Remarques sur la mesure du temps de travail

Quand travailler et pour quoi faire ? Comment avancer dans ses tâches quotidiennes tout en ne perdant pas de vue un travail de plus longue haleine ? Ces questions liées à la gestion du temps de travail tout comme à celle du temps libre devraient sembler familières à tous les chercheurs, en particulier quand la thèse par exemple se double d’une charge de cours et/ou de projets à plus court terme.

Je présente ici le premier volet d’une série : Organisation et gestion du temps, quelques concepts et outils. Il existe de nombreuses théories concernant la productivité et sa maximisation. Je commencerai par un principe élémentaire : avant de replanifier son mode de travail et/ou de changer ses habitudes, on peut déjà faire un état des lieux. Par exemple en mesurant le temps que l’on passe à travailler. J’ai un compte-rendu d’expérience à apporter en la matière.

Outils de mesure

À très court terme, une feuille de papier et plusieurs colonnes peuvent faire l’affaire, néanmoins l’offre logicielle existante dans ce domaine convaincra tous ceux qui ont de toute façon un ordinateur avec eux : il existe des logiciels gratuits et des services en ligne disponibles pour toutes les plateformes (voir également cette liste en anglais). La solution idéale si l’on souhaite savoir combien de temps on passe par exemple à lire et écrire des e-mails. Dans ce cas précis, on atteint également les limites de ce type de mesure : si l’on travaille de manière très fragmentée et que l’on effectue souvent des tâches courtes, on ne peut pas sans cesse entrer une description et démarrer puis arrêter le compteur.

On touche là à une des caractéristiques de ce genre d’opération. Pour le dire en termes « scientifiques », la mesure n’est ni neutre ni indépendante du système, elle a un impact sur lui et modifie son fonctionnement. Parce qu’il est quelque peu astreignant, le décompte peut-être utile. Dans l’exemple que je viens de citer, il évite l’éparpillement ou le papillonage. Avec la nécessité de prendre note de ce que l’on fait, et donc une perte de temps même minime liée à cette opération, on en vient à penser qu’il ne faudrait pas inutilement fragmenter son travail.

Effets et influence de la mesure

De fait, le registre de l’utile et de l’inutile est sans doute la première grille de lecture qui vient à l’esprit quand il s’agit d’évaluer ces traces du travail que l’on a fait. Je vais mentionner une expérience personnelle, étant donné que j’expérimente depuis environ deux mois un logiciel de mesure (hamster-applet, pour Linux).

De toute évidence, on travaille un peu autrement quand on sait que le compteur tourne. En effectuant un découpage des tâches qui sont autant d’étiquettes sur ce que l’on fait et en ayant conscience que le temps passe, on développe un autre type d’attention, plus routinier peut-être. Ce phénomène peut être stressant au début mais il passe ensuite à l’arrière-plan, on l’oublie pour se consacrer à la tâche impartie.

Bien sûr, on peut être tenté de tricher. Pour peu que l’on soit un rien honnête avec soi-même, cela ne concernera pas la mesure elle-même mais les catégories et de manière générale l’organisation. Ce qui compte lors du bilan (chiffré ou présenté par un graphique), du résumé de la semaine ou du mois écoulé, c’est ce que l’on veut y voir. On se trouve tenté de corriger son emploi du temps pour intégrer des activités « utiles » car au final on préfère savoir que l’on a vraiment accompli quelque chose d’intéressant. Ce biais inattendu me semble porteur, pourvu qu’il ne consiste pas uniquement à faire évoluer le jeu d’étiquettes, puisqu’il justifie presque à lui seul l’opération : mesurer son temps de travail, c’est incidemment corriger ses pratiques pour ne pas avoir à constater que l’on a été inefficace ou éloigné des tâches les plus importantes.

Conseils pratiques

Une fois que l’on a testé un logiciel et que l’on souhaite l’adopter, il est important de fixer d’emblée quelques catégories pertinentes. En général, les logiciels permettent de constituer une hiérarchie d’au moins deux niveaux, auxquels s’ajoutent parfois des étiquettes (tags).

Dans mon cas, j’ai estimé que je pouvais regrouper différentes tâches élémentaires comme lire, écrire et enseigner au sein d’un fourre-tout « travail ». Or je pense désormais que c’était une erreur. Mieux vaut être précis tout en trouvant des étiquettes plausibles (c’est là toute la difficulté). Soit au sein d’une rubrique « Cours » préparation, correction de copies, travail administratif, divers et cours proprement dit par exemple. On pourra de toute façon visualiser à un niveau supérieur le volume du bloc « Cours » par rapport à l’ensemble du travail réalisé.

Enfin, il y a ce que l’on fait des résultats. Le strict décompte du temps travaillé peut mettre mal à l’aise, étant donné que dans le droit du travail un certain temps de pause fait partie des 35 heures par semaine réglementaires. Parvenir à un total de 31 ou 32 heures en mesurant exactement ce que l’on fait n’a donc rien d’indigent. On peut s’en tenir à un simple décompte ou être tenté de niveler le temps travaillé par semaine ou par mois par exemple, en fixant un rythme de fond, ce qui représente un pas de plus dans la modification des pratiques liée à la présence d’un instrument.

 

 

Retrouvez plus de liens dans la rubrique « s’organiser » de notre arbre à idées.

Adrien Barbaresi

Doctorant et chargé de cours à l'ENS Lyon en linguistique informatique. Rédacteur en chef du carnet d'ENthèSe.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *