De la thèse à l’emploi, quelle stratégie ? – Journée pour l’Emploi des Docteurs, 24 avril 2014

Compte-rendu de l’atelier animé par Stéphanie Thillet, consultante d’Objectif pour l’emploi, l’une des huit associations lyonnaises d’accompagnement des cadres. Les notions élémentaires de toute recherche d’emploi ne doivent pas être oubliées par le jeune docteur en Sciences humaines et sociales souhaitant poursuivre une carrière non universitaire. Une série d’exercices proposés aux participants ont montré les étapes d’une définition progressive de l’emploi recherché comme de ses propres compétences. Cette démarche débute pendant le doctorat, étape clé de la constitution de son réseau.

*

La recherche d’emploi renvoie à une méthodologie déclinée en plusieurs étapes. Il faut se connaitre, savoir ce que l’on veut et peut faire, savoir expliquer un projet professionnel concret. En tant que doctorant ou docteur, comment présenter ses compétences alors que la thèse est un travail de recherche de long terme qui peut apparaitre en porte-à-faux avec des exigences de rapidité et d’exhaustivité, compétences recherchées par les recruteurs ? Ceux-ci privilégient encore beaucoup les profils commerciaux par rapport aux profils plus atypiques, même à BAC +5. Il faut alors connaitre le marché de l’emploi, pouvoir en parler pour se positionner, avec une précision suffisamment forte pour éveiller l’intérêt du recruteur.

Identifier ses compétences

Quels sont les atouts d’un docteur par rapport à un BAC +5 ? La question est mauvaise, car il n’y a pas de comparaison à faire. L’enjeu est simplement de pouvoir démontrer que l’on est la personne pour le poste, disposant de connaissances, mais plus généralement de compétences, générales et personnelles mises en œuvre. Stéphanie Thillet cite l’exemple d’un étudiant ayant fait un voyage à pied au Maroc pour rejoindre la France et y faire des études : l’anecdote porte de nombreuses valeurs positives, de détermination ou en termes de relationnel. Ce qui fait la différence, c’est une capacité à s’adapter à des situations qui ne sont pas forcément décrites sur la fiche du poste souhaité.

Un tableau simple croisant d’un part savoir, savoir-faire et savoir–être et d’autre part expériences professionnelles, formations et expériences personnelles, permet de mettre au jour ces qualités. Mais il faut également savoir en parler, savoir créer des images en entretien pour que le recruteur imagine la personne dans le poste pour lequel il postule. D’où la soumission à un second exercice : narrer de façon brève des anecdotes relatives à ses compétences professionnelles et personnelles, susceptibles d’intéresser le recruteur. Le résultat de ces deux exercices doit constituer un pense-bête qu’il est bon d’avoir sur soi le jour de l’entretien.

Clarifier les missions présentées dans une fiche de poste

Le recruteur apprécie avoir quelqu’un ayant déjà exercé les missions pour lesquelles il est recruté, d’où l’importance de bien identifier celles définies dans la fiche de poste et les tâches de base auxquelles ces missions renvoient : administration, montage de budgets… Cette définition permet également d’éviter les entretiens qui peuvent affaiblir sa confiance en soi, parce que trop éloigné de son profil. Les variations d’humeur sont très fortes en phase de recherche d’emploi, tout aussi forte est la pression familiale. Il faut en effet faire face à l’incompréhension des proches face à la difficulté à trouver un emploi.

Bien connaître le marché de l’emploi

La recherche d’informations permettant de définir le projet professionnel est une étape clé. Elle passe par la lecture des journaux, de bases de données professionnelles permettant d’accéder aux annonces, aux fiches métier. Les études de l’APEC, disponibles sur le site de l’association, sont également riches de renseignements. Elles proposent de nombreux outils concernant la recherche d’emploi ainsi que des études de marché. La connaissance des entreprises passe également par la connaissance de leurs brevets.

Développer et cultiver son réseau professionnel

L’utilisation de son propre réseau professionnel est un élément clé. Il est à développer pendant le doctorat, alors que l’on est encore en activité. C’est en effet bien plus facile de contacter des recruteurs potentiels qu’en situation de recherche d’emploi, souvent associée à une position d’auto-dévalorisation. Développer un réseau passe par un effort de définition et par le croisement de différents moyens : la sollicitation de rencontres (entretiens) qui doivent être préparées, l’impression d’une carte de visite personnelle. Il faut solliciter les participations, se joindre à des évènements.

Les réseaux sociaux de professionnels sont également des moyens d’accès à des personnes intéressantes pour lesquels il faut susciter ensuite une rencontre réelle. Les recruteurs sont très présents sur ces réseaux. Viadeo est le premier réseau  professionnel de l’hexagone et strictement franco-français, Linkedln est plutôt utilisé à l’international. Un préjugé est de croire que ces espaces numériques donnent accès à un marché caché d’offres, mais ils permettent surtout d’avoir des informations plus fines quant à son projet professionnel.

D’expérience, l’animatrice a pu conclure que les doctorants n’étaient pas trop incités à agir pour développer leur réseau. Or, laisser une carte à un colloque est utile. L’université est un milieu fermé qui possède ses propres règles. Pour un emploi à l’extérieur, il faut se faire connaitre et mettre en avant une image de chercheur bien intégré dans la société, tout en entretenant ces liens pour l’après-doctorat. Se constituer un réseau, cela signifie contacter des opérationnels (chefs de service, toute fonction qui nous intéresse, mais jamais directement les Chargés de Ressources Humaines), utiliser les recommandations (« j’appelle de la part de… »). Il ne s’agit pas de directement rechercher un emploi par ces biais mais de connaitre les réalités de l’emploi. Ces démarches doivent ainsi avoir pour seul objectif d’affiner son projet professionnel, de légitimer une piste nouvelle de projet, s’informer sur un marché, obtenir de nouveaux contacts, être coopté au sein d’une entreprise vers le bon interlocuteur ou tout simplement qu’on se souvienne de vous.

Stéphanie Thillet désigne ce  type de démarche sous le nom d’« entretiens réseau » : ils doivent être préparés avec attention, au travers d’une série de questions documentées pour récupérer un maximum d’informations. Il n’est pas nécessaire alors de présenter son CV, car, à nouveau, l’objet n’est pas de demander un emploi. Pour renforcer un cadre professionnel à cet échange, il est préférable de solliciter cet entretien sur le lieu de travail de l’interlocuteur.

CV et lettre de motivation

Quelques recommandations sont à prendre en compte pour proposer une candidature efficace. Le CV doit faire une page maximum et comprendre les mots-clés qui correspondent le mieux à l’offre. Il s’adapte donc à la description du poste. Les publications doivent être mises à part. Les lettres de motivation, également d’une page, sont souvent trop négligées, alors qu’une fois les CV sélectionnées, elles sont lues pour poursuivre la présélection des candidats. Il faut y inscrire des informations personnelles qui n’apparaissent pas dans le CV mais aussi (et surtout) des informations contextuelles d’accroche. Le recruteur y vérifie l’apport d’éléments qui n’existent pas par ailleurs. Un profil en ligne est indispensable car il sera nécessairement regardé dans cette phase de présélection. Stéphanie Tillet conseille de bien garder et classer les lettres et CV de candidatures envoyés, pour ne pas être surpris en cas de réponse, souvent différée de plusieurs semaines, mais aussi pour pouvoir suivre et relancer les offres envoyées.

L’entretien

Si l’entretien est obtenu, il faut le voir comme une chose positive, a minima un entraînement. Si une personne du jury ne parle pas, peut-être est-elle tout simplement mal à l’aise dans ce genre d’exercice ou fatiguée. Il faut anticiper sa présentation, qui ne doit pas dépasser deux ou trois minutes dans la plupart des cas. Elle initie la relation, doit permettre de montrer sa motivation et la cohérence de ses choix de parcours. Il est judicieux de tendre des perches sur des points qui pourront mettre en valeur ses compétences propres et d’évacuer directement les points négatifs en les expliquant rapidement (une phase sans activité dans son CV, des changements radicaux d’orientation). Il ne faut négliger aucun des interlocuteurs et adapter son discours.

Conclusion

La recherche d’emploi, c’est entretenir un rapport de communication constant avec les recruteurs potentiels. Tout est valorisable dans un parcours donné, à condition de bien le communiquer. Reste un inconnu autour du doctorat et des représentations. Les postes sont définis pour des BAC +5. Ce n’est donc pas un diplôme mais une expérience professionnelle qu’il s’agit de mettre en avant.  C’est un travail exigent de valoriser ses compétences de doctorat, cela implique parfois le deuil de son propre sujet. Dans ce travail, il ne faut pas oublier les bases de la recherche d’emploi qui conditionnent la réussite de la démarche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *