Archives par mot-clé : carrière

JED SHS #6 || Parcours de docteur∙e∙s : de la spécialisation à l’emploi

Depuis 2014, l’ENtheSe participe à la journée d’étude pour l’emploi des docteur∙e∙s en Sciences humaines et sociales. Ce rendez-vous, organisé par l’Université de Lyon tous les ans, est l’occasion pour les docteur∙e∙s et les doctorant∙e∙s d’aborder la thématique du parcours professionnel « après-thèse » dans le secteur privé – hors milieu académique et universitaire.

Il est ainsi possible de participer à différents ateliers en lien avec cet objet : simulations d’entretien d’embauche en anglais, ateliers relatifs à la valorisation des compétences et des parcours,… La journée d’étude favorise ainsi l’échange entre doctorant∙e∙s, docteur∙e∙s et professionnel∙le∙s, et permet à tou∙te∙s d’élargir leur réseau et leurs perspectives.

Cette année, nous avons pu assister à deux sessions : une table-ronde et un world café réunissant plusieurs docteur∙e∙s aux profils différents, et aux parcours professionnels variés, qui témoignent de la singularité des voies d’insertion dans le monde professionnel, et un atelier « pitch » dispensé par l’OTECI.

Les interventions auxquelles nous avons assisté nous ont conduit à dégager deux thématiques principales : dans un premier temps, la table ronde et le world café de la matinée ont permis de recueillir un ensemble de recommandations, de conseils, grâce au retour d’expérience de quatre docteur∙e∙s qui ont répondu favorablement à l’invitation de l’Université de Lyon pour venir échanger sur leur parcours et leur insertion professionnelle.

A cette occasion, l’entretien de recrutement et la négociation salariale a mobilisé une partie des débats, ce qui faisait écho à l’atelier « pitch » réalisé l’après-midi avec l’association OTECI.

Nous avons donc choisi, pour cette nouvelle édition de la JED, d’éditer deux articles en guise de compte-rendu : le premier ayant une portée plus générale, et un second plus centré sur la question du recrutement.

 JED SHS#6 | retours d’expérience  et partage de bonnes pratiques

Les quatre docteur∙e∙s qui ont répondu à l’invitation de l’Université de Lyon pour venir échanger sur leurs parcours et leur insertion professionnelle présentaient des profils assez variés :

  • Mathilde Cavalier  est docteure en droit. Elle a commencé à travailler au sein de l’Ordre national des pharmacien∙ne∙s suite à un stage volontaire en licence, a effectué sa thèse en parallèle de son emploi et est actuellement Responsable du pôle Institutions et Etablissements de santé et Responsable du développement.
  • Sophie Prina, docteure en sociologie des organisations, a commencé à travailler à Pôle emploi suite à un stage de master. Elle a obtenu une convention CIFRE qui lui a permis de réaliser sa thèse au sein de la structure. Elle est actuellement Correspondante International dans la branche Rhône-Alpes.
  • Antoine Resk Diomande, docteur en sciences de l’information et de la communication, a réalisé sa thèse dans le cadre d’une reprise d’étude en parallèle à son emploi de chargé de communication, et a depuis créé sa propre entreprise de communication, Brandethic.
  • Bertrand Boudin, docteur en psychologie, a bénéficié d’une bourse de la Région Rhône Alpes pour réaliser sa thèse. L’expertise qu’il a acquise sur sa thématique de recherche lui a permis d’être recruté comme chef de projet par Médialis, une entreprise qui travaille sur un secteur d’activité très voisin.

La diversité des conditions matérielles de réalisation de leur thèse, ainsi que de leur insertion professionnelle, a permis à la table ronde et au world café d’être particulièrement riches pour des doctorant∙e∙s souhaitant évoluer hors du monde académique. Vous trouverez donc ci-dessous un ensemble de constats, de conseils, de recommandations, issus de leurs expériences personnelles.

La thèse est aussi une expérience professionnelle

Faire une thèse, c’est concevoir un projet, le gérer selon un planning (surtout pour celleux qui ont des financements limités dans le temps, comme la CIFRE), développer un réseau de partenaires, s’inscrire dans un milieu dont il faut comprendre les enjeux et maîtriser le codes pour évoluer de manière fluide ; c’est aussi intervenir dans des formations et exercer donc la profession d’enseignant∙e∙s, que ce soit en tant que chargé∙e de cours, moniteur∙ice ou ATER.

D’ailleurs, si la plupart des docteur∙e∙s se présentent prioritairement comme tel∙le∙s, certain∙e∙s préfèrent en faire un élément de leur parcours parmi d’autres et mettent plutôt en évidence leurs compétences et leurs emplois occupés. Dans ce cadre, le doctorat devient un « plus ». Cette présentation peut aussi être une stratégie pour accrocher l’intérêt de recruteur∙ice∙s dont on craint qu’iels aient un préjugé négatif à l’encontre des docteur∙e∙s.

Le prestige

En effet, certain∙e∙s employeur∙e∙s restent encore circonspect∙e∙s vis-à-vis du monde de la recherche : mal connu∙e∙s, les docteur∙e∙s peuvent être perçu∙e∙s comme déconnecté∙e∙s des réalités de l’entreprise, peu opérationnel∙le∙s, trop éloigné∙e∙s de ses enjeux. Des a priori qui sont bien réels, et avec lesquels læ jeune docteur∙e devra apprendre à négocier.

Cependant, nos intervenant∙e∙s font tout de même le constat que le fait d’être docteur∙e confère un certain prestige qui ne laisse pas certain∙e∙s employeur∙e∙s insensibles, qui considèrent leur recrutement comme valorisant et les perçoivent comme de « hauts potentiel∙le∙s ».

En conséquence, les docteur∙e∙s se voient octroyer les dossiers les plus importants et les responsabilités les plus grandes, ce qu’ils accueillent positivement puisque cela leur permet de continuer à apprendre et à développer leurs compétences, même si la charge de travail peut s’en trouver alourdie. On a également tendance à leur confier l’entretien des relations institutionnelles, en raison du rayonnement de leur titre vis-à-vis des différent∙e∙s acteur∙ice∙s.

Le titre permet également au jeune salarié∙e d’asseoir sa légitimité, notamment lorsqu’il côtoie des ingénieur∙e∙s ou des cadres issu∙e∙s de hautes écoles.

La nécessaire acculturation

De la même manière qu’il a fallu à læ docteur∙e « apprivoiser » le monde de la recherche, il lui faudra apprendre à connaître le monde de l’entreprise et les logiques du secteur d’activité dans lequel il souhaite s’insérer. Il sera notamment très important d’adapter son langage, mais aussi et surtout sa logique de pensée, à celle de l’entreprise. Loin d’être un détail, ce travail est incontournable, les recruteur∙ice∙s étant très sensibles à une bonne connaissance du milieu professionnel.

Les intervenant∙e∙s font le constat que les docteur∙e∙s ont souvent la sensation d’être illégitimes dans l’entreprise, univers nouveau pour elle ux. C’est un point sur lequel il est nécessaire de s’armer, et le travail d’acculturation sera une aide précieuse.

Le réseau

Il est fondamental pour optimiser ses chances de réussite. Avoir des contacts dans le secteur d’activité ciblé, disposer de recommandations dans l’entreprise joueront un grand rôle dans l’obtention d’un poste à l’heure où la plupart des offres d’emplois sont pourvues grâce au jeu des connaissances. Il est donc nécessaire de ne pas négliger la création du réseau tout au long de la thèse, et donc de réfléchir bien en amont à l’orientation professionnelle que l’on souhaite prendre après celle-ci.

Pour développer son réseau, il ne faut pas hésiter à participer à des colloques, des séminaires, en France mais aussi à l’étranger. On peut aussi faire partie d’organisations de type Rotary, lounge’s club, qui sont de bons moyens pour rencontrer de nouvelles personnes. Dans ces situations, une carte de visite, même rudimentaire, s’avèrera un instrument précieux.

S’investir dans des projets qui n’ont pas de finalité directe pour la thèse peut aussi être un moyen, à long terme, de développer son réseau. La patience et l’humilité seront deux qualités à cultiver pour y parvenir.

Enfin, un dernier point fondamental qui va dans le sens de la cooptation, et qui est fortement plébiscité par les intervenant∙e∙s, concerne la mise en place d’un annuaire des doctorant∙e∙s issu∙e∙s de l’université. Cette pratique, courante dans les grandes écoles et les prépas, est encore très rare et mal exploitée dans le milieu universitaire.

Le Crédit Impôt Recherche, un atout à valoriser auprès des recruteur∙ice∙s

Le CIR est un dispositif auquel ont droit les entreprises qui embauchent de jeunes docteur∙e∙s en CDI sur des postes orientés « recherche ». Plus d’informations : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23533

La mobilité

Les intervenant∙e∙s s’accordent pour dire qu’il y a une meilleure reconnaissance du statut de docteur∙e à l’étranger, qui est aussi perceptible au niveau de la rémunération. C’est d’autant plus dommage que les universités françaises bénéficient d’un certain prestige à l’international, alors qu’elles sont dévaluées dans notre propre pays par rapport aux grandes écoles.

Evoluer hors de la France ouvre aussi plus d’opportunités de travail, et la possibilité de travailler à l’international. Dans ce sens, la cotutelle est aussi une belle opportunité qu’il ne faut pas hésiter à saisir.

Mais même en restant dans le pays, envisager la mobilité est indispensable lorsque l’on s’est spécialisé sur un domaine d’activité très spécifique et que l’on veut garder cette spécialisation. Bien que ce soit fort intéressant, la question de la qualité de vie se pose alors et chacun∙e doit y répondre en fonction de sa situation personnelle.

Ouvrir son champ des possibles

Outre l’enseignement et le secteur privé, il est aussi possible pour un∙e jeune docteur∙e de passer les concours de la fonction publique ou de monter sa propre entreprise. Il est possible de cumuler différentes fonctions : par exemple, après son doctorat, Antoine D. Resk avait fait le choix de devenir auto-entrepreneur pour pouvoir enseigner dans différentes universités et écoles en parallèle d’un travail salarié.

Assurer sa visibilité de jeune chercheur

Pour la 2e année consécutive se tenait le 4 avril dernier la Journée pour l’Emploi des Docteurs en SHS, organisée par l’Université de Lyon, les Universités Lyon 2 et Lyon 3, ainsi que les associations ENthèSe et Têtes Chercheuses.

 

Continuer la lecture de Assurer sa visibilité de jeune chercheur

Visibilité du jeune chercheur et opportunités à saisir

En tant que membres du Collectif Confluence, nous avons été contactés pour différentes actions grâce à notre visibilité. Le Collectif Confluence travaille à mettre en valeur, pour le grand public et le monde de la recherche, les jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales, par des événements, et une forte présence sur internet. Nous constituons aussi un comité de relecture.

Continuer la lecture de Visibilité du jeune chercheur et opportunités à saisir

Valoriser son expérience de thèse dans un CV professionnel

Très souvent les doctorants n’osent pas mettre en avant les compétences acquises et développées dans le cadre de leurs recherches, quand ils ne nient pas eux-mêmes leur existence. Le travail d’identification des compétences apparaît donc primordial. La consultation des fiches métiers du pôle emploi peut constituer un guide précieux dans cette démarche.

Continuer la lecture de Valoriser son expérience de thèse dans un CV professionnel

Savoir choisir ses colloques : pourquoi, comment, combien ?

Ce billet est le second volet d’un diptyque sur les colloques.

Pourquoi participer à des colloques?

Avant d’envisager le mode opératoire d’une participation à un colloque, il convient de rappeler quelles sont – devraient-être – les interrogations liminaires de tout doctorant n’ayant jamais présenté le fruit de ses recherches devant un public d’universitaires (ou un public plus large). La première question à se poser porte sur le but d’une telle démarche.

Continuer la lecture de Savoir choisir ses colloques : pourquoi, comment, combien ?