Compte rendu de la réunion sur la mobilité des doctorants

Aborder son voyage dans de bonnes conditions, conseils pratiques

Internationaliser son parcours

La réunion a été ouverte par Elisabeth Persoud, du service des relations internationales du PRES de Lyon, qui a insisté sur les diverses questions d’ordre pratique sur lesquelles il faut veiller afin d’aborder son voyage à l’étranger dans de bonnes conditions. Parmi elles, on compte :

  • le type de statut : dans l’ordre décroissant d’ « officialité » :
    • cotutelle (deux statuts dans deux universités) cf. infra
    • séjour de recherche dans un laboratoire ou une bibliothèque : partez avec un ordre de mission en cas d’accident du travail (si pas salarié : demandez une convention tripartite qui offre une protection), enregistrez-vous au consulat de France, signalez-vous auprès de l’université d’accueil
    • Séjour de recherche sur le terrain : hors de tout cadre universitaire
  • le financement : le maître mot : anticiper.
    Sollicitez les services de la recherche, les RI pour obtenir informations sur les financements. Vous trouverez un inventaire des financements pour la mobilité sur http://www.universite-lyon.fr/international/

La préparation au départ

  • Être en règle (passeport, visa, permis de séjour pour + de 90 jours…) ;
  • Argent (penser à estimer son budget, devises, se renseigner sur l’ouverture de compte, regarder les conditions tarifaires de sa banque, les traveller-chèques remboursés en cas de perte ou de vol, déclarer ses frais professionnels en frais réel…) ;
  • Assurance (maladie, responsabilité civile, rapatriement. La MGEN couvre en Europe et au Québec. Attention hors EEE et Suisse, prendre une assurance maladie/ hospitalisation = les frais peuvent être très onéreux en Amérique  du Nord) ;
  • Sécurité et situation sanitaire (www.diplomatie.gouv.fr);
  • Sécurité des données numériques : « Passeport de conseils aux voyageurs » de l’ANSSI ; demander une carte ISIC (offre réductions) ; prendre des cadeaux à offrir en arrivant.
  • Ne restez pas anonyme : faites-vous connaître du consulat, rapprochez-vous d’une équipe de recherche ; proposez de présenter votre établissement/ votre laboratoire.

Retours d’expérience

La suite de cette première partie a été conduite par des doctorants qui ont vécu cette expérience de mobilité. Quelques éléments à retenir de leur présentation :

Julie le Gall, docteur en géographie (Université Paris I), thèse en co-tutelle avec l’Argentine (Buenos Aires).

L’intérêt de la semestrialisation -> ne pas hésiter à la demander pour pouvoir organiser un long séjour.

La complexité de monter une convention de cotutelle : se renseigner auprès d’étudiants qui ont fait une cotutelle dans le même pays.

Dans certains pays, il faut valider des séminaires pour obtenir un doctorat ; les délais ne sont pas forcément les mêmes qu’en France ; les procédures administratives peuvent être très différentes.

Olivier Baisez, doctorant en études germaniques (Université de Picardie/ Université de Munich), thèse en co-tutelle avec l’Allemagne.

Tout passe par le doctorant, qui est au cœur du processus. La cotutelle est souvent une histoire de « débrouille » : ni les services des relations internationales des universités ni les directeurs ne sont parfois à même de résoudre les problèmes administratifs générés par la cotutelle (question de langue, de pratiques universitaires différentes). Le doctorant doit souvent mettre en place les contacts et s’occuper d’une partie du travail de convention (traduction etc.) lui-même.

La cotutelle est à la mode, s’en défier : elle implique beaucoup de contraintes, il faut bien réfléchir avant de s’y engager. Il faut une réelle motivation.

Envisagez les conséquences de la cotutelle même après la soutenance : par exemple, pour être docteur en Allemagne, il faut éditer sa thèse.

Anna Canavo, docteur en histoire ancienne, thèse en co-tutelle avec l’Italie (Université Lyon 2/ Ecole Normale de Pise).

Facilité de la cotutelle franco-italienne, une convention bilingue sur le site de l’Université franco-italienne (http://www.universite-franco-italienne.org/contenu/documents/docs_ref/conf_rettori_13-02-98.pdf)

La cotutelle est très intéressante pour tout étranger souhaitant s’installer en France : elle délivre un diplôme français, le statut de doctorant français permet de postuler à des postes d’ATER.

Réactions de Mathilde Bégrand (service mobilité internationale de l’ENS) et Marie-Danielle Ray (Bureau des cotutelles internationales de thèses de Lyon 2)

  • la cotutelle est une convention établie entre un doctorant et deux établissements habilités à délivrer le doctorat dans deux pays européens différents. Elle permet en pratique d’avoir deux directeurs, d’être inscrit dans deux universités avec obligation de passer du temps dans l’une et l’autre (mais frais d’inscription dans une seule) ; deux diplômes de doctorat ; une seule soutenance.
    La convention initiale fixe la répartition du temps dans les deux universités, le lieu et la langue de soutenance (résumé obligatoire dans l’autre langue) -> la cotutelle est régie par la loi du 6 janvier 2005, mais les situations sont très variables selon les universités.
  • Les exigences de la cotutelle peuvent se transformer en dangers : les deux centres de recherche et surtout les deux directeurs doivent s’engager à travailler ensemble ; le doctorant doit savoir se plier aux exigences des deux systèmes universitaires.
  • La différence doit être établie avec la codirection qui se définit ainsi : deux directeurs de thèse (dans deux établissements qui peuvent être français tous les deux) ; une seule inscription dans l’établissement principal ; un seul diplôme délivré en fin de thèse (avec mention du co-directeur sur le rapport).

Pour les doctorants de l’ENS : pensez à consulter le site de l’école :

 

Notre liste de liens compte une section partir à l’étranger.

Les vidéos de la conférence sont en ligne : Conseils pratiques et étude de cas.

N’hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement complémentaire. Nous pourrons vous mettre en contact avec les personnes concernées.


Une réflexion au sujet de « Compte rendu de la réunion sur la mobilité des doctorants »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *