Le blogging scientifique sur hypotheses.org

Ce compte-rendu de la réunion du 12 décembre 2012 a été réalisé avec la participation de Clément Chillet.

Cette séance était organisée en partenariat avec l’association doctorale Les Têtes Chercheuses. Elle portait sur le blogging scientifique et, plus spécialement, sur la plateforme hypotheses.org, qui héberge ce carnet. Elle s’est tenue à l’ENS Lyon.

L’invité était Éric Verdeil, géographe, chargé de recherche au CNRS et très investi dans la communication gratuite de la recherche sur le Web. Il tient son carnet de recherche personnel « Rumor » (http://rumor.hypotheses.org/) sur la plateforme hypotheses.org depuis 2009, utilise Facebook, Twitter et Seenthis dans un cadre professionnel, dépose des travaux sur HAL et contribue à d’autres carnets de recherches que le sien (dont il a parfois été l’initiateur) : http://acreor.hypotheses.org/, http://envit.hypotheses.org/, http://ifpo.hypotheses.org/.

Nous résumons ici les grandes lignes de sa conférence.

L’espace du blogging scientifique

Les blogs existent depuis la fin des années 1990. Depuis une dizaine d’années, de plus en plus de chercheurs utilisent des carnets de recherche en ligne et c’est un espace qui bénéficie d’une reconnaissance de plus en plus forte. La multiplication des blogs savants en SHS a alors conduit à la création d’une structure à même de les rassembler sur une même plateforme : hypotheses.org.

Diffusion de la recherche en ligne et gratuite

Hypotheses.org est à l’interface public / privé et à l’interface oral (conférences, conversations dans les séminaires ou les couloirs des universités, cours dispensés) / écrit (publications, correspondances).

Elle fait partie d’un ensemble d’outils de diffusion gratuite de la recherche avec notamment revues.org et calenda. À ces outils s’ajoutera prochainement une plateforme de livres électroniques.

hypotheses.org

Hypotheses.org regroupe actuellement environ 600 carnets de recherche qui concernent une grande diversité de disciplines. La plateforme garantit une pérennité du blog. En raison du succès qu’elle rencontre, elle s’ouvre à l’international, notamment en Allemagne, en Espagne et au Portugal. Il est à noter que l’on peut tenir son carnet de recherche dans des langues autres que celles qui utilisent l’alphabet latin : le russe, l’arabe etc.

a : ses objectifs

Hypotheses.org a pour objectif de :

  • répondre à un besoin de communication scientifique directe en SHS
  • rassembler les blogs SHS éparpillés et peu valorisés
  • construire un outil d’information scientifique
  • inventer de nouvelles formes d’écriture scientifique

b : diversité des usages / types de carnets

Sur hypotheses.org, on peut trouver :

  • des carnets d’enseignants-chercheurs
  • des carnets de thèses
  • des carnets collectifs :
    • carnets de séminaires
    • carnets de groupes de recherche
    • carnets d’associations
  • des carnets de fouille
  • des carnets de terrain
  • des carnets de bibliothèque
  • des carnets de livres
  • des carnets de revues

c : comment ouvrir un carnet sur hypotheses.org ?

La procédure est simple et prend moins d’une semaine. La plateforme hypotheses.org est ouverte à toute la communauté académique en SHS. Il faut avoir un objectif ou un thème de recherche précis et présenter son projet en quelques lignes avant de le soumettre à l’équipe du pôle d’information scientifique du Cléo qui donne rapidement sa réponse. Une fois le projet validé, on peut ouvrir son carnet.

d : les avantages d’un carnet de recherche sur hypotheses.org

Par rapport à un blog personnel, indépendant mais isolé, la plateforme hypotheses.org offre plusieurs avantages :

  • gestion des notes de bas de page
  • citabilité des billets et des pages grâce à une URL simple
  • compatibilité avec Zotero
  • ISSN pour chaque carnet (donc les carnets de recherche sont reconnus comme objet éditorial)
  • insertion du Plugin Library Thing
  • Indexation des billets dans le moteur de recherche Isidore

N.B. : Isidore (http://rechercheisidore.fr/) existe depuis un an ; c’est un service créé par le CNRS (dans le cadre du projet ADONIS) qui consiste en un moteur d’indexation des publications scientifiques en ligne (bases de données, revues en ligne, carnets de recherche…)

e : les outils d’aide et de formation offerts par hypotheses.org

Hypotheses.org conseille les chercheurs dans leur création d’un carnet de recherche et leur apporte une aide technique pour faire vivre leur carnet avec notamment :

  • des formations gratuites
  • une liste de carnetiers qui animent un forum sur lequel on peut solliciter de l’aide technique
  • une documentation en 3 langues
  • un blog appelé « Maison des carnets » qui est un blog hypotheses.org sur le fonctionnement d’hypotheses.org

f : nouvelles formes d’écriture

De nouvelles formes d’écriture émergent en raison de l’utilisation des carnets de recherche. Par rapport à un carnet de recherche manuscrit, le carnet de recherche en ligne permet d’intégrer des liens hypertextes. Par ailleurs, les billets publiés dans les carnets de recherche en ligne peuvent donner lieu à de véritables conversations scientifiques (par le biais du champ « commentaire » notamment mais aussi sous des formes plus élaborées lorsqu’un carnetier cite dans son billet un extrait d’un billet d’un autre carnetier pour rebondir sur ce que ce dernier a écrit). Par ailleurs, le carnet de recherche numérique permet l’insertion de médias dans le texte (photographie, cartographie, vidéo etc.) ce qui est très pratique pour les géographes, les chercheurs en photographie et en cinéma, les musicologues etc.

Échange avec la salle

Q. : est-il possible de faire de la veille documentaire sur hypotheses.org ?

Oui. D’une part on peut s’inscrire aux flux RSS des carnets qui nous intéressent. D’autre part, on peut entrer une recherche de mots clefs sur l’ensemble des carnets et demandé à être informé dès qu’un billet paraît avec ces mots clefs.

Q. : comment nos aînés (les chercheurs confirmés) considèrent-ils la pratique des carnets de recherche en ligne ? En reconnaissent-ils la valeur ?

La pratique se répand et devient de plus en plus reconnue. Cependant il ne faut pas confondre un article scientifique et un billet dans un carnet de recherche. Leur valeur n’est pas la même et ils n’ont pas le même statut dans un CV. Dans la rubrique « Publications » de notre CV, par exemple, on ne peut mentionner nos billets. Sur le blog, ce que l’on publie s’apparente à un « essai » mais la tenue d’un carnet de recherche en ligne peut être valorisé dans un CV.

Q. : publier sur un carnet un compte-rendu que l’on compte publier ensuite dans une revue ne risque-t-il pas de poser de problèmes éditoriaux liés au statut d’inédit de ce que l’on est censé proposer ?

On peut proposer à la lecture un compte-rendu avant de le soumettre à une publication en revue. La notion même d’inédit (pour un texte prononcé en conférence par exemple, est toute relative. La politique en la matière dépend des revues, même si les pratiques tendent à se transformer.

Q. : (technique) Y-a-t-il un accès aux archives des discussions des carnetiers sur les problèmes techniques de mise en page etc. des carnets ?

Sans doute, mais E.V. ne sait pas exactement par quel biais. Il conseille de regarder les billets du carnet « la Maison des carnetiers », ou bien de contacter directement les carnetiers de ce même carnet.

Q. : (technique) L’auteur d’un carnet est-il averti lorsqu’il est mis en une d’hypothèses.org ?

Oui s’il s’agit du haut de la page de une, où les carnets choisis défilent sous forme de larges images en bandeau. Si le carnet est référencé dans la liste de ceux qui sont présentés en bas de la page de une (sans image, mais avec le début du texte d’un billet), non. Mais l’outil de statistique attaché à chaque carnet permet de mesurer l’impact de la publication de tel ou tel billet.

A noter qu’il est possible de relayer un billet sur les réseaux sociaux.

Retour d’E.V. sur les échanges nés d’un billet. Il remarque que la communication s’établit peu par les commentaires laissés au bas d’un billet, mais beaucoup plus par des signalements du billet, par des échos qu’un billet suscite, ou bien tout simplement par des conversations (de visu ou par courriel) engagées avec les lecteurs intéressés. Signalements et échos font partie de ce qu’un billet de Marin Dacos appelle « la conversation silencieuse » : http://blog.homo-numericus.net/article191.html

Q. : que doit/peut mettre un doctorant qui est encore en train de travailler sur sa thèse dans un tel carnet ?

Les carnets sont un lieu d’échanges entre pairs. Ils peuvent permettre au doctorant de lancer une de ses idées pour obtenir le point de vue d’autres chercheurs de sa discipline, de la discuter et de la mettre en forme, de la soumettre une première fois pour mesurer son impact avant de la retravailler dans son travail de thèse.

Le carnet n’a en tout état de cause pas le même usage qu’une plateforme comme HAL SHS (Hyper articles en ligne : http://halshs.archives-ouvertes.fr/) qui sert de relai à des publications en forme. Le carnet, comme il a été dit plus haut, est une forme de communication scientifique intermédiaire.

La tenue d’un tel carnet demande du temps, mais elle aide aussi à mieux écrire, à écrire plus. Il n’est pas nécessaire cependant de se fixer des objectifs de rédaction de billets par semaine/mois…

Q. : quelle est la politique sur le chapitre des droits d’auteurs lorsqu’on insère une image/vidéo/bande son ?

Les droits d’auteur s’appliquent à la publication d’un carnet. Il est recommandé de faire attention aux insertions d’images car le droit d’auteur pour ces dernières est beaucoup plus contraignant que celui en vigueur pour les textes : la « citation d’image » n’existe pas. Une image présente sur Internet n’est pas forcément libre de droit. En revanche, lorsqu’on utilise une couverture de livre par exemple, peu de chance d’avoir des problèmes, puisque le billet contribue à faire la publicité de l’ouvrage.

Il est recommandé dans tous les cas de se conformer à une licence d’utilisation Creative commons (il en existe six différentes : http://creativecommons.org/ ou bien la page Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_Creative_Commons). Il suffit de préciser en tête du carnet quelle est la licence utilisée.

A signaler un blog de réflexion militante sur la question de la propriété intellectuelle : S.I. Lex (http://scinfolex.wordpress.com/).


Florence BONIFAY

Docteure en littérature et langue françaises, Florence Bonifay est professeure agrégée (PRAG) de Lettres modernes à l’Université Lyon 2 dans l’Institut de Communication (ICOM). Rattachée au laboratoire IHRIM-Lyon 2, elle a fait sa thèse sous la direction de Michèle Clément et mène des travaux de recherche sur les concurrences poétiques dans la seconde moitié du XVIe siècle français. Elle fut pendant 4 ans membre du CA des Têtes Chercheuses.

More Posts

Une réflexion sur « Le blogging scientifique sur hypotheses.org »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *