Regard d’un comité de lecture sur l’écriture des jeunes chercheurs : exemple de la revue Géocarrefour

Compte-rendu de la rencontre avec deux membres de l’équipe de rédaction de Géocarrefour : André Buisson, secrétaire de rédaction, et Anne Honegger, co-directrice de publication. Vous retrouverez dans ce billet quelques conseils utiles aux jeunes chercheurs dans l’approche parfois épineuse de la rédaction d’un article scientifique.

 

Fondée en 1926, Géocarrefour est l’une des plus anciennes revues scientifiques françaises de géographie. Indépendante et pérenne face aux structures institutionnelles, Géocarrefour n’est pas une revue de laboratoire mais porte une ambition de recherche plus large, au national comme à l’international (en particulier à destination du monde francophone). La rencontre d’ENthèSe avec deux membres de l’équipe de rédaction de Géocarrefour a permis de revenir sur le fonctionnement d’une revue scientifique à comité de lecture, qualité ayant permis à Géocarrefour d’être présente sur la liste des revues SHS de l’AERES.

Positionner ses travaux dans la ligne éditoriale d’une revue scientifique

La structuration actuelle de Géocarrefour illustre le fonctionnement quotidien d’une revue à comité de lecture : une équipe de direction composée de trois membres organise un travail éditorial devant permettre d’assurer la publication de quatre numéros par an. Autour de cette équipe, un comité de rédaction se réunit à raison de deux réunions par trimestre environ : composé d’une vingtaine de membres, dont font partie les représentants des établissements finançant la revue, sa mission première est de définir la ligne éditoriale de la revue, notamment la thématique des numéros.  Un comité scientifique est convié une fois par an à faire un retour au comité de rédaction sur ces choix thématiques, afin d’assurer une couverture effective de tous les champs de recherche investis en géographie.

Les numéros thématiques de la revue Géocarrefour sont programmés pour les deux ans à venir. Il faut cependant souligner que la ligne éditoriale est définie avec cette volonté que les établissements fassent des propositions de dossiers thématiques. Le suivi éditorial est assuré ensuite par des membres du comité de rédaction. L’enjeu pour la revue est de maintenir ainsi l’intérêt des partenaires. Pour un jeune chercheur, il est donc intéressant de regarder dans son réseau de recherche quel chercheur appartient à quel comité et quelle revue est financée par son établissement. Cela peut permettre de positionner ses propres travaux. A la suite de l’organisation d’un colloque, des chercheurs viennent également solliciter le comité de rédaction pour assurer des publications dans ce type de revues, présentes sur les listes de l’AERES. Une thématique ouverte peut ainsi être retenue, pour laquelle tout chercheur intéressé est invité à soumettre un article. L’ensemble des thématiques ainsi retenues est consultable sur le site de la revue.

Des numéros à échéance de publication plus espacée sont composés de « varias », articles reçus trop tard pour être publiés dans un numéro thématique ou articles de qualité mais dont la thématique de recherche ne permet pas de rassembler un corpus d’articles suffisant pour monter un numéro thématique (problème des « thématiques orphelines »). Il ne faut donc pas hésiter à envoyer un article de qualité, même s’il ne s’inscrit pas nécessairement dans les thématiques retenues.

Lire à ce propos l’éditorial d’introduction au numéro 81  de Géocarrefour, composés de varias (C. Montès, A. Rivière Honegger & E. Verdeil, (2006), « Editorial : introduction au numéro Varia », Géocarrefour n°81, mis en ligne le 19 octobre 2007).

Pourquoi privilégier une publication dans une revue AERES ?

Il faut bien considérer qu’il existe, en parallèle des revues approuvées par l’AERES, un certain nombre de revues plus éphémères auprès desquelles les doctorants ne doivent pas se perdre. Se voulant représentatives d’un courant disciplinaire, elles s’épuisent souvent rapidement et cessent leur publication. Surtout, dans les petites revues qui se sont un temps multipliées, s’est posée la question de la légitimité scientifique du processus de relecture, parfois assuré par une seule personne.

Pour l’équipe de Géocarrefour, il est donc important de faire comprendre aux différentes équipes de recherche et aux jeunes chercheurs que cette revue constitue un support pérenne ; il n’est pas forcément utile de créer son propre support de publication. La revue bénéficie par ailleurs d’une forte reconnaissance scientifique, qui attire les jeunes chercheurs. Une revue scientifique à comité de lecture garantit en effet une évaluation par les pairs. La liste des revues SHS de l’AERES, parfois objet de polémiques dans le monde scientifique, représente bien en premier lieu cette garantie.

Il ne faut pas négliger les effets discriminants que peut avoir une publication dans ce type de revues pour l’avenir des jeunes chercheurs. De ce fait, le comité de rédaction d’une revue scientifique à comité de lecture détient une véritable responsabilité, celle de faire émerger certaines thématiques et certains chercheurs. Pour l’équipe de Géocarrefour, cette responsabilité doit donc s’associer à un rôle explicite de formation à l’écriture scientifique, lors de la correction des articles soumis.

La correction d’articles : quel processus ?

Il faut en général compter 18 mois entre la finalisation d’un appel à communication et la publication d’un numéro. La disponibilité de l’équipe de direction et de rédaction impose un rythme aux relectures et réunions des membres de la revue. Une fois l’appel à communication diffusé, les articles peuvent directement être soumis sur une page dédiée. Certaines revues demandent d’abord des résumés d’articles, avant la soumission du texte intégral de l’article. Cette étape a été retirée au sein de Géocarrefour,  afin d’éviter de perdre un temps précieux, compte tenu des délais de correction déjà longs.

Le secrétaire de rédaction effectue un premier tri parmi les articles reçus (articles hors-sujets parfois mis en varia ou articles n’ayant pas une forme acceptable pour être soumis en relecture). Il les distribue ensuite pour relecture à un groupe de six ou sept correcteurs, des responsables de la revue en priorité mais également des membres extérieurs à l’équipe de rédaction, choisis en fonction de leur thématique de recherche et de l’obligation de composer un comité de lecture à l’international. La liste des ces relecteurs est discutée et validée en comité de rédaction.

Ces relecteurs produisent systématiquement une annotation aux articles, qu’ils soient acceptés ou refusés. Ces annotations peuvent parfois s’étendre sur plusieurs pages pour discuter de la forme de l’article bien sûr, mais aussi et surtout du fond : formulations à préciser, conseils de lecture, discussion autour de la mobilisation d’un concept… L’investissement considérable en temps que représente ce travail de relecture fait l’objet de débats quant à une meilleure reconnaissance en tant qu’aspect essentiel de la recherche.

In fine, un article soumis à Géocarrefour et accepté en vue d’une publication effectuera quatre allers-retours : 1. première correction,  2. nouvelles corrections à la suite des modifications effectuées par l’auteur,  3. Mise en forme,  4. Dernière relecture avant le « prêt à publier ».

Quelle place occupent les jeunes chercheurs dans les revues à comité de lecture ?

Beaucoup de doctorants sur le point de soutenir ou des jeunes chercheurs proposent des articles aux revues classées AERES, mais selon les mots de l’équipe de Géocarrefour, ce public reste en général relativement timoré vis-à-vis de ce type de publication. Il faut pourtant mesurer qu’il n’existe pas un seul numéro sans un article de jeune chercheur. Dans la plupart des cas en effet, l’attribution de financements pour des colloques ou des revues est soumise à l’obligation de proposer un temps de communication, un espace de publication, aux doctorants et jeunes chercheurs. Il ne faut donc pas hésiter à tenter sa chance.

Il est même souvent nécessaire pour les porteurs d’une revue scientifique (et cela fait par exemple partie de l’activité des membres du comité de rédaction de Géocarrefour) de démarcher les jeunes chercheurs. Certains peuvent ainsi être invités à rédiger un article à la suite d’une communication pour laquelle ils auront été remarqués. La visibilité propre du jeune chercheur favorise ainsi ses chances de publications.

Quels sont les problèmes récurrents dans l’écriture des jeunes chercheurs ?

Les corrections portent d’abord sur des questions de mise en forme éditoriale : parmi les corrections systématiques, Anne Honegger et André Buisson nous citent en premier lieu le non-respect de la longueur maximale des titres, les erreurs dans les références ou les renvois bibliographiques, l’omission du résumé (souvent une copie des cinq premières lignes de l’introduction de l’article), les mots clés non conformes à l’index de la revue.

Le style d’écriture fait également l’objet de nombreuses corrections : lourdeurs grammaticales (propositions relatives ou phrases trop longues, surabondance d’adverbes), style « jargonneux » ou encore fautes d’orthographes trop nombreuses. De manière générale, l’absence de maitrise de l’écriture courte et synthétique apparait discriminante. Le dépassement important du nombre de signes imposé est un phénomène récurrent, qui interroge sur la lecture effective des consignes de publication données aux auteurs et mises en ligne sur le site des revues. Il faut très souvent compter deux jours par article, simplement pour la correction du français et la mise aux normes de publication !

Les corrections de forme portent enfin sur la structuration même de l’article. Un défaut récent semble ainsi revenir, celui de rédiger un article manifestement proposé pour une revue anglo-saxonne (en six ou sept points) et proposé ensuite, sans reprise, à une revue francophone, ce qui ne peut convenir. De façon plus classique, des aspects essentiels aux lecteurs sont souvent omis, par exemple la description de la méthode utilisée. Acte de communication à part entière, l’écriture d’un article suppose de ne pas oublier de le relire en se plaçant dans la position du lecteur de la revue, qui n’est pas immergé dans un sujet spécifique.

Sur le fond, un défaut récurrent est de vouloir rédiger un article qui serait un résumé long de la thèse. Il faut éviter de tirer à toute force la thématique d’un appel à contribution vers son sujet de thèse. Dès lors, comment isoler un sujet d’article à partir de ses travaux ? Un article reste une idée unique et développée. A partir d’une figure-phare ou une idée novatrice de sa thèse, il est possible de produire un article. Il faut donc essayer de cerner le point original de sa thèse, susceptible d’intéresser le lectorat de la revue, lectorat auquel il faut dès lors s’intéresser. Les articles ne peuvent pas non plus être une reprise de chapitres de la thèse, celle-ci devant être inédite.

Quels conseils pour les doctorants ?

De manière générale, il est nécessaire de consulter le site internet des revues. Chacune possède sa norme de publication et de structuration d’articles, certaines très définies (en trois points : état de l’art, exposition de la méthode, discussion des résultats), d’autres plus libres. Cette variation démontre que l’important reste la clarté : mise en évidence de la problématique, émission d’hypothèses, explication de la méthode, présentation et discussion des résultats. La meilleure façon d’apprendre reste de lire des articles, car il y a un aspect mimétique dans l’écriture scientifique.

C’est aussi le rôle du directeur de thèse de relire une proposition de contribution, afin de vérifier que l’on est dans une lignée scientifique cohérente. Proposer la relecture de ces textes  au sein de son réseau de doctorants permet également de tester la qualité de sa démonstration tout comme la fluidité de la lecture. C’est un travail long et humble, mais qui permet d’éviter des déconvenues une fois l’article soumis.

Il ne faut pas hésiter à envoyer un mail à une revue pour demander un délai de cinq à six jours par rapport à la date limite de soumission d’article, afin de terminer correctement l’écriture et la mise en forme du texte. Ce délai est souvent accordé.

Lors de l’écriture d’un article, il faut déjà viser un support de publication, pour pouvoir intégrer une forme et un style dès le début de la rédaction. Les colloques demandent de plus en plus 15 000 signes dans la rédaction des actes. Certains jeunes chercheurs font le choix d’allonger leur production en espérant une publication sous forme d’articles, ce qui conduit souvent à son rejet ou demande au comité de publication un important travail de réécriture, parce que les normes d’écriture ne sont pas les mêmes. Viser un support, c’est également identifier la finalité scientifique de son article : présentation de résultats ou de premières hypothèses de recherche à même de nourrir un dialogue avec d’autres chercheurs. L’injonction de publication a son effet pervers, puisqu’on ne réfléchit pas au bon support de publication, mais à ce qui sera valorisé, en vue d’une carrière académique.

Il n’existe pas une stratégie de publication mais une stratégie de communication scientifique par doctorant

Les membres de l’équipe de Géocarrefour rencontrés en sont convaincus : les stratégies quant à l’audience d’un projet scientifique sont différentes selon le projet professionnel, selon les opportunités présentes, les intérêts personnels, ce qui signifie qu’il n’y a pas d’incontournable. Pour chaque projet de recherche, il existe ainsi une stratégie de valorisation diversifiée : publication scientifique pour les jeunes chercheurs à l’approche de la soutenance (parce que déterminante quant à leur devenir de chercheur), valorisation dans une revue professionnelle, évènements scientifiques sur les terrains de recherche. Pour chaque type de communication, des styles d’écriture très différents sont mobilisés, mais aucune démarche n’est moins valorisable qu’une autre.

Cela souligne l’importance du bon timing. Une règle générale issue de la culture scientifique anglo-saxonne est souvent rappelée, celle de produire en première année de doctorat un article sur l’état de l’art, un autre en deuxième année portant sur la méthodologie appliquée et en troisième année, un texte présentant une discussion des résultats. Cependant, il faut faire attention à cette injonction, car nombre de jeunes chercheurs regrettent des publications prématurées. Surtout, les doctorants doivent bien mesurer le temps disponible. Une conférence dans une collectivité, une institution publique intéressée par ses travaux a peut-être plus de place en fin de deuxième année car elle produit des retombées utiles pour la thèse elle-même.

Il ne faut donc pas oublier toute la diversité des modes d’expression possibles de ses travaux, utiles notamment dans les premières années de thèse : conférences, colloques (suivi d’actes), posters, carnets de recherche en ligne… L’équipe de Géocarrefour rappelle ainsi qu’il faut savoir commencer modestement, par exemple par un compte rendu de lecture, qui oblige à une importante remise en contexte et analyse des écrits d’autres chercheurs. Dans ces étapes préparatoires à l’écriture de la thèse et une communication scientifique institutionnelle, il est cependant nécessaire de rester vigilant à ne pas laisser échapper ses résultats et valoriser les plus importants dans les revues les plus reconnues au sein de la sphère scientifique.

Pour aller plus loin :

– Dans la revue Vertigo, « Ecrire pour un journal scientifique »

– Voir également la liste de liens utiles d’ENthèSe (Pearltrees), collection Publications et communications scientifiques

 


Une réflexion au sujet de « Regard d’un comité de lecture sur l’écriture des jeunes chercheurs : exemple de la revue Géocarrefour »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *