old_computer_http://www.flickr.com/photos/davep-uk/3209494693/

Outils numériques, travail collaboratif et formation

Le fait d'avoir donné récemment un cours sur le travail collaboratif et les technologies de l'information et de la communication (TICE) m'a fait réfléchir sur ce sujet, tandis que la pratique, le fait d'avoir à superviser un travail en groupe, m'a donné à voir de nouveaux types d'interaction. J'aimerais partager les conclusions que je tire de cette expérience concernant la manière d'enseigner et de travailler.

J'ai déjà abordé ces notions lors d'un premier billet où il était question des enjeux du travail collaboratif (ou parfois coopératif), et où je présentais quelques ressources sur les pratiques collaboratives dans l'enseignement.

Approche actionnelle et web social

Une théorie pédagogique en vogue

Le point névralgique où ces notions et les théories pédagogiques se rencontrent est l'orientation sociale de l'apprentissage et par exemple le concept d'agir social, selon lequel il s'agit d'apprendre dans l'interaction avec un groupe. Cette tendance (on parle d'une approche inductive et actionnelle) était présente dans les pays anglo-saxons avant d'apparaître récemment en France, où elle est pour l'instant en vogue.

Un exemple concret : l'enseignement des langues, qui ne devrait d'après les consignes officielles plus être axé sur la grammaire et la traduction, mais sur un cadre de compétences qui permettent de s'orienter en société. Soit quelque soit la langue : ne plus apprendre à conjuguer le verbe être à tous les temps mais savoir demander où sont les toilettes.

Le web « 2.0 »

Or, la notion de « web social » se trouve être au coeur de ce que l'on appelle le web 2.0, dont une définition partielle est le fait de permettre aux utilisateurs d'un site d'interagir et de collaborer pour créer du contenu (cf article Wikipédia en anglais).

À l'intersection des deux tendances

Cette rencontre entre les tendances pédagogiques et celles du web peut être l'occasion de former les autres et de se former autrement. Il est possible d'acquérir de nombreuses compétences en suivant des didacticiels et des outils de formations en ligne. Cela passe par un tri des ressources en termes de pertinence et de qualité du contenu.

Les compétences liées à l'internet comme la conception de pages web sont très bien représentées, mais aussi toute une gamme allant par exemple du bricolage ou aux langues étrangères. Notons au passage que certains exercices héritiers d'une tradition ni inductive ni actionnelle ne sont pas aisément transposables dans le monde des TICE : je ne connais pas de didacticiel interactif qui apprenne efficacement à faire une dissertation...

Devant l'abondance des ressources et face à une « génération numérique », le rôle de l'enseignant évolue : la transmission du savoir ne se fait pas de la même manière quand n'importe quel élève/étudiant peut vérifier ou compléter en direct les éléments de cours à partir (par exemple) de son téléphone portable.

Une des justifications de l'usage des nouvelles technologies a partie liée avec les théories de la cognition et le concept de charge cognitive, c'est-à-dire l'ajustement de l'effort nécessaire pour apprendre, qui peut se faire par l'ajout de supports multimédias et l'utilisation des TICE, comme l'explique cette fiche de synthèse du CNDP : La charge cognitive et l'apprentissage multimédia.

Limites

L'impensé de la technique

La principale limite de la mise en place des TICE est probablement la réflexion lacunaire sur le savoir et la technique qui mène à la mise en avant d'une sphère communicationnelle et purement opératoire (ça présente bien et ça paye tout de suite). Cette approche ne se limite pas aux enseignements les plus pratiques, elle correspond à un impensé global de la technique. Très souvent, on se montre soucieux du versant opératoire de l'intégration des outils sans vraiment analyser les implications sociales de ce qu'on relègue à une « sphère technique » alors qu'en fait la technique est partout (que l'on songe par exemple au degré de dépendance que nous avons vis-à-vis du stockage et de la communication au format numérique).

De cette approche opportuniste découle un fractionnement des compétences liées aux outils numériques alors même que leurs composantes sont étroitement liées. On ne peut pas apprendre à se servir d'un logiciel sans savoir comment enregistrer et retrouver des fichiers sur l'ordinateur en question, sans savoir qu'il faut sauvegarder régulièrement son travail sur différents supports, etc.

C'est tout particulièrement le cas du certificat informatique et internet (C2i) récemment mis en place en France, comme l'explique Bruno Devauchelle dans un article qui aborde une partie des limites que je viens de décrire : Culture informationnelle, culture numérique, tensions et relations.

La distortion de la situation d'apprentissage

Un problème lié à l'utilisation des TICE peut aussi avoir une forme inattendue (mais tout aussi liée à l'impensé de la technique décrit plus haut) : un technocentrisme autoritaire, peu concerné par les enjeux globaux de la formation. Par exemple l'idée selon laquelle les TICE résolvent tous les problèmes liés à l'enseignement et son corollaire qui veut que les TICE soient pertinents dans toutes les situations.

Enfin, il faut penser à la situation d'apprentissage et à l'évaluation pour concevoir un système fonctionnel :

  • L'apprentissage collaboratif ne se décrète pas. Un accompagnement de la part de l'enseignant est nécessaire, et même dans ce cas : comment s'assurer que tous travaillent de concert ?
  • Le contrôle et l'attestation du savoir (ou du savoir-faire) ne sont pas évidents : comment prouver que l'on maîtrise ce que l'on prétend avoir appris ?

Retour d'expérience sur les outils

Voici quelques points sur lesquels je peux apporter un complément d'expérience :

  • Pas besoin d'outils de brainstorming (ou remue-méninges) complexes, surtout quand le groupe peut communiquer de vive voix. Un bloc-notes collaboratif suffit.
  • On peut très bien faire un blog en quelques heures sur un sujet déterminé. La forme est intéressante car elle permet de présenter le contenu efficacement.
  • Il en va de même pour un wiki. Cependant il peut être difficile de trouver un hébergement gratuit et sans pub quand on ne dispose pas d'un serveur.
  • La curation collaborative n'est pas toujours efficace, j'ai l'impression qu'il est rare que tous travaillent de concert.

En résumé, on peut très bien mettre en route un groupe de travail avec un bloc-notes collaboratif et un blog, ce sont deux outils à recommander qu'il s'agisse de traduction en groupe, de recherche d'idées et de synthèse ou même de la présentation d'une équipe de recherche, d'un projet ou d'un colloque.

Soit en termes de logiciels, Etherpad pour l'écriture collaborative et WordPress pour la conception de sites et de blogs, ainsi que leurs implémentations Framapad et wordpress.com si l'on ne dispose pas d'une solution d'hébergement ou d'un serveur (ces conseils sont sujets à caution sachant que les logiciels évoluent vite).

Support de cours

Quelques références


Adrien Barbaresi

Doctorant et chargé de cours à l'ENS Lyon en linguistique informatique. Rédacteur en chef du carnet d'ENthèSe.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

19 réflexions sur “ Outils numériques, travail collaboratif et formation ”

  1. Bonjour,
    super, mais en général quand on met des citation in texto au format APA il faut qu'il y ait une bibliographie pour savoir à quoi elle font référence.

    1. Il me semble que c'est ce que j'ai fait, juste en-dessous de la présentation (et certes pas dans la présentation elle-même). Si toutefois la mention d'une référence m'a échappé, veuillez être plus précis(e).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">