Quelques conseils pour préparer son insertion professionnelle extra-universitaire

Le lundi 18 juin 2012, ENthèSe organisait, en partenariat avec trois autres associations de jeunes chercheurs, un après-midi d’information sur l’insertion professionnelle des docteurs en SHS. Sujet à la mode, cette question a déjà fait l’objet de plusieurs enquêtes et rencontres entre les représentants de l’Université et ceux de l’entreprise :

  • Association Bernard Grégory (ABG) et MEDEF en 2007 : « Pourquoi se priver des docteurs ? »
  • Mise en place du Contrat doctoral unique et contrat CIFRE
  • Confédération des jeunes chercheurs : reconnaître le doctorat comme expérience pro
  • Enquête APEC – Deloitte conseil : « Les besoins en compétences dans les métiers de la recherche à l’horizon 2020 »  décembre 2010
  • Enquête Adoc Talent Management, Compétences et employabilité des docteurs, janvier 2012
  • Journée pour l’Emploi des Doctorants en SHS, janvier 2012, Universités Lyon 2 et Lyon 3

Cette demi-journée réunissait des spécialistes de l’insertion professionnelle et de jeunes chercheurs qui ont fait part de leurs témoignages et de leurs conseils, que nous aimerions désormais partager.

La valorisation des compétences

Si le doctorat est une expérience au long court, très prégnante, il importe de s’en détacher pour penser véritablement un projet qui sorte de la recherche académique. Il faut en faire le deuil. Il ne s’agit pas pour autant de nier le travail de thèse. Au contraire, la thèse est une expérience professionnelle à part entière. Mais pour que l’employeur la perçoive comme telle, encore faut-il s’en convaincre soi-même et la présenter comme telle, en dépassant le contenu proprement universitaire du doctorat.

Aussi est-il important de connaître et expliciter les compétences qu’un docteur peut faire valoir et qui sont attendues.  On en retiendra 12, mais la liste ne se veut pas exhaustive :

 

 

NB : N’oubliez pas de faire le point au cours de la thèse en listant les compétences acquises et celles qu’il reste à travailler.

La valorisation de compétences doctorales au sein du privé ne prend sens que dans la perspective d’une démarche réfléchie et mûrie visant à intégrer la sphère entrepreneuriale. Il se peut, certes, que ce débouché ne se soit imposé qu’au cours de la thèse, peut-être même par défaut. Aussi un peu d’imagination et de rhétorique seront-elles les bienvenues. Elles ne suffiront cependant pas et devront être étayées par quelques renseignements sur l’entreprise/type d’entreprise susceptible de vous embaucher : type de structure et de fonctionnement, objet de l’entreprise, organigramme, secteurs d’activité, rayonnement national, international, mode de travail, etc. La connaissance de l’entreprise permet de travailler le profil en adéquation avec les besoins de celle‑ci, de sélectionner les compétences à mettre en avant, de prévenir les attentes et les questions qui seront posées.

NB : Ce travail peut être l’occasion de se tourner vers les PME souvent négligées par les docteurs qui privilégient d’abord les grands groupes.

Demeure, malgré tout, la méconnaissance du marché, de ses impératifs, de la rentabilité, etc., qui relèvent avant tout du monde de l’entreprise. À cela s’ajoute fréquemment l’absence de pratique du métier convoité. Toutefois, la technicité/les compétences professionnelles déborde(nt) la seule pratique. Les connaissances théoriques sont attendues, autant que les compétences personnelles. Les managers recrutent avant tout une personne capable de s’intégrer dans une équipe et de travailler avec elle, de s’adapter à l’environnement, etc. Il ne s’agit pas de maîtriser l’outil utilisé par l’entreprise mais d’être capable de se former à tous types de logiciels (expérience de thèse à l’appui) ou de bénéficier d’une expérience sur un logiciel similaire. Nul n’est parfait, ce n’est pas grave !
Les recruteurs le ressassent : ce ne sont pas les meilleurs qui sont embauchés et se sont les compétences personnelles qui font la différence.

NB : Avoir vécu un échec et avoir réussi à le surmonter, voire même à en avoir fait un élément de motivation, peut-être très attractif !

Le projet professionnel et le réseau

Au moment de définir son projet professionnel, il importe de ne pas limiter l’horizon des possibles en fonction du vécu. Il ne faut pas confondre ce qu’on a fait, ce qu’on sait faire et ce qu’on peut faire. A cette recommandation fait pendant celle de toujours placer les choix effectués dans une stratégie d’explication, de toujours illustrer, concrètement, les compétences qu’on s’attribue. Il faut permettre à l’interlocuteur de dépasser l’image du docteur éternel étudiant, et lui donner les éléments qui lui permettront d’imaginer son futur collaborateur.

Le projet professionnel circonscrit, l’effort de valorisation des compétences réalisé, il convient d’amorcer la recherche d’emploi par une « démarche réseau ». Cette dernière permet de garder le contact avec la sphère professionnelle et de conserver un phrasé scientifique. La démarche réseau est vaste. Elle touche autant la famille, les réseaux en ligne que des spécialistes qui auront été contactés pour l’occasion.

Dans tous les cas il s’agit de parler de sa recherche d’emploi en termes positifs et simples. Amené à parler de ses travaux, de l’emploi convoité, il importe d’adapter son discours. L’idéal est de tenir prêt deux types de présentations : l’une courte, qui introduit le profil et permet aux interlocuteurs de se souvenir aisément de celui-ci ; l’autre développée pour les entretiens.
Dans tous les cas, il ne faut jamais demander un travail :

  1. le chercheur d’emploi fait peur
  2. on ne propose pas un poste à un inconnu
  3. on craint de devoir prendre en charge une recherche d’emploi…

Il est par contre bienvenu de demander des conseils (préparer une liste de questions) et de ne pas repartir sans avoir donné sa carte de visite (très important !) et demandé un nouveau contact.

NB : Ne jamais venir avec un CV tout fait à un premier RDV, rôder sa présentation et annoncer un temps (assez court, 30 min max.) à l’interlocuteur et s’y tenir. Ce temps écoulé proposer de s’arrêter : c’est pro et si l’interlocuteur est intéressé il proposera spontanément de poursuivre l’entretien.

Conclusion

Pour conclure ce post sur une note d’optimisme, je reprendrai les idées développées par  B. Verney, représentant du MEDEF en Rhône-Alpes. Certes des efforts restent à faire, par les chefs d’entreprises et les docteurs, pour mettre à bas les images erronées des uns et des autres. Une hyper-sensibilité des entreprises quant à l’innovation et à la recherche ne s’observe pas moins actuellement.

En outre, embaucher des docteurs pour avoir une crédibilité à l’international devient une nécessité. Cette évolution est le signe d’une prise de conscience de la plus-value que peut représenter un docteur pour l’entreprise. Il nous incombe dès lors de la soutenir et de la défendre, dans notre propre intérêt et à condition de croire en notre talent.

Quelques interlocuteurs et ressources pour faciliter et préparer une démarche d’insertion professionnelle extra-universitaire


Gabriel Garrote

Doctorant en Histoire contemporaine, je réalise une thèse sur la notabilité au 19e en mêlant approches historique, sociologique et géographique.
Longtemps impliqué dans le milieu associatif, je me suis particulièrement intéressé à la question du transfert des compétences acquises au cours du doctorat hors de la sphère universitaire.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

2 réflexions sur « Quelques conseils pour préparer son insertion professionnelle extra-universitaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *