Faire relire sa thèse pour corrections

Au cours de la rédaction de la thèse (et en général à la fin !), chacun est amené à faire relire tout ou partie du manuscrit pour corrections. Que celles-ci soient scientifiques ou simplement formelles – l’adverbe est sans doute de trop car les corrections formelles ne sont jamais ni rares ni simples – comme les relecteurs sont nombreux pour l’ensemble du texte et parfois pour une seule et même partie, mieux vaut respecter quelques règles qui rendent les relectures plus efficaces.

Premier conseil : renommer le fichier de correction

Souvent le correcteur ouvre le fichier matrice, le modifie, l’enregistre et le renvoie tel quel. Résultat : on se retrouve avec plusieurs versions d’un même document, portant le même nom et ni la taille du document, ni sa date de dernier enregistrement n’aide vraiment à s’y retrouver si on l’a modifié depuis l’envoi au correcteur. Il est donc plus pratique de le renommer pour éviter les catastrophes et passer du partie_1. Doc au partie_1_relue-Dupont.doc !

Deuxième conseil : deux documents

Toujours disposer de deux documents : son propre document maître sur lequel on reporte les corrections envoyées dans un second fichier. Ne jamais se servir du fichier d’un correcteur : trop de choses ont pu bouger pendant le transport, en admettant que vous n’ayez pas modifié votre fichier entretemps : le format (.doc / .docx), la feuille de style etc. Vous maîtrisez l’ensemble des paramètres de votre document, pas ceux du fichier envoyé par le correcteur.

Troisième conseil : le mode d’emploi

Établir, au moment de l’envoi des différents tronçons de thèse, un « mode d’emploi » aux correcteurs pour les guider dans leurs relectures. La liste peut comprendre :

  • un délai pour le rendu des corrections (évite de presser les gens et en même temps permet d’avoir tout ce qu’on doit avoir à temps) ;
  • un exposé du système d’abréviation et de notation des références : il y en a presque autant que de thésards ! Si la relecture formelle doit être précise – et c’est ce dont on a le plus besoin pour que toutes les notes soient harmonisées – il est utile que le correcteur ait les clefs du système adopté et qu’il n’ait pas à les deviner en cours de route : c’est toujours du temps de perdu ;
  • une liste des fautes courantes dont on est coutumier : quoi que / quoique ; quelque / quel que etc.) ;
  • des éléments qu’un rechercher / remplacer ne permet pas de repérer et qui demandent une lecture attentive ;
  • les conventions typographiques adoptées : guillemets français encadrant une citation et américains à l’intérieur d’une citation, langues étrangères en italique / romain… Rappel : la Bible en la matière est toujours le Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale qui a réponse à tout.

Quatrième conseil : la présentation des corrections dans le fichier

La fonction correction / commentaire de Word n’est pas toujours claire à suivre : elle modifie considérablement le document (en cas de suppression de texte par exemple), elle n’est pas forcément facile à suivre en cas de restructuration syntaxique (entre les différentes suppressions et rajouts), elle devient difficile à suivre, malgré le jeu de couleurs quand il y a plusieurs relecteurs. De plus, il est difficile de « se débarrasser » des corrections une fois que le système a été activé dans un document, et ledit système est peu efficace quand il s’agit de ne pas conserver le document qui porte les corrections. Reporter les corrections dans le corps du fichier en adoptant un jeu de couleur n’est pas non plus très efficace, surtout en cas de correction légère, quand on fait défiler le texte, on peut en laisser de côté.

Une solution consiste en l’utilisation d’une suite de caractères dont on est sûr qu’elle n’est pas employée dans le reste du document (*** ; ???; %%%) pour signaler la correction. Il suffit ensuite d’appeler la suite choisie pour repérer toutes les corrections.  Ce système peut être utilisé aussi pour laisser des marques de régie dans le corps de son document pour signaler des passages à reprendre, des notes à compléter etc. On évite de se retrouver avec de la couleur dans le document final, et pour être sûr de les avoir tous éliminés, il suffit de vérifier que la suite choisie n’apparaît plus dans le document final.

 

Bien sûr ces conseils, issus d’une pratique, ne sont pas intangibles et chacun peut les adapter à sa manière ! Bonnes relectures (et, bien sûr, n’oubliez pas vos v/mal(h)eureux correcteurs dans les remerciements !).


4 réflexions sur « Faire relire sa thèse pour corrections »

  1. Merci pour tous ces bons conseils. Une autre possibilité pour faire apparaître clairement toutes les corrections est d’utiliser la fonction  »comparer » dans votre logiciel de traitement de texte. Il suffit de comparer le document corrigé (agrégation de toutes les corrections apportées par les différents relecteurs) avec le document original. Le tour est joué !

  2. Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant. Je souhaitais apporter une précision concernant votre conseil, qui est d’employer une suite de caractères dont on est sûr qu’elle n’est pas employée dans le reste du document (*** ; ???; %%%) pour signaler la correction, puis d’appeler la suite choisie pour repérer toutes les corrections.
    Il n’est pas nécessaire de d’employer une suite de caractères : si votre correcteur met tout simplement ses corrections en rouge (ou une autre couleur), il vous suffit d’aller dans l’outil « Rechercher » de votre traitement de texte, puis de sélectionner la couleur en question (allez dans les options avancées) sans entrer de texte spécifique : tous les passages écrits en rouge seront appelés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *