Vade-mecum du début de thèse

Après les réjouissances liées à l’inscription en première année de doctorat, assorties pour certains de l’obtention d’une bourse ou d’un contrat, le doctorant doit s’atteler à diverses tâches. En effet, le singulier de la thèse cache une multitude de travaux et de fonctions auxquels il faut répondre simultanément, et ce dès les premiers mois, hormis la quête d’un financement que nous n’abordons pas dans ce vade-mecum (voir notre article sur les contrats doctoraux). Voici quelques réflexions sur l’organisation pratique du travail de recherche et sur les enjeux psychologiques du début de thèse.

I/ Sur le plan pratique : comment tout mener de front ?

Il y a le travail de thèse proprement dit et ses entours : un complément d’enseignement ou un travail à temps complet, la participation à des séminaires et colloques, un devoir de publication, les formations doctorales.

Quelle part donner à chacune de ces tâches et comment les répartir dans notre emploi du temps ?

Certaines semaines, le travail universitaire ou scolaire monopolise tous nos efforts. L’essentiel est de garder à l’esprit que la thèse est prioritaire, mais que le temps qui lui est exclusivement imparti peut varier, selon les périodes de l’année (corrections et surveillances de partiels par exemple, conseils de classe). L’essentiel est de ne pas abandonner longuement le travail de recherche. En cas de semestrialisation notamment, le risque est d’apporter une réponse dilatoire à la charge de travail, en « misant » tout sur le semestre libre.

Comment optimiser les déplacements liés aux différentes localisations des ouvrages à consulter ?

Il faut anticiper, c’est évident. S’octroyer un temps idoine pour la recherche des références et faire une synthèse des ouvrages disponibles et de leur emplacement. Puis répartir la consultation des ouvrages en fonction de nos déplacements.

Notons que chaque bibliothèque impose sa marche à suivre. Il est donc prudent de contacter les différentes institutions avant de se déplacer :

  • certains ouvrages sont disponibles immédiatement ; d’autres, à réserver : c’est le cas du Rez-de-jardin de la BNF où il faut, en sus, réserver une place à l’avance (15 jours minimum en période d’intense activité universitaire) ; à la Sorbonne, actuellement en travaux, la plupart des ouvrages sont mis en réserve sur un autre site : il faut en faire la demande à l’avance.
  • les supports sur lesquels on travaille sont à vérifier: microfiches, livres, vidéos, sources numériques ou papier, ouvrages supportant les photocopies ou non. Il est regrettable de se mettre en frais pour aller chercher un ouvrage disponible en version numérique…
  • le mode de recension des ouvrages ou des vidéos nécessite de déterminer, au préalable, quels articles devront être photocopiés pour être à disposition en permanence ou quels sont ceux qui nécessitent une simple prise de notes. Dès le début de la thèse, il est donc impératif d’anticiper les contraintes de la rédaction et de s’assurer que le référencement des outils dont on aura besoin est complet (emplacement, cote, mode d’accès, références paratextuelles, jusqu’au numéro de page, indispensable pour les notes infrapaginales).
  • le confort des bibliothèques est variable (bruit, température ambiante) : privilégiez l’emprunt ou la consultation sur place, selon les circonstances.

Les trajets : comment les rentabiliser ?

Au risque de paraître triviale, je préfère multiplier les « mesures de prévention » : prévoir des boules Quiès pour les trajets en train, privilégier si possible les horaires creux pour voyager, réserver aux trajets de retour des activités nécessitant peu de concentration, prévoir des documents peu encombrants (les versions numériques d’ouvrages dispensent d’emporter autre chose que son ordinateur).

En ce qui concerne la réservation de billets, il est plus prudent de s’en inquiéter dès l’été : parfois, les billets Prem’s ou IDTGV sont plus intéressants qu’un abonnement.

Le logement

Mieux vaut s’en occuper dès l’été, contacter des amis afin d’établir un programme d’hébergement. Les déplacements hebdomadaires peuvent être fatigants et imposer des préparatifs pénibles, si bien qu’il est préférable de ne pas avoir à se soucier chaque semaine de son gîte !

 

II/ Sur le plan psychologique : de la « journée blanche » à la « thèse longue durée ».

Un doctorat est un engagement de 3 ans a minima qui engendre bien des angoisses dues :

  • à la longue durée du travail : la thèse « longue durée » n’est pas une maladie ni une punition ! Si la vision à long terme peut être effrayante, chaque période a ses intérêts. Aussi convient-il d’apprécier les étapes les unes après les autres : la recherche bibliographique, la lecture d’articles, les déplacements sur le terrain, l’élaboration du plan, la rédaction.
  • à l’organisation du temps de la recherche : face à l’angoisse de la « journée blanche », il faut apprendre à se connaître et déterminer si l’on sait être efficace lorsqu’on dispose de longues plages horaires. Pour pallier les moments d’apathie : prévoir une activité en milieu de journée ou fractionner ses activités doctorales : 2h de recherche, 2h de prises de notes etc….
  • à l’absence de résultat immédiat : l’on peut rester de longues périodes sans parvenir à déterminer une problématique, un plan ou sans être sûr de ses objectifs. Ces moments d’attente, bien normaux, seront compensés par des périodes très fructueuses, où tout semble se dénouer.
  • à la crainte de la dispersion : il faut s’octroyer, je pense, des moments de recherche libre, de lecture d’articles qui ne seront peut-être pas exploités directement dans la thèse, mais qui permettent de maîtriser un plus vaste domaine que notre sujet précis. Au hasard des lectures moins prioritaires, l’on peut aussi découvrir des idées enrichissantes. En revanche, il convient, régulièrement, de se discipliner et de revenir à son sujet.
  • à l’isolement : la recherche peut devenir obsédante. Discuter avec d’autres doctorants est donc impératif : l’on constate rapidement que l’on a les mêmes préoccupations et l’on peut se donner des conseils mutuels. Sacrifier ses loisirs n’est pas sain : à la rigueur, cette méthode radicale s’impose lors des temps forts de la rédaction et de la restitution progressive de notre travail.

 

En conclusion, il paraît indispensable d’élaborer un programme de recherche en consignant, de manière hebdomadaire ou quotidienne, les projets à venir ou les travaux déjà réalisés. Les rendez-vous avec le directeur de thèse restent le moyen le plus fiable pour ne pas se disperser : les comptes rendus de recherche réguliers permettent d’avancer par jalons ; les entretiens aident à recadrer notre travail ou à le réorienter.

Quoi qu’il en soit, pour cette question comme pour celle de l’absence de résultat immédiat, il faut accepter que quelques mois de recherche (et de rédaction) puissent ne pas être exploités dans la version définitive de notre mémoire. Quant aux doutes, ils sont toujours bénéfiques, tant qu’ils n’entravent pas notre production.


2 réflexions sur « Vade-mecum du début de thèse »

  1. Merci pour tous ces conseils. Pour éviter de se disperser, sachant que le directeur de thèse n’est pas toujours accessible, il est souvent très profitable de se trouver un binôme. Chacun joue le rôle de contradicteur de l’autre, et pose un regard neuf sur l’avancement des recherches de son camarade. C’est un excellent stimulant pour avancer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *