Partir à l’étranger en doctorat – Compte-rendu de la réunion du 12.03.14

Intervention d’Élisabeth Persoud, Relations internationales, responsable de la mobilité doctorale à l’Université de Lyon. Billet mis à jour après la réunion de février 2015.

La mission d’Élisabeth Persoud

  • Cadrer les doctorants et jeunes docteurs qui partent à l’étranger pour éviter qu’ils ne partent dans des conditions illégales.
  • Développer les cotutelles de thèse.
  • Renforcer la coopération inter-universités entre l’Université de Lyon et des établissements de Suisse et d’Italie du Nord (Turin et Milan), ainsi qu’avec certains établissements-cibles hors de l’Europe : Chine (les universités de Shanghai, Fudan et Tongji), Japon (Univ. de Tokyo), Brésil (São Paulo), Canada (Ottawa, Montréal).

Les questions à se poser

  • Pourquoi partir ? Pour connaître d’autres pratiques de recherche, rencontrer des chercheurs formés différemment, travailler sur des sources à l’étranger, etc.
  • Quand ? Souvent au cours de la deuxième ou de la troisième année, mais on peut partir quand on veut.
  • Comment ? Il faut trouver des financements.
  • Comment faire pour que le séjour soit enrichissant ? Il faut partir avec l’idée que le séjour permet de faire des rencontres et il faut se constituer un réseau en amont (utile pour un éventuel post-doc).

Les différents types de mobilité

  • Un déplacement court, pour un colloque par exemple : il faut rechercher un financement auprès du laboratoire et/ou de l’école doctorale (penser à demander de l’argent en fin d’année).
  • Un séjour de recherche en laboratoire ou en bibliothèque, plus ou moins long, de 2 à 6 mois (penser au temps d’adaptation, 1 à 2 mois, donc mieux vaut partir plus longtemps) : il faut trouver une université d’accueil ou un laboratoire d’accueil qui nous envoie une lettre d’admission.
  • Un séjour de recherche sur le terrain : on peut être isolé du monde universitaire, donc il faut créer des liens avec une université locale ou un institut français de recherche (http://www.ifre.fr/ : les contacter avant de partir).
  • Une cotutelle de thèse ou une codirection : cela implique des séjours longs (une année académique ou plusieurs fois six mois), un coût onéreux et des démarches parfois compliquées, pour rédiger la convention notamment.

→ En fonction du type de séjour, il existe plusieurs solutions de financement : par le laboratoire ou l’école doctorale pour les séjours courts, par un programme de bourses ou d’aides à la mobilité, par l’université d’accueil dans le cadre de certaines cotutelles. Dans tous les cas, il faut avant tout anticiper !

Quelques programmes de financement

  • Le Programme Avenir Lyon Saint-Etienne (PALSE) : l’appel relayé par l’école doctorale a lieu en juin/juillet et la clôture en octobre/novembre. Ce programme finance des séjours de trois à six mois (préférable). Les universités-cibles sont privilégiées. Le financement est de 700 à 750 € par mois, pour une trentaine de doctorants (presque 50% des demandes ont été honorées l’année dernière). En 2015, les bourses privilégieront les destinations cibles, c’est-à-dire les universités partenaires de l’Université de Lyon et citées en introduction. Les critères évoluent légèrement d’une année sur l’autre : en 2012, l’intégration du projet scientifique dans les intitulés des Labex était privilégiée par rapport aux critères géographiques.
  • Explo’RA DOC : financement de la Région Rhône-Alpes : là encore, il vaut mieux aller dans une région partenaire de Rhône-Alpes, d’autant que les fonds alloués tendent à se réduire. Les candidatures sont à déposer en décembre/janvier, le dossier passe par l’établissement.

Les démarches administratives

  • Pour être en règle hors de l’Espace Schengen, certains documents sont nécessaires :

Un passeport valide (certains pays demandent qu’il soit valide encore six mois après la fin du séjour).
Un visa : information à rechercher sur le site de l’ambassade du pays de destination en France. Au Brésil, le visa étudiant coûte 140 euros en 2014. Ce sont des frais à anticiper.
Un permis de séjour ou d’étude à demander une fois qu’on est sur place.

  • Pour être assuré, en cas d’accident, il faut créer un cadre légal en fonction de son statut : ordre de mission pour le doctorant salarié (l’employeur couvre les accidents du travail, les déplacements, le rapatriement, etc.), convention de stage pour le doctorant non salarié, statut d’étudiant dans le pays d’accueil pour le doctorant en cotutelle. Il faut avant tout demander une extension de responsabilité civile.
  • De la même façon, en cas de maladie, d’hospitalisation, il faut se demander si l’on peut bénéficier de la couverture sociale du pays et prévoir par exemple de demander une extension internationale à sa mutuelle française et/ou de souscrire une assurance privée qui couvre tout (perte de bagage, maladie, accident, rapatriement).
  • L’argent : en fonction du pays de destination et de la durée du séjour, il faut se demander s’il vaut mieux changer de l’argent sur place, retirer dans des automates, ouvrir un compte bancaire (si l’on doit recevoir de l’argent sur place), choisir une banque présente sur tous les pays, etc.

→ Penser à consulter le Guide du Routard du pays concerné pour avoir des conseils en tout genre.

Précautions d’usage et conseils

  • Vérifier la situation sanitaire et politique du pays sur le site du Ministère des Affaires étrangères (ne pas se laisser impressionner par le ton souvent alarmiste).
  • Vérifier la sécurité de ses données numériques grâce au Passeport de conseils aux voyageurs de l’ANSSI.
  • S’inscrire sur le Portail Ariane du Ministère des Affaires étrangères pour être identifié. Faire une copie de ses papiers d’identité sur le site service.public.fr avant de partir s’avère utile en cas de perte. Au Japon, avec le risque de séismes et tsunamis, il est fortement conseillé de se signaler auprès du Consulat. De façon générale, les doctorants partis à l’étranger recommandent cette démarche, qui permet par exemple de voter depuis l’étranger… ou de participer au cocktail du 14 juillet à l’Ambassade.
  • Ne pas rester anonyme : sur place, il faut se faire connaître du consulat, se rapprocher d’une équipe de recherche, même lorsque l’on n’est pas rattaché à un laboratoire en particulier (dans le cadre d’une mobilité liée à l’étude d’un fonds d’archives par exemple). Il faut chercher à présenter ses travaux et toujours avoir  une présentation prête.
  • Demander une carte ISIC (réductions sur les transports, etc.), emmener des cadeaux, préparer des cartes de visite.

 

Pour plus d’informations sur la mobilité internationale des doctorants, consulter :


Une réflexion au sujet de « Partir à l’étranger en doctorat – Compte-rendu de la réunion du 12.03.14 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *