17 février 2016, rédigé par Clémentine Périnaud.

Les doctorants présents, tous financés, ont débuté leur thèse dans l’espoir d’y mettre un point final dans les trois ans, durée de leurs contrats. Rétro-plannings, tableaux d’objectifs, les outils sont multiples en début de thèse et souvent difficiles à tenir. Tous rappellent par ailleurs des remarques entendues, reflet d’une représentation universitaire du doctorat persistante : Une thèse en moins de quatre ans ne peut être achevée, ou lors de la soutenance, Il manque six mois de travail.

Pour apporter un regard concret sur leur capacité à mener à bien leur projet de recherche, trois jeunes docteur.e.s d’horizons disciplinaires distincts témoignent. Le premier, historien, a soutenu sa thèse au bout de trois ans, une exception commentée comme un exploit : la moyenne des durées de thèses en 2015 au sein de l’Université de Lyon est de 5,6 ans par exemple en sciences humaines et sociales. La seconde a soutenu dans les cinq ans en Histoire, en enseignant en lycée par ailleurs. Le dernier a soutenu en cinq ans en géographie-urbanisme, à la suite d’un contrat CIFRE, qui induit, dans la pratique et pour les trois ans sous contrat, une répartition de deux-tiers du temps sur les missions de la structure d’accueil et de un tiers sur la thèse. Leur témoignage et les échanges associées permettent de mettre en évidence quelques conseils pour réussir à poser ce fameux point final, dans des délais maîtrisés.

Gérer un projet sur plusieurs années : quelques outils à mettre en place

  • Il apparaît tout d’abord utile de s’astreindre à produire un rapport d’activité tous les 6 mois. Ce type de document, d’une dizaine de pages est souvent obligatoire, par exemple dans le cadre d’un contrat CIFRE, de projets de recherche européens ou pour certains établissements universitaires. Il permet de situer son avancement : ce que j’ai fait, ce qui me reste à faire. Suis-je dans les délais initialement prévus ? Que dois-je avoir fait dans les 6 prochains mois… Le remettre à son directeur ou sa directrice de thèse doit permettre de valider objectifs du projet et état d’avancement.
  • Plus souvent pratiquée dans les sciences expérimentales, la tenue quotidienne d’un journal de recherche assure de pouvoir efficacement structurer son activité : il faut pouvoir y compiler ses idées disparates, les tentatives de plan ou d’organisation et tout ce qui concourt à la structuration de la pensée, mais également les traces de tout ce qui a été fait pour nourrir son terrain. Le rappel de cet impératif a pu faire sourire quelques participants, tant elle semble appropriée mais peu appliquée dans les faits, au profit des idées notées sur des post-its ou sur de multiples to do list griffonnées sur le dos d’une enveloppe et autres feuilles volantes. Tous les participants s’accordent à considérer qu’il faut au moins tendre à la création d’un espace de compilation de ces documents disparates témoignant de son activité quotidienne (prises de note d’interventions ou de lecture, brouillons de communication, ou tout autre document de travail). Les doctorant.e.s privilégient une forme écrite plutôt que numérique, car le numérique multiplie les fichiers mais pas forcément les versions d’un document. Les espaces de travail numériques ne suivent pas forcément suffisamment la pensée en train de se faire, ou encore la chronologie des idées et des avancées… au risque d’effacer potentiellement les bonnes idées. C’est un classeur ou dossier à consulter régulièrement, pour éviter de passer un temps trop long à rechercher une information, le jour où l’on en a vraiment besoin, notamment pour sa rédaction. Les informations à retrouver sont parfois lointaines, comme une citation d’un intervenant lors d’une conférence à laquelle on avait assisté 2 ans auparavant.
  • À l’intersection des deux outils précédemment décrits, une autre solution, potentiellement complémentaire, est de définir régulièrement et pour des périodes courtes un tableau d’objectifs obligés et surtout concrets. C’est une solution souvent choisie par un doctorant par ailleurs enseignant dans le secondaire, afin de rentabiliser au maximum le temps disponible hors des temps d’enseignement. Elle se révèle très efficace pour tous, quelles que soient leurs situations doctorales.
  • Entretenir un échange très régulier avec son directeur ou sa directrice de thèse doit permettre de rendre cet échange coutumier, ne pas se faire « oublier », et ce, sans attendre nécessairement une sollicitation de la part de son directeur ou sa directrice.
  • Le rétro-planning est un outil généralement conseillé, souvent même obligatoire dans les contrats doctoraux. Dans la mesure où le doctorat de recherche constitue un travail très nouveau et particulier, il apparaît cependant très difficile de s’y tenir.
  • Ce qui est très utile dans l’avancée de son travail de thèse est la participation active à des colloques. Les communications s’intègrent directement au corps de thèse. Ce sont des échéances qui ne peuvent être repoussées, ce qui a l’avantage considérable de mobiliser entièrement les doctorant.e.s dans leur sujet de recherche. La rencontre de personnes ayant un regard extérieur à nos travaux permet de recevoir de bons conseils, de répondre à des blocages dans sa recherche comme dans sa rédaction. Les universités d’été participent de cette dynamique. S’il est difficile de se projeter et de s’organiser sur plusieurs années, des objectifs à court terme, comme une communication ou un article réellement en phase avec son sujet, nourrissent plus facilement l’écriture. Il faut cependant se prémunir de l’écueil d’accepter toutes les propositions de projets, façon de repousser la phase de rédaction.

Faciliter la phase de rédaction finale

  • Achever la phase de récupération de données (archives, entretiens, etc.). La discussion avec le directeur ou la directrice de thèse permet de définir lorsque suffisamment de matière a été assemblée pour envisager la rédaction finale de la thèse. Le fait que les entretiens ou les archives collectées n’apportent plus d’éléments nouveaux est un signe manifeste de la possibilité d’envisager la phase suivante du travail, qui est celle de la rédaction. Les participants rappellent que du temps reste trop souvent perdu, en début de doctorat, à déchiffrer le terrain, faire l’inventaire du matériau à mobiliser, des phases de tâtonnement y compris dans la littérature scientifique où l’on a tendance à s’égarer. Au début de la thèse, c’est toujours flou et c’est normal. Face à ce discours souvent entendu, les participants soulignent l’enjeu de cadrer très rapidement son terrain, un aspect qui n’est peut-être pas assez explicité en master recherche.
  • Le plan détaillé est présenté par tous comme un passage obligé, qu’il est utile de mettre au point un an au moins avant la fin de la thèse, afin de dégager 12 mois au minimum pour la rédaction.
  • Avoir des échéances de rendus. La jeune docteure en histoire a bénéficié d’un accompagnement ayant valeur de modèle pour sa rédaction. À partir d’un plan concret, la thèse a été rédigée partie après partie : chaque partie devait être soumise à son directeur de thèse selon un délai fixé par le directeur de thèse lui-même (donc extérieur et sans compromission possible avec ce délai). Une partie fait alors l’objet de corrections sur des points précis, l’ensemble du mouvement de thèse ayant été validé, suite à discussion autour du plan. La précision des corrections (modification de formulation, intégration d’une référence…) est seule à même d’assurer une réelle efficacité dans la reprise.
  • Il faut toujours être attentif à la mise en forme du document final : elle est à anticiper dès le début de l’écriture. Dans le cas contraire, le temps perdu sera non seulement important mais vécu très douloureusement, puisqu’il concernera les tous derniers mois avant la soutenance. Pour certains participants, cette remise en forme a pu représenter deux mois complets de travail, après 12 à 18 mois de rédaction. Il est dès lors impératif de s’informer sur les formats de thèses imposés par les universités et de s’y adapter. De la même façon, il apparaît essentiel d’utiliser le logiciel Zotero ou autre logiciel de mise en forme bibliographique dès le début de son travail de recherche, car le temps de remise en forme d’une bibliographie peut être très important. Les formations des Bibliothèques universitaires sont de qualité en ce domaine et utiles à suivre.
  • La rédaction ne s’effectue pas nécessairement dans l’ordre du plan. Celui-ci est amené à évoluer d’ailleurs au cours de la rédaction. Aucun des docteurs présents n’a suivi l’ordre initial de son plan. La plupart d’entre eux ont démarré par les parties avec lesquelles ils se sentaient les plus à l’aise, pour s’assurer de commencer la rédaction. Pour ne pas courir le risque de s’éterniser sur ces parties, il apparait nécessaire de cumuler cette approche avec l’imposition de deadlines. Il faut par ailleurs accepter de devoir réécrire des chapitres ou parties entières, par exemple suite à la parution de nouvelles références ou parce qu’un cadrage théorique dans une autre partie s’est affinée.
  • Se faire relire… et ne pas trop se relire. Il faut en effet faire attention à l’abus de la relecture, à ne pratiquer qu’une fois achevée une tâche un peu conséquente (comme la rédaction d’un article, un chapitre ou une partie intégrale de sa thèse). Beaucoup de doctorant.e.s tendent à se relire systématiquement, du jour pour le lendemain, voire à chaque phrase qui sera nécessairement perçue comme mal tournée, ce qui bien évidemment empêche d’avancer. La thèse reste un exercice littéraire avec des codes que connaissent plus ou moins les doctorant.e.s selon leur parcours. Les difficultés surgissent souvent lorsque le directeur ou la directrice de thèse considère que ce travail est du ressort unique du doctorant. Le manque d’encadrement sur cet aspect peut conduire à un allongement considérable de la thèse. Solliciter des relectures extérieures, c’est également  solliciter des personnes ne connaissant rien de son sujet, car elles permettent de réellement identifier ce qui est clair ou non dans la rédaction. L’essentiel est de ne pas se complaire dans le « ah non aujourd’hui, je n’ai pas l’inspiration » mais s’obliger à écrire très régulièrement, ce qui induit, là encore, de s’imposer des objectifs à la journée : brouillon de la partie – premier jet, quel que soit sa qualité – et plus tard, relecture de l’ensemble d’une partie.

Pour aller plus loin :

L’équipe d’ENthèSe vous conseille la conférence d’une chercheuse québécoise, Geneviève Belleville, auteure de l’ouvrage Assieds-toi et écris ta thèse ! Déconstruisant le mythe de la personne douée de l’écriture fluide, stylo en main, l’idée centrale de son propos est de se donner des objectifs atteignables. La seule façon de se mettre à écrire est de travailler régulièrement… et recommencer.


4 réflexions au sujet de « Le doctorat : quelle gestion de projet ? »

  1. Merci. Merci. Encore merci.
    C’est trop tard pour moi, car j’ai définitivement abandonné ma thèse. Mais maintenant, je comprends mieux ce qui s’est passé.
    Aujourd’hui, je découvre le travail en entreprise, et je ne comprends pas pourquoi on n’est pas plus « managé » quand on a un contrat doctoral. D’une part, l’état paye un salaire et pourrait attendre quelque chose en retour. D’autre part, le doctorant a besoin d’être « cadré » un minimum. C’est important d’avoir un cadre venant de l’extérieur.
    Dans mon entreprise, j’apprends beaucoup de choses concernant la gestion de projets. Dommage que ce soit trop tard pour ma thèse, mais pourquoi pas en recommencer une dans quelques années?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *