“La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012

Les Vases communicants (ou ici) sont des occasions d’échanges entre carnets, entre blogs. Avec Adrien Barbaresi, nous nous lisons mutuellement, et nous avons senti des convergences, dans les problématiques que nous abordons respectivement, dans un carnet collectif ou individuel. Pour ce premier vendredi de juin, j’ai donc le plaisir de répondre à son invitation et de le recevoir dans l’Infusoir. Les vases communicants sont décidément l’occasion de bons échanges, et de rencontres.

Je suis tombée dans le numérique au cours de ma thèse. J’y suis entrée par curiosité, par envie de comprendre l’étendue des ressources, des potentialités et leur articulation avec mes actualités et problématiques de doctorante. J’y ai découvert des outils non pas déconnectés ou sur-ajoutés à mes pratiques, mais bien qui jouent un rôle et remplissent de réels besoins dans ma pratique de recherche : être informée des nouvelles publications, de l’actualité de la recherche et des politiques de recherche, de l’ouverture de postes (ATER, post-doc, etc) ; être en lien avec des chercheurs, avec des doctorants, avec d’autres disciplines, avec d’autres façons de penser ; participer à la mise en circulation et à l’accessibilité des savoirs.

Je reviens donc ici sur mes pratiques numériques développées tout au long de ma thèse. Elles ont trouvé une place progressivement, mais non définitivement. Je suis amenée régulièrement à les repenser, ne serait-ce que parce que l’ordinateur ou le numérique « en mobilité » (smartphone) n’ont pas toujours la même place selon que l’on lit, que l’on écrit, que l’on est sur le terrain, en conférence, etc., et donc selon les années de thèse.

Je partage volontiers ce retour d’expérience avec vous car c’est justement l’un des principaux intérêts que je vois dans les pratiques de recherche numériques : la possibilité d’échanger sur nos expériences respectives, nos veilles, nos questions, de manière intemporelles et agéographiques, c’est-à-dire en dehors de nos espaces « physiques » de rencontres universitaires.

L’accès aux informations et la gestion du flux

Comment effectuer une veille bibliographique pertinente sur son sujet de recherche, puis organiser les ressources identifiées pour les utiliser de la façon la plus simple possible ?

Les formations données par Eric Verdeil et Françoise Sigaud (bibliothèque Denis Diderot) ont été de véritables boussoles, dans un environnement que je ne connaissais très mal et dans lequel j’avais a priori des difficultés à me repérer.

Publications scientifiques en sciences humaines et sociales à l’ère du numérique : enjeux pour les chercheurs – Formation de l’Université de Lyon proposée par E. Verdeil

Extrait de la présentation de la formation

« Les publications en sciences sociales connaissent des bouleversements majeurs, à la fois économiques et technologiques. En même temps, l’évaluation de la recherche évolue vers un modèle quantitatif qui impose ou du moins survalorise certains formats éditoriaux, sans prendre en compte correctement les spécificités disciplinaires et les pratiques de diffusion de leurs travaux des chercheurs. De grands débats animent le milieu universitaire sur ces questions, mais l’information précise et indispensable sur ces pratiques en évolution fait le plus défaut. C’est l’objectif de cette formation que de proposer un panorama de ces enjeux et de ces évolutions. »

Bilan de la session 2010 sur Rumor

J’ai découvert ainsi les logiques et les problématiques liées à (en vrac) : l’édition, le référencement en bibliothèque et l’usage des mots clés, les nouvelles formes de livre et d’édition, l’étendue des pratiques de blogging scientifique, le fonctionnement des archives ouvertes, les réseaux numériques de chercheurs, des bases de données, des logiciels de gestion bibliographiques, des sources d’informations précieuses, etc.

Ces questions m’intéressaient particulièrement dans la mesure où elles touchent au fonctionnement de la recherche (publication, évaluation, financement, modèles économiques, etc.), à l’articulation entre les pratiques professionnelles qui compose la recherche (édition, documentation, enseignement, diffusion des savoirs, etc.) et aux évolutions, induites ou potentielles, des pratiques et des cadres dans lesquels nous sommes parties prenantes en tant que doctorants (pratiques d’écritures, de lecture, gestion de données, droits d’auteur, réseaux, etc.).

Face à la nécessité d’organiser et de gérer les flux d’informations (bibliographie, nouvelles publications, annonces de colloques, appels à communication, etc.), ces formations m’ont permis d’identifier un certain nombre d’outils, ou, lorsque je les connaissais, d’en comprendre les contextes de mise en place, de fonctionnement et d’articulation (Zotero, Refworks, EndNote, Mendeley ; Revues.Org, MLA, Persée, Cairn, Factiva, Isidore, Lectures ; Calenda ; Hypotheses.org, etc.).

L’intégration effective de certains de ces outils, dans mes pratiques quotidiennes de doctorante, s’est ensuite faite petit à petit, par essai et renoncement / adoption. Il est impossible de définir, avant même de l’avoir expérimenté, si un outil trouvera effectivement sa place dans une pratique de recherche qui vise à être facilitée par son usage et non perturbée ou alourdie.

Les outils numériques pour la recherche – Exemple de la boîte à outils des historiens

Présentation sur le site : « Ce blog est un espace de formation, de veille et de réflexion sur les outils informatiques utiles aux historiens »

La veille

« La veille concernant les sites qui vous importent, forcément limitée si elle est manuelle, peut alors s’automatiser, et vous présenter de façon synoptique un nombre bien plus grand de sites, et désormais vous permettre de constituer un magazine personnalisé, dont vous êtes le chef de rubrique (mais où tous les rédacteurs publient ailleurs). Question donc de veille et de lien, et que – dans la profusion du web –, les outils qui permettent de s’y repérer s’affinent et s’inventent largement aussi vite que grandissent les contenus eux-mêmes. » François Bon, Après le livre, 2011.

Pendant la thèse, on veille. Il m’est apparu très vite fondamental d’être à l’écoute de ce qui s’écrit, se pense, se dit, afin de percevoir mieux où mes problématiques se situent, s’ancrent, avec quels travaux et questions elles s’articulent. Les colloques, séminaires, journées d’étude, les livres, les articles de revues papier, les réunions de laboratoire, les discussions informelles autour d’un café, etc. jouent ce rôle essentiel dans le quotidien de la thèse. Le numérique, et en particulier le web, se prête particulièrement bien à la veille puisqu’il constitue tout à la fois un lieu de ressources, de sociabilité et donc de mise en lien avec des informations et les sources de ces informations. Du fait de ses temporalités propres, et de la quantité d’informations qui y circulent quotidiennement, le web peut devenir une source trop riche, où les contenus ne pas spontanément pertinents pour nos problématiques de recherche. Les sources d’informations sont nombreuses, le flux quotidien peut être vertigineux. D’où la nécessité de choisir, de trier, d’éditorialiser l’information que l’on vient chercher.

« L’acronyme rss signifie « syndication réellement simple », et le verbe syndiquer est né en France sur l’idée de « mettre en commun », administrer ensemble. », François Bon, Après le livre, 2011.

J’utilise principalement trois outils pour ma veille (un agrégateur de flux RSS, les alertes par e-mail d’Open Edition, scoop.it et Twitter), mais il en existe beaucoup d’autres (Diigo, BagTheWeb, Netvibes, etc.). Ces outils permettent de regrouper, d’organiser les sources et les contenus (mots-clés, catégories, etc.) et parfois de rendre publique cette veille, à mesure qu’elle s’étoffe.

La veille consiste à identifier des sources d’informations, à agréger à un même (ou plusieurs) endroit(s) les nouvelles informations publiées, recommandées ou transmises (articles, annonces, billets, tweets, etc.) puis potentiellement à les partager (veille publique, twitter, etc.).

La pratique de veille numérique est maintenant complètement intégrée à ma pratique de recherche : je commence souvent mes journées en faisant le tour de mes sources d’informations (Google Reader, Twitter, e-mails), en relayant celles qui me paraissent particulièrement intéressantes (Twitter, scoop.it), en archivant celles qui sont liées à mes problématiques ou mes pratiques de recherche (scoop.it, et archivage « artisanal » dans une boîte mail dédiée, via une « recette » ifttt), et en sélectionnant une série d’articles et de billets à lire dans la journée (qui ne sont pas exclusivement sur mon sujet de thèse, dans la mesure où je pense que la perspective de recherche que je développe sera toujours enrichie, sans savoir comment a priori, par l’échange et la fréquentation d’autres approches, d’autres questions).

Ressources – Cartographie des services et ressources web 2.0 pour chercheurs (via Marie-Anne Paveau)

Identifier & sélectionner / Lire / Rédiger / Disséminer & diffuser

*

Les carnets de recherche

Pratiques d’écriture

Ni carnet de note, ni site officiel, les carnets de recherche suscitent des formes d’écritures qui nous sont encore inhabituelles, mais qui peuvent trouver leur place dans nos pratiques de chercheur.e.s, de doctorant.e.s.

Je suis même de plus en plus convaincue du rôle central que peut prendre ce type d’écriture dans la pratique de recherche, et en particulier de la potentielle réflexivité qui peut être à l’œuvre dans ces espaces numériques qui reprennent l’idée du « blogging scientifique » (ressources ici et ici).

« Il commence à être accepté aussi par les traitements de texte que le « carnet », s’il est intégré à l’ordinateur, sera composite (il l’était, lorsque nous tenions des carnets papier) : il comporte des liens, des images, des bribes de textes recopiées, des listes de mots ainsi que de choses à faire » François Bon, Après le livre, 2011.

Au cours de ma thèse, et par l’écriture « ni frénétique, ni erratique » sur mon carnet personnel, j’ai compris d’autant plus quelles étaient mes hypothèses et mon approche, le lien entre les différents aspects de ma pratique de doctorante (participation à des colloques, lectures, journées doctorales, enseignements, etc.) : j’ai pu voir ces différents « fragments » s’articuler les uns aux autres sur mon carnet de recherche. J’ai pu rendre explicite, pour moi-même, en même temps que je la partage en ligne, une sorte de cohérence, pas toujours facile à identifier et à formuler de prime abord. Celle-ci a émergé, en quelque sorte, par la distance qu’instaure l’écran vis-à-vis d’écrits jalonnant le parcours du doctorat.

A la différence de mes carnets de notes papier où les éléments restent « en vrac », souvent non aboutis, le carnet de recherche personnel m’a souvent permis de saisir une idée au vol, de lui donner un espace de matérialisation, d’élaboration, d’aboutissement provisoire (et parfois définitif). C’est l’impératif que l’on se pose à soi-même d’être lisible, le cadre délimité du billet, la créativité en termes de types d’écriture qu’il permet et le fait de se savoir finalement lue qui poussent à donner à ces « fragments » une autonomie propre, parfois mise en lien (citation, liens hypertextes) avec d’autres références, d’autres billets, d’autres carnets. C’est la pensée vivante, en construction perpétuelle, qui y trouve sa matérialité.

En dehors des enjeux de publication et d’évaluation des modes d’écritures plus classiquement légitimés dans nos pratiques de recherche, l’écriture de billets donne à mon sens une forme de liberté et de plaisir (auquel on consacre dès lors volontiers du temps) à entrer dans les questions de recherche, au sens le plus large : parler et penser sa problématique de thèse, son expérience du terrain, les enjeux de l’enseignement, de certains types de contenus, de la relation aux étudiants, prolonger les réflexions initiées par une conférence à laquelle on assiste, rebondir sur la lecture d’un billet du carnet d’un autre chercheur, donner corps à une idée éphémère en lien avec son sujet, mais un peu « annexe » (c’est-à-dire dont on ne fera pas un article), partager une bibliographie, des annonces, etc.

Pratiques de lecture

J’ai pris de plus en plus l’habitude de lire des carnets de recherche, dont j’ai parfois rencontré les auteur.e.s. Lorsque l’on rencontre un.e chercheur.se sur son carnet de recherche, dont on devient lecteur régulier, on rencontre tout un univers de questions, d’approches, de thématiques, de lectures, etc. que nous ne pouvons percevoir par une seule intervention, ou dont on prendrait la mesure en parcourant l’ensemble des travaux de ce.tte chercheur.se (et encore, il me semble que les « libertés d’écritures» précédemment décrites offrent aux lecteurs des carnets des points d’entrée irremplaçable dans la pensée d’un.e chercheur.e).

J’en viens à souhaiter lire dans leurs carnets personnels certains étudiant.e.s et chercheur.se.s dont je croise les réflexions et la pensée au détour d’une conférence, d’une formation, afin de rester en contact avec celle-ci (par la lecture et les commentaires des billets).

C’est en tout cas ce que je ressens tout particulièrement pour les carnets de recherche suivants, où le partage de réflexions, me semble incarner ce que je qualifierais volontiers de recherche généreuse, qui se donne à voir, dans sa construction en cours, dans ses questions, parfois dans ses hésitations et ses inflexions :

La pensée du discours, Marie-Anne Paveau

Misanthropologue, Stéphanie Messal

Socio-voce, Frédérique Giraud et Benoît Ladouceur

Enklask / Enquête, Benoît Kermoal

Enseignant en cherchant, Delphine Regnard

Territoire des images, Raphaele Bertho

Langues de feu, Claire Placial

Et ces rencontres scientifiques et humaines ne sont pas que numériques, elles peuvent bien sûr donner lieu à des rencontres IRL (In Real Life). Elles ouvrent ainsi nos frontières disciplinaires et géographiques.

Twitter

« J’allais dire : l’important dans Twitter n’est pas dans ce qu’on y fait, ni dans ce qu’on y découvre, mais – comme dans l’ensemble de l’aventure web –c’est qu’il faut y participer pour le piger avec les mains, et connaître les possibles par notre propre invention. » François Bon, 26 mai 2012

En fonction des personnes auxquelles on s’abonne, Twitter peut devenir une mine d’informations. De plus en plus de chercheurs sont sur Twitter et partagent notamment leur veille, en même temps qu’ils la font.

Twitter est un outil assez fascinant que je ne pourrais raconter en peu de ligne. Je choisis plutôt de vous renvoyer au très bon billet de François Bon à ce sujet et aux quelques références données en fin du présent billet.

Je garde en particulier des souvenirs marquants de LT (Live-tweet) d’évènements scientifiques (conférences, journées d’études, etc. | notamment dans le cadre de l’université d’été du Cléo où les participants étaient particulièrement familiarisés à ces outils) ou le croisement des perspectives abordées par le conférencier avec celles, en temps réel, des auditeurs dans la salle m’a donné pleinement accès au sens du terme « augmenté ».

« J’ai toujours pensé Twitter comme une sorte de radio personnelle, mais une radio dont le texte serait le média. », François Bon, 26 mai 2012

« Pourquoi cesserait-on d’écrire parce qu’on est sur Twitter ? » François Bon, 26 mai 2012

Écriture collaborative

L’expérimentation de l’écriture collaborative vaut également d’être vécue, pour peu que l’on s’intéresse aux pratiques d’écritures collectives.

De la rédaction de comptes-rendus en direct lors de colloque (exemple : Sciences sociales 2.0), à la rédaction de billets à quatre ou six mains, nous sommes encore loin, je pense, d’avoir épuisé les potentialités offertes par ces outils pour nos pratiques de recherche, et pour la créativité de nos modes d’écritures.

Sur les outils collaboratifs, voir les billets écrits par A. Barbaresi ici et ici.

**

Pendant la rédaction de ma thèse, où j’étais attablée à mon ordinateur en permanence, et sur la fin le numérique a organisé mes journées (lectures, écritures, interactions par les réseaux sociaux). L’écriture sur écran, loin de m’isoler, me connectait (avec tous les risques de dispersions que cela peut comporter et que l’on apprend petit à petit à gérer).

Je me sentais intégrée dans une recherche vivante, au quotidien. Et plus largement à une pensée vivante, au quotidien. Car même si les chercheurs sont de plus en plus présents dans les réseaux et sur les blogs, ils ne sont pas les seuls, bien sûr, à penser la science, les savoirs, la recherche, les discours et le numérique. Encore une fois, il s’agit de trouver les sources (veille, flux RSS) et les comptes à suivre (Twitter).

De la même façon que je sors revigorée d’une discussion riche avec des collègues, d’une conférence qui donne à réfléchir, les outils numériques, dans ce qui devient une forme de rituel (tour d’horizon de ma veille, lecture de billets de carnet de recherche et de blogs, Twitter) me mettaient les idées en marche au lever.

Les effets réels sur ma recherche :

  • je me suis autorisée à écrire, sur ce qu’il m’importait de penser en lien avec mon expérience de thèse ;
  • j’ai compris mieux ce que je faisais et où je me situais (approches, cadres théoriques, disciplines, etc.) :
  • j’ai trouvé une certaine satisfaction à sentir un intérêt pour ce que j’écrivais (voir l’idée de conversation silencieuse développée par Marin Dacos)
  • j’ai découvert des ressources a priori insoupçonnées sur mon sujet de recherche (recommandations de contenus, élargissement des perspectives et du regard en lien avec mon sujet de thèse) ;
  • j’ai rencontré des chercheurs, y compris dans les mêmes locaux que ceux où je travaillais, via le numérique : Yann Calbérac, Adrien Barbaresi, les membres du Labo junior Com’Eau, etc.
  • les rencontres numériques ont donné lieu à des projets concrets de recherche (exemple des Espaces réflexifs)

Au moment de la fin de la thèse, je ressens le besoin de ré-étalonner mes pratiques numériques afin qu’elles s’intègrent au mieux à mes nouvelles temporalités, actualités de recherche et façon de travailler. Mais je ne doute pas qu’elles seront prendre leur place là où les besoins se ressentent, de la même manière qu’elles se sont rendues incontournables au fur et à mesure de mon doctorat. Avec toujours une attention particulière au fait de garder du temps hors numérique, notamment pour certaines périodes de rédaction incompatibles, pour les lectures papier et les moments déconnectés, afin d’éviter le surmenage numérique face au trop-plein d’informations intéressantes qui circulent sur le web.

Quelques ressources sur la recherche 2.0 et pour penser le numérique

Bon, F. 2011, Après le livre, Paris, Seuil. (disponible en format numérique)

Casilli, Antonio, 2010, Les liaisons numériques, Paris, Seuil.

Doueihi M., 2011, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil. (disponible en format numérique)

Blanchard, Antoine (2010). « Ce que le blog apporte à la recherche », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/172

Ginouvès, Véronique (2008) « Recherche documentaire sur l’internet en SHS », Aldébaran, Méthode, [En ligne], mis en ligne le 16 novembre 2008. Consulté le 28 mai 2012. URL : http://aldebaran.revues.org/5822.

Gunthert, André (2010). « Why Blog ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/174

Mounier, Pierre (2010). « L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/169

Conférences de sciences sociales 2.0 (17 novembre 2011) – Vidéos en ligne

Conférences de l’université d’été du Cléo (septembre 2010) – Certaines vidéos en ligne

Faire des humanités numériques – Aurélien Berra (29 novembre 2011) – Vidéo en ligne : 1h02

Sitographie sur Twitter dans la recherche : Twitter for academic research

Aboubekeur, Zineddine (15 mars 2012) “ Dix bonnes raisons pour tenir un carnet de recherche! ”. Analyse du discours numérique [Carnet de recherce] Consulté le 28 mai 2012. http://metablog.hypotheses.org/1

Acquier, Françoise (2 décembre 2011) “Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ?”. Le Cresson veille [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://lcv.hypotheses.org/4070

Barbaresi, Adrien (21 mai 2012) “Outils numériques, travail collaboratif et formation”. Ressources pour la thèse et au-delà [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://enthese.hypotheses.org/431

Barbaresi, Adrien (21 mai 2012) “Concepts et outils du travail collaboratif”. Ressources pour la thèse et au-delà [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://enthese.hypotheses.org/15

Bon, François (26 mai 2012) “Twitter et comment s’en servir”. Tiers-Livre [Blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2931

Chibois, Jonathan (18 novembre 2011) “Conférences 2.0 : ubiquité et réalité augmentée”. LASPIC [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://laspic.hypotheses.org/208

Chibois, Jonathan (4 mai 2012) “[Bibliographie] Le blogging scientifique”. LASPIC [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://laspic.hypotheses.org/645

Chibois, Jonathan (31 mai 2012) “Partageons nos procédures de veille”. LASPIC [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://laspic.hypotheses.org/921

Dacos, Marin (23 juillet 2009) “La conversation silencieuse”. blogo numericus [Blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://blog.homo-numericus.net/article191.html

Ertzscheid, Olivier (7 février 2011) “La recherche d’information n’est pas une maladie”. affordance.info [blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2011/02/la-recherche-dinformation-nest-pas-une-maladie.html

Ertzscheid, Olivier (2 mai 2012) “Science 2.0 : renouveau de la recherche et/ou de l’échange scientifique ?”. affordance.info [blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2012/05/science-20-renouveau-recherche-echange-scientifique.html

Faury, Mélodie (11 octobre 2011) “Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer” L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://infusoir.hypotheses.org/1521

Faury, Mélodie (19 novembre 2011) “A travers champs – Sciences Sociales 2.0“. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://infusoir.hypotheses.org/1878

Faury, Mélodie (10 février 2012) “Des regards qui se croisent… numériquement”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012.  http://reflexivites.hypotheses.org/614

Faury, Mélodie et Giraud, Frédérique (13 février 2012) “Le carnet de thèse”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le le 28 mai 2012.  http://reflexivites.hypotheses.org/641

Faury, Mélodie (5 décembre 2011) “Le “carnet” de recherche”. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://infusoir.hypotheses.org/1984

Mercklé, Pierre (24 novembre 2011) “Sciences sociales 2.0 : la preuve par l’exemple”. pierremerckle.fr [blog]. Consulté le 28 mai 2012. https://pierremerckle.fr/2011/11/sciences-sociales-2-0-la-preuve-par-l%E2%80%99exemple/

Messal, Stéphanie (11 octobre 2011) “[RDV] – Miroir, mon beau miroir…” Misanthropologue [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://misanthropologue.hypotheses.org/251

Moulin, Christine (8 janvier 2012) “Les hashtags” La souris de bibliothèque [blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://lasourisdebibliotheque.hautetfort.com/index-2.html

Paveau, Marie-Anne (21 janvier 2012) “Le doctorant 2.0. L’infusoir et Enklask à Paris 13”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8240

Paveau, Marie-Anne (27 février 2012) “Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter” La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8338

Verdeil, Eric (4 décembre 2011). “Comment je blogue”, Rumor [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://rumor.hypotheses.org/2249


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

24 réflexions au sujet de « “La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012 »

  1. Je te remercie pour ce partage d’expérience. Je suis doctorante en première année, non issue d’un master 2 de recherche. Grâce à des associations je suis régulièrement informée sur les activités concernant l’aspect général de mon domaine de recherche. Mais il est clair que l’utilisation d’outil de veille aide à optimiser le résultat de ces recherches.

  2. Il y a une sorte de jointure, tangente probablement, et une sorte de distance (notamment de style) (ce n’est pas la même littérature) (est-ce que c’est de la littérature, ici ou là ? outils ? boîtes à outils ?) à quoi ça sert ? l’utilité, disons chez vous, ne se questionne pas (vous av-i-ez une thèse à faire); chez eux, nous, les autres communicants en vase (qu’on espère pas spécialement clos, mais vous les ouvrez, en quelque sorte) l’utilité est plus relative) (on se demande si l’utilité est un critère) (un de ceux là me disait ce matin-ou hier- hier plutôt-

    >> Même Twitter, ça ne sert à rien, valse des remerciements qui n’apportent qu’un
    >> ou deux lecteurs en plus.

    on s’en fout, en clair, de l’utilité, dans ce monde-là, on fait des trucs, et on les pose, voilà tout… Mais je crois, je lui en « parlais » juste là (mail) que l’aspect comptable (développé dans l’autre vase) n’a pas spécialement à tenir une place plus particulière qu’un autre (aspect) (c’est compliqué). En tout cas, on partage quelque chose, vous sur un certain mode, les poètes sur un autre, les autres sur autre chose encore. Ca fait vivre le bazar Vazco et c’est tant mieux… On verra à l’usage, mais on s’en fout, puisqu’on continue. Avec un certain plaisir, même…

    1. Oui effectivement c’est compliqué, après plusieurs lectures de votre message je ne sais pas trop à quoi m’en tenir, j’opte pour la critique bienveillante.
      Je ne connais que de loin les Vases Communicants, mais ce que vous dites me semble juste, l’échange qui a été réalisé ici est d’une autre nature que ce que vous faites (et qui serait la tonalité dominante de ces échanges). Je pense qu’il faudrait alors discuter directement sur http://rendezvousdesvases.blogspot.fr/ des gros mots comme « utilité » et « comptable » que vous écrivez pour déterminer s’il faut ou non opérer un resserrement des thèmes ou du genre…

      1. ici ou là, quelle différence ? C’est cette question qui est importante, aussi. Oui, critique bienveillante si vous voulez (mais pas vraiment critique) : le truc, c’est probablement votre « connaissance de loin » voyez… On peut discuter de l' »utilité » de cette démarche (mais pour les vases, ça ne se discute pas : on vient ou on ne vient pas, voilà), de la logique « comptable » aussi (il y a tant de visites, tant de « visiteurs uniques », pourquoi ces comptes ? ces décomptes ? à quoi ça va servir ? on pense à l’audimat : mettez un bandeau, on vous donnera un disque dur, vous connaissez l’histoire…) et bien sûr que c’est compliqué (tout en étant parfaitement simple : on cherche quoi ? on veut quoi ? on répond à ces deux questions, et on arrive à quelque conclusion…)…

  3. Merci pour ce billet très riche dont nos lecteurs profiteront j’espère !

    J’en profite pour faire un commentaire sur Twitter et notamment le billet de François Bon auquel tu fais référence : Twitter nécessite tout de même beaucoup de temps si on veut vraiment tirer des informations utiles du flux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *