Visibilité du jeune chercheur et opportunités à saisir

En tant que membres du Collectif Confluence, nous avons été contactés pour différentes actions grâce à notre visibilité. Le Collectif Confluence travaille à mettre en valeur, pour le grand public et le monde de la recherche, les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, par des événements, et une forte présence sur internet. Nous constituons aussi un comité de relecture.

Deux actions réalisées grâce au site internet

Le vendredi 7 Octobre 2011, le président du Collectif, et moi-même secrétaire général, avons participé à l’organisation du colloque « France-Allemagne : visions comparées de l’organisation monétaire de l’Europe », à Sciences Po Lyon (vidéo disponible sur Dailymotion). Il nous a été demandé de mettre en place l’événement, autrement dit d’assurer la communication et le programme, la réception des intervenants, la traduction l’allemand et le français, et le suivi scientifique de l’événement.

L’expérience a été enrichissante, elle nous a permis de prendre conscience des menus détails qui déterminent la réussite ou l’échec d’un événement scientifique : qualité de l’accueil et disponibilité des organisateurs notamment. La première difficulté est d’obtenir les communications des intervenants, d’autant plus s’ils sont prestigieux. Ensuite, venant d’Allemagne, il faut assurer un programme assez rempli pour combler les défections. Le soir précédent le colloque, a eu lieu une grève spontanée à la SNCF. Il nous a fallu rester au téléphone avec les intervenants, leur commander des billets d’avion. Assurer la qualité de l’événement passe par une attention fine aux profils et aux remarques de chacun des intervenants. A titre d’exemple, certains professeurs allemands sont très pointilleux sur le respect du titre professoral. On a aussi offert des spécialités de Lyon aux intervenants. L’organisateur doit remplir des tâches de toutes sortes : accueillir le public, vérifier les micros, les bouteilles d’eau, la qualité de la traduction, etc.

De même la présence sur internet et la logique de publicité a permis à Antoine Maire d’intervenir le 30 avril 2012 à l’Ecole Nationale Supérieure de Géologie (ENSG), France sur « Le secteur minier, une arme stratégique ? Le cas mongol » pour le séminaire de géopolitique des ressources.

Les principes généraux de l’association et de sa présence sur internet

Ces deux exemples prouvent, même modestes, à quel point la publicité de soi par l’émulation collective, et l’amélioration de la « e-réputation » du jeune chercheur, peuvent améliorer la visibilité, égayer les finances quotidiennes, et permettre de développer des compétences non négligeables dans l’organisation d’événements scientifiques. Pour assurer le bon fonctionnement de l’association, et donc la progression de chacun en partie grâce à la publicité, les membres du Collectif se retrouvent mensuellement aux Cafés des jeunes chercheurs. L’engagement de chacun varie selon son emploi du temps, cependant nous n’hésitons pas à relancer par téléphone les membres, pour inscrire tout le monde dans l’action. C’est aussi le rôle du forum, qui permet en outre de proposer des travaux. Ces écrits sont lus et commentés, avec rigueur et bienveillance. Le résultat varie, mais les membres doivent considérer le Collectif comme une chance à saisir, pour permettre à eux-mêmes et aux autres de progresser, scientifiquement et à l’université. Sur internet le réseau est la seule solution pour être visible, au moins au départ, les liens qui sont ainsi créés engagent les membres, et les poussent à progresser.

Le site nous semble une réussite pour le moment, esthétiquement en premier lieu. Fonctionnellement, une personne seule avec quelques compétences peut s’en occuper sans autre souci que la charge de travail. En plus, nous sommes en contact régulier avec le créateur du site, qui est aussi un ami. L’esthétique est certes un peu travaillée, pourtant, c’est la simplicité d’utilisation qui doit primer à mon avis. Un site doit être lisible, les informations rapidement accessibles, il faut suggérer l’évidence du clic pour l’internaute. Et, pour que le site soit visité, il s’agit d’occuper l’espace des réseaux sociaux les plus populaires : Facebook et Twitter évidemment.


Alexandre Rigal

http://people.epfl.ch/cgi-bin/people?id=237944&op=publications&lang=fr&cvlang=fr

More Posts

Follow Me:
Twitter

Une réflexion sur « Visibilité du jeune chercheur et opportunités à saisir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *