Le papier et l’écran ou le doctorant et le classement des données

Après la visualisation des données, voici quelques nouveaux conseils pratiques de « rangement » desdites données à usage purement interne et pratique. Pas question d’exploitation scientifique donc, mais de rangement !

Nous sommes tous confrontés à la nécessité de ranger

Comme le titre de ce billet le laissait entendre, il ne sera pas question de relancer ce débat aussi vieux que stérile du « papier vs. numérique ». Aux tenant inconditionnels de l’un ou de l’autre d’inventer et d’exposer leurs méthodes de travail et de classement, les lignes qui vont suivre s’adressent à ceux, nombreux parmi les doctorants, que oscillent entre les deux pratiques et se sentent aussi à l’aide devant un clavier qu’un stylo à la main et qui passent de l’une à l’autre pratique pour des raisons diverses et souvent personnelles voire purement « climatiques » selon le moment et les circonstances.

La question se pose nécessairement après quelques mois de travail, sur plusieurs chantiers différents (différents dossiers de thèse ; thèse/article/cours/colloque…) du classement des données accumulées sous une forme ou sous une autre. Les pratiques sont variées et s’accumulent en vrac notes manuscrites ou informatiques, dossiers composés de plusieurs notes de lecture, feuilles éparses et cahiers, photocopies, photographies ou numérisations d’articles ou d’ouvrages, simples lectures cursives sans traces « matérielles »… Supports et modes de collecte de l’information sont aussi variés que personnels.

Comment alors, le moment venu, retrouver l’information acquise parfois longtemps auparavant, sans perdre de temps, comment faire pour que son acquisition à un moment où son utilité n’était pas immédiate, n’ait pas été une perte de temps, comment faire que la retrouver ne passe pas par sa ré acquisition, parfois plus rapide, mais toujours très frustrante. Voici quelques pistes de classement qui passent par les logiciels bibliographique et une pratique très personnelle.

Quelques pistes

Premier conseil donc, « tout enregistrer », c’est-à-dire ouvrir une fiche bibliographique  pour tout article, ouvrage… lu (ce n’est pas lourd, 1000 fiches bibliographiques = 227 Ko sur Endnote).

Deuxième conseil, « personnaliser à outrance les fiches », pour que le logiciel fonctionne comme ce qu’il est en réalité, une base de données qui ne sont pas que bibliographiques, pour que la machine s’adapte à nos besoins et surtout à nos pratiques et non pas l’inverse.

Quelques exemples. Créer un champ « Mode de consultation/ Conservation », qu’on pourra remplir ses propres notations, par exemple : « notes, manuscrites ; notes sur photocopie… » ou tout autre renseignement qui permette de retrouver l’information. Telle référence qui se trouvera utilisée dans deux parties de la thèse sera référencée  dans « dossier chapitre 1 » ; telle fiche se trouvant en fait dans le dossier informatique consacré à telle autre matière sera référencée comme : « notes informatiques dans fichier BnF-2012-02-10 », avec bien sûr le moyen de joindre ledit fichier (attention cependant aux logiciels bibliographiques qui permettent d’attacher des dossiers sans les mettre à jour quand on les modifie ou les déplace).

Créer un autre champ « utilisé dans » ou « à utiliser dans » : rempli par « cours L2 sur économie romaine », « article sur le père dans Britannicus de Racine »… qui permet non seulement de n’éditer que la bibliographie concernant un travail donné de la base générale, mais aussi de prévoir dans quel cas utiliser une référence lue pour tout autre chose.

On peut bien sûr recourir à un champ « mots clefs ».

Enfin, il peut toujours être bon de retourner à la source parfois et l’on sait que les catalogues de bibliothèques généralisés ne sont parfois pas si généraux que cela : dans ce cas on peut créer un champ « cote ou localisation » pour savoir où l’on a trouvé tel ou tel ouvrage rare…

Tout cela ne constitue bien évidemment que des conseils de rangement pour pouvoir s’y retrouver un peu dans le travail de collecte des informations.

Bon travail bon rangement !


Une réflexion au sujet de « Le papier et l’écran ou le doctorant et le classement des données »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *