Doctorants : être ou ne pas être sur Twitter

Nous remercions Evelyne Jardin, docteur, webjournaliste spécialiste de l’enseignement supérieur et de la recherche, et auteur de cet article de nous avoir permis de le diffuser.
Voici une sélection de liens sur cet outil de micro-blogging, accompagnée de quelques conseils pour les doctorants[1].

 

Y ALLER

1. Un outil de veille puissant

Twitter est probablement l’un des outils de veille les plus puissants du moment. Utilisez les moteurs de recherche Twitter Search et Topsy, cherchez par mot clef à l’aide des Htags… Vous trouverez peut-être d’autres scientifiques (ou des non scientifiques) partageant vos centres d’intérêt. Partez à la découverte!
En +

  • Allan Johnson, Using Twitter for curated academic content, 18 novembre 2012, sur Thisisallan.com

2. Trouver du boulot

Si Paul affirme qu’il vient de décrocher le job du siècle grâce à Twitter, ne le croyez pas sauf s’il est geek, informaticien ou community manager. Twitter n’est pas une baguette magique! Mais Twitter peut vous permettre de contacter des DRH et de surveiller le marché du travail car des offres sont diffusées via ce canal. Et peut-être serez-vous invité à participer à des conférences grâce à Twitter. Ca, c’est possible!
En +

3. Devenir un “Social Media Guru” en offrant des informations inédites

Avec vos 30 followers (abonnés), vous allez avoir du mal à faire croire que vous êtes un nouveau guru du Net. Mais dépassé le seuil psychologique des 1000, on pourrait raisonnablement considérer que vous comptez.
En +

  • PegasusData, #LOL : croissance exponentielle des « social media guru » sur Twitter, 8 janvier 2013, sur Pegasus Data Project

4. Enseigner avec Twitter

Vos étudiants seront sûrement plus à l’aise que vous avec les outils dits du web 2.0, sinon formez-les et utilisez Twitter pour rendre vos cours plus attractifs et surtout plus interactifs. Et n’oubliez pas les blogs, autre outil qui peut permettre à vos élèves de publier leurs travaux.
En +

  • Robert Talbert, Twitter in the classroom, 1er mars 2008, sur The Chronicle
  • Rosie Miles, Teaching with Twitter : how the social network can contribute to learning, 11 juin 2012, Sur The Guardian
  • Pierre-Gaël Pasquiou, Former vos étudiants à Twitter, 12 mars 2012, surBlog EducPros

5. Twitter et l’activité de publication scientifique

  • Emilie S Darling et alii, The role of Twitter in the life cycle of a scientific publication, sur Peerj.com
  • Understanding how Twitter is used to spread scientific message, sur Webscience.org  (PDF)

6. Récupérer ses données

7. Exploiter ses données, réaliser des graphes

8. Gagner du temps

Les réseaux sociaux sont connus pour en faire perdre mais ils peuvent aussi vous en faire gagner! Exemple : au lieu de tourner ce problème dans votre tête, soumettez-le à votre communauté scientifique de twittos… sans oublier de passer en mode privé.
En +

  • Scott Wagers, Don’t have time to tweet bollocks!, 7 décembre 2012, surMendelspod.com

9. Organiser un Live Tweet

Pour que les twittos puissent twitter en choeur pendant un colloque, pensez à créer un Htag et à le diffuser assez tôt.
Exemple : #colloqueweb2nanterre
En +

  • Ernesto Priego, Live-tweeting at academic conferences, 3 octobre 2012, Sur The Guardian
  • Mélodie Faury, Faire l’expérience des conférences augmentées, 22 octobre 2012, sur L’infusoir
  • Nicole Beale, How to collect and share, le 25 juin 2012, sur blog LSE

10. Tweeter pendant une conférence scientifique

Mince! Vous ne pouvez pas aller à ce colloque organisé aux Bahamas ; votre directrice a refusé de payer vos billets d’avion. C’est dommage mais vous pourrez sûrement suivre et participer à distance au colloque, sur Twitter, avec le Htag dédié (cf. le point 9). Renseignez-vous auprès des organisateurs!
En +

RÉFLECHIR

1. Big Brother is watching you

WikiLeaks et l’affaire Snowden ont révélé au grand jour, l’espionnage qui règne sur le Net. En 2011, un article publié par Nature mettait en garde les scientifiques. Ne dévoilez jamais les résultats de vos recherches avant même d’avoir publié. Si vous travaillez sur des sujets sensibles et si vous avez signé des clauses de confidentialité, attention à vos tweets!

2. Son nom ou un pseudo

Si vous pensez twitter à titre professionnel, mieux vaut être clairement identifié par la communauté scientifique. Si vous êtes en veille ou si vous racontez votre vie de doctorant(e), utilisez plutôt un pseudo. Vous pouvez bien sûr avoir plusieurs comptes.
Le référencement étant très bon sur les réseaux sociaux, votre compte Twitter apparaîtra rapidement dans votre top. De nouveau, attention à ce que vous twittez!

3. Twitter n’est pas Facebook

Facebook est un réseau social communautaire, plutôt fermé; il faut d’ailleurs être inscrit sur Facebook pour accéder aux informations publiées sur le “mur” des profils (pas sur les pages Fan).
Twitter est a contrario un réseau social très ouvert, les timelines des comptes sont consultables par n’importe qui, sauf si le compte est fermé (verrou à côté du compte).
Sur Twitter on parle de soi, des autres… et avec les autres. C’est un outil conversationnel. Ne déversez pas vos infos (venant de votre compte Facebook!) sans aucun échange.

4. A qui appartiennent les millions de tweets échangés chaque jour?

A Twitter bien sûr ! puisque vous avez accepté ses conditions générales d’utilisation (CGU) en vous inscrivant. En 2012, la plateforme a vendu les tweets pour 250 millions de $ à deux compagnies anglaises de datamining, Gnip et Datasift, qui exploitent deux ans les tweets archivés.

5. J’y vais quand même!

Beaucoup de twittos causent sur le doctorat, repérez-les… en relisant le point 1 !

 

Évelyne Jardin

Ce billet est disponible sur Doctrix au côté d’autres articles de l’auteur.


[1] Le 14 octobre 2013, Evelyne Jardin a animé un atelier « Valoriser et partager ses travaux de recherches au travers du numérique » à l’Institut des Sciences de l’Homme de Lyon.


Gabriel Garrote

Doctorant en Histoire contemporaine, je réalise une thèse sur la notabilité au 19e en mêlant approches historique, sociologique et géographique.
Longtemps impliqué dans le milieu associatif, je me suis particulièrement intéressé à la question du transfert des compétences acquises au cours du doctorat hors de la sphère universitaire.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *