Assurer sa visibilité de jeune chercheur

Pour la 2e année consécutive se tenait le 4 avril dernier la Journée pour l’Emploi des Docteurs en SHS, organisée par l’Université de Lyon, les Universités Lyon 2 et Lyon 3, ainsi que les associations ENthèSe et Têtes Chercheuses.

 

Les participants ont pu profiter de simulations d’entretiens, suivre des ateliers de valorisation de leurs compétences ou d’aide à la création d’entreprises, qui se déroulaient parallèlement aux tables rondes. Parmi les témoignages de docteurs, des recommandations d’entrepreneurs ou de cadres de la fonction publique, qui s’y sont succédés, on signalera ici l’intervention d’Evelyne Jardin[1].

Dans une société 2.0, être présent sur le web est indispensable. « Tout est web à l’heure actuelle. Si vous n’êtes pas présents, vous n’existez pas. »[2] Enfin, pas tout à fait… Il importe de vérifier régulièrement sa présence sur le web, en recherchant son patronyme sur les moteurs de recherche Google, Yahoo, Bing ou Qwant. Avez-vous eu l’agréable surprise de trouver en première ligne votre page personnelle étalant vos activités associatives ou succès scientifiques – sur le point de renouveler la recherche ? Au contraire, des frasques passées, ou encore Facebook éclipsent-ils vos dernières communications orales, votre profil scientifique, etc. ? Ces derniers, mêmes, apparaissent-ils ? Afin d’assurer une visibilité contrôlée, multipliez votre présence sur le web. Pas d’inquiétude, quelques heures suffiront qui ne nuiront pas à l’avancée de votre thèse, et peut-être même serviront vos recherches.

Plébisciter les réseaux sociaux de la recherche

Certes, encore peu connus, mais de plus en plus utilisés, ils offrent l’opportunité de rencontrer les chercheurs, jeunes ou confirmés, avec lesquels vous pourrez partager vos questionnements, auxquels vous pourrez faire part de vos projets de journée d’étude, qui enrichiront vos travaux et collaboreront avec vous, ou participeront à votre jury de thèse.

Actuellement, quelques sites s’affirment : Researchgate et Academia.edu. Ces sites s’adressent aux chercheurs de tous horizons disciplinaires. Les fonctionnalités proposées favorisent une mise en relation en fonction des thématiques de recherche. Elles permettent de suivre l’actualité scientifique de votre réseau, de partager vos travaux et résoudre les difficultés rencontrées. Les chercheurs lyonnais associés à l’I.S.H. profiteront, quant à eux, très prochainement de doc.net. Enfin les membres des associations ENthèSe et Têtes Chercheuses peuvent créer leur profil en ligne et présenter leurs parcours universitaire et associatif, mettre en lumière leurs recherches et leurs compétences[3].

Que vous postuliez pour un poste d’A.T.E.R ou que vous candidatiez au C.N.R.S.[4], disposer de profils sur le web peut concourir à faciliter un recrutement. En effet, si dans le premier cas il s’avère utile d’être connu de ses recruteurs[5], dans l’autre, obtenir une ou plusieurs lettres d’accréditation de directeurs de laboratoire est indispensable. Aussi est-ce un atout de disposer d’outils permettant d’entrer en contact avec son futur employeur de manière plus informelle et moins abrupte. Qu’il s’agisse de contacter un responsable de faculté ou un directeur de laboratoire, les réseaux scientifiques aident à préparer la collaboration souhaitée.

D’une part, ils se font lieux d’échange sur des questions transversales. De l’autre, ils donnent la possibilité de consulter votre C.V., vos recherches actuelles, implications diverses et compétences variées. Enfin, un laboratoire, une faculté, etc. ne recrutent pas seulement un bon chercheur, mais également un bon technicien et un bon agent de communication. Maîtriser des logiciels spécialisés, savoir monter un budget, créer des partenariats et drainer des capitaux, gérer un site web sont autant de qualités recherchées pour assurer la visibilité et le dynamisme de l’équipe que vous souhaitez intégrer. Toutes choses qui n’apparaissent pas toujours dans un C.V. académique. Aussi, avoir la possibilité de détailler son expérience et ses savoir-faire, de montrer sa capacité à participer ou guider une dynamique collective est‑elle une chance. C’est pourquoi indiquer ses profils web dans son C.V. est important : ils constituent un parfait complément pour tout ce qui n’aura pas pu figurer sur celui-ci, et qu’il pourrait être utile, mais non nécessaire, de porter à la connaissance de son interlocuteur.

S’adapter aux réseaux professionnels

Toutefois, vous ne souhaitez peut-être pas réaliser une carrière universitaire. Du moins aimeriez-vous multiplier les passerelles entre le monde de la recherche et la sphère entrepreneuriale. Des réseaux professionnels existent : Viadeo (pour une visibilité nationale), Linkedin (tourner vers le monde anglophone) et Xing (pour les germanophones). Les individus concernés par chacun des sites ne se recoupant pas toujours, il est préférable de diversifier sa présence. Les attentes et les exigences de l’entreprise comme de l’administration diffèrent sensiblement de celles de l’Université. Il est donc primordial d’adapter son profil, la présentation de son cursus au public visé. Si vous ne vous sentez pas sûr de vous des formations existent, n’hésitez pas à les suivre[6]. En effet, mieux vaut n’être pas visible qu’avoir une mauvaise visibilité. Quelques principes de base[7] :

  • Ce type de profil en ligne implique de se présenter. L’habitude acquise à l’Université est de parler de soi à la 1ère personne du pluriel, voire à la 3e du singulier. Ici le ‘‘je’’ est de rigueur.
  • La présentation doit être précédée d’un titre qui résumera votre situation professionnelle. Point de sigles obscurs ou terminologie ésotérique. Vous vous adressez potentiellement à des néophytes de la recherche. Si le terme de doctorant ne vous semble pas assez valorisant, vous pouvez lui préférer celui de jeune chercheur, voire de jeune chercheur contractuel si c’est le cas. En tout cas, bannissez à tout prix « contractuel du ministère, de l’Université… ». Contractuel est un statut et ne reflète nullement vos fonctions, votre rôle ou vos compétences.
  • Jeune chercheur, en cours de doctorat ou diplômé, vous portez un projet. Votre thèse constitue une expérience professionnelle à part entière. Trop peu souvent reconnue comme telle (bien que cette situation évolue), n’allez pas relayer les stéréotypes de l’éternel étudiant en plaçant celle-ci dans votre cursus universitaire.
  • Les réseaux scientifiques présentés ci-dessus permettent de présenter les travaux et les publications. À l’inverse, Linkedin, Viadeo, etc. ne sont pas le lieu pour lister dans le détail des communications pointues qui risqueraient d’ennuyer et de noyer votre propos : présentez un cursus adapté à la sphère extra-universitaire.

Dans l’un et l’autre cas, du réseau scientifique au réseau professionnel, il ne s’agit pas de contacter toutes les personnes qui vous seront proposées, sans jamais les avoir rencontrées. Privilégiez les personnes connues qui permettront de cerner et préciser votre profil. Ce sont ces mêmes personnes qui pourront vous recommander et légitimer votre profil. Ce dernier affermi, vous contacterez avec plus de succès celles avec lesquelles vous souhaitez entrer en contact, avec lesquelles vous pourriez échanger sur vos recherches ou qui vous permettront de décrocher un entretien. Rappelons que les recommandations (quelle que soit la sphère visée) sont parfois indispensables outre-Atlantique, et que celles-ci sont plus faciles à obtenir via les réseaux sociaux.

Cependant, « être présent [sur le web] ne suffit pas, il faut être actif » !

Il existe de multiples façons d’être actif sur le web, en voici deux qui intéresseront plus particulièrement le doctorant :

  • Être actif sur les Hubs de doctorant tels que « Doctorat, doctorants, docteurs et ingénieurs de recherche », « Docteurs mais pas chercheurs », « Emploi pour la fonction publique territoriale », etc.. Rejoindre ces groupes de discussion permet de profiter du partage d’informations pratiques, de sortir de son isolement, mais aussi d’avoir connaissance d’offres d’emploi. En outre, Évelyne Jardin rappelle qu’en période de crise l’information circule beaucoup par ce type de canaux.
  • Tenir un blog collectif, participer à des forums de discussions et faire de la veille scientifique. En bref, échanger des informations, faire état de vos recherches et les discuter, participer à une dynamique collective et en laisser trace.

 

Ce billet n’a pas vocation à faire le tour de la question, encore moins à se substituer à une formation. Toutefois, s’il avait atteint son objectif, à savoir vous convaincre d’être plus présents sur le web. Il existe par ailleurs des formations dispensées au sein des Universités. Si l’Université de Lyon ne s’est pas encore dotée de telles formations (ce qui pourrait prochainement évoluer), d’autres les proposent déjà à l’instar de Paris Ouest-Nanterre.


[1] L’essentiel de ce post est tiré de la communication d’Evelyne Jardin. Qu’elle en soit ici remerciée.
[2] Les citations renvoient aux propos d’Evelyne Jardin.
[3] Nous rappelons que ces associations sont ouvertes aux doctorants de tous horizons disciplinaires, sans aucune obligation de rattachement institutionnel à l’un ou l’autre des pôles universitaires lyonnais.
[4] Voyez à ce sujet le billet du blog consacré au C.N.R.S.
[5] Ainsi que cela a été rappelé dans la séance du 21 mars organisé par les Têtes Chercheuses. Pour plus de renseignements sur les candidatures aux fonctions d’A.T.E.R., consulter le post dédié à ce sujet.
[6] V. Prudhomme, conseillère professionnelle à Lyon 2, anime chaque année des formations de rédaction de C.V. non académiques. L’organisme Animafac propose également, gratuitement, une formation de valorisation des compétences avec un volet C.V.. Enfin des formations de l’Université de Lyon offrent également d’intéressants éclairages. Ce sujet pourrait faire l’objet d’une réunion si les demandes sont nombreuses.
[7] Pour plus de précisions, on pourra se reporter au billet portant sur la rédaction d’un C.V. non académique.


Gabriel Garrote

Doctorant en Histoire contemporaine, je réalise une thèse sur la notabilité au 19e en mêlant approches historique, sociologique et géographique. Longtemps impliqué dans le milieu associatif, je me suis particulièrement intéressé à la question du transfert des compétences acquises au cours du doctorat hors de la sphère universitaire.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

7 réflexions au sujet de « Assurer sa visibilité de jeune chercheur »

  1. Si vous souhaitez en savoir plus sur la visibilité du jeune chercheur, vous pouvez assister à l’atelier mensuel de l’association « Valoriser et partager ses travaux de recherches au travers du numérique », animé par Evelyne Jardin, consultante, journaliste spécialiste de l’enseignement supérieur et de la recherche, cet atelier propose d’aborder la question du numérique dans l’expérience de thèse autour de trois thématiques : réseaux sociaux ; veille scientifique ; blog de recherche.

    L’atelier se tient le lundi 14 octobre de 17h à 19h30, à l’Institut des Sciences de l’Homme (Lyon 7e), salle Ennat Léger

    plus d’informations : http://www.facebook.com/enthese

  2. oui, tout cela est vrai.
    Mais ne pas oublier d’accompagner le travail de communication avec un travail de diffusion de vos travaux, en déposant par exemple vos articles (a minima vos références avec résumé)ou votre thèse dans HAL (TEL) -dans la limite des droits que vous avez conservés-, ou via une stratégie de publication dans des revues ouvertes (revues.org, etc…). Une page academia peut très bien se marier avec ce type d’approche (faire des renvois vers les documents déposés, plutôt que de les déposer directement dans Academia par exemple).
    De par les métadonnées utilisées pour décrire vos documents dans ces bases (HAL…), en suivra une meilleure indexation dans Google Scholar,et une prise en compte de vos publications par des plateformes de recherche documentaire, comme Isidore par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *