cafe-doctorant-publication-SHS-article

Publier, communiquer en SHS : quelles spécificités ? Compte rendu du café doctorant du 13.10.2014

Le café doctorant du 13 octobre 2014, animé par le bureau d’ENthèSe et Delphine Klein, doctorante en littérature germanique (CELEC), abordait le thème de la communication/publication en SHS.

Les deux grandes conclusions nées de la conversation entre les doctorants ayant participé à ce café d’ENthèSe mettent en exergue l’importance d’une démarche proactive et d’une gestion de la temporalité de l’écriture pendant le doctorat.

Toute action de communication a de la valeur et vient nourrir une réflexion autour du projet scientifique que l’on porte et que l’on affine par des initiatives multiples : communications institutionnelles comme finalité à notre formation de chercheur, mais aussi non institutionnelles (carnets de recherche, démarche de vulgarisation…), comme temps préparatoire à une version plus aboutie de nos travaux de recherche et d’ouverture vers d’autres publics.

Communiquer ses travaux scientifiques semble devoir se nourrir en premier lieu d’une fréquentation assidue des colloques et séminaires. On y apprend, par mimétisme, l’acte même d’une communication scientifique. Les temps informels qui y sont aménagés permettent de faire des rencontres créatrices d’opportunités.

Comment chercher un appel à contribution ou communication…

La première question des doctorants sur ce thème est de savoir où trouver et comment répondre à un appel à communication ou contribution. Il est nécessaire de multiplier les stratégies de recherche, d’abord numériques : sites des établissements universitaires, newsletters disciplinaires, sites web dédiés à la publication (fabula.org ou calenda.org pour les plus connus), mais également les newsletters des bibliothèques spécialisées dans la diffusion et le recensement des appels à communication (par exemple en égyptologie, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée), les carnets de recherche en ligne…   Les ressources apparaissent inégales d’une discipline à l’autre : la littérature et l’histoire de l’Antiquité romaine (Compitum) ou la géographie (Geotamtam) disposent de newsletters très efficaces. Toutes les disciplines scientifiques ne s’organisent pas nécessairement autour de ce type d’outils.

La meilleure manière de les connaître est d’interroger les chercheurs et doctorants de son domaine disciplinaire sur leur propre stratégie de recherche, comme sur les revues les plus à même d’accueillir les travaux menés. Dans la recherche d’une revue susceptible d’accepter les publications d’un jeune chercheur, il ne faut pas négliger la revue spécialisée qui touche un réseau de chercheurs existants et actifs, avec un lectorat moins important que les autres revues, mais qui sera plus efficace pour son projet de recherche.

… et rédiger une proposition

Nous avons réinvité Delphine Klein à nous présenter avec justesse son expérience de jeune chercheuse face à la formalisation d’appels à communication et contribution. Retrouvez l’essentiel de sa présentation ici : Du repérage des appels à communication à la rédaction d’une proposition (en SHS).

Se créer des opportunités par une fréquentation régulière des évènements scientifiques

La discussion entre doctorants s’est poursuivie dans l’éloge d’une démarche proactive : utiliser  internet pour trouver des pistes de recherche, voire de publication et surtout toujours privilégier les colloques, les séminaires, premiers espaces d’expression scientifique. Si ces démarches sont parfois coûteuses en temps, les rencontres faites en colloque offrent des opportunités non négligeables. La création d’un réseau, en SHS, se fait moins dans les bureaux des laboratoires que dans la participation à l’animation scientifique universitaire.

C’est d’ailleurs souvent lorsque l’on se rend à un colloque en trainant les pieds, que l’on fait la rencontre importante. Il faut profiter de l’effet « pause café ». Parmi les anecdotes citées autour de la table, la rencontre d’un professeur d’université a permis à un groupe de doctorants en lettres classiques de publier les actes d’un colloque organisé dans le cadre d’un laboratoire junior. Une autre rencontre a offert la possibilité à une doctorante d’envisager un séjour aux États-Unis pour son travail de thèse.  Les repas, les buffets des séminaires favorisent les échanges dans un cadre moins formel, propice à ce type d’opportunités. C’est d’ailleurs une nécessité lors de l’organisation d’un séminaire ou d’une journée d’étude : il est préférable de prévoir suffisamment de temps de pause pour permettre ces échanges. Il n’est pas question ici d’entretenir le mythe d’un système universitaire fonctionnant par cooptation mais bien de décrire la réalité d’un échange interpersonnel. Si une conversation n’a pas toujours d’objectif défini ni de retombées particulières, elle peut parfois être créatrice de très bonnes opportunités, qui n’auraient pu advenir autrement.

Une fois que l’on a obtenu une possibilité de communication, il reste du travail avant d’envisager une publication effective. Il ne faut pas vouloir faire une communication, « article-clé en main ». Il y aura un travail systématique de réécriture. Lors du débat qui suit toute communication, des remarques très intéressantes sont souvent fournies, autant de pistes complémentaires de recherche. Les doctorants ne doivent pas hésiter à demander un retour sur leurs communications.

Valoriser ses interventions sur internet afin de favoriser de futures opportunités de communication

Les archives ouvertes sont un bon moyen de rendre visible différents types de communications qu’un doctorant a pu produire. HAL SHS, par exemple, dispose de toute une nomenclature qui permet de décrire ses différents travaux de manière précise. Les présentations lors de cafés doctorants ou réunions peuvent s’inscrire également dans cette démarche de visibilité, tout comme les actions de vulgarisation ou diffusion, qui apparaissent très valorisantes. Ces interventions diverses doivent apparaître sur le CV académique : plus il est long, mieux c’est.

Il est ainsi essentiel de travailler sa visibilité numérique de jeune chercheur. Un intervenant cite l’anecdote de deux post-doctorants contactés pour participer à un colloque par le seul biais de leur profil Academia. Faire figurer la diversité des actions que l’on a pu faire assure une recherche par mot clé plus performante dans les réseaux sociaux scientifiques. De manière générale, toute information relative à son profil et présente sur internet est utile pour doctorant : elle assure une visibilité professionnelle en tant que jeune chercheur. Lorsque l’on soumet une publication, cette visibilité renforce la confiance de la personne qui accepte la publication.

Le point de vue d’un comité de lecture

Pour en savoir plus sur la place des jeunes chercheurs dans la publication scientifique en SHS et les problèmes récurrents d’écriture, retrouvez ici le compte rendu de la rencontre d’ENthèSe avec des membres de l’équipe de rédaction d’une revue à comité de lecture, Géocarrefour.

 

Le temps des cafés doctorants est toujours trop court. Pour poursuivre ces réflexions, n’hésitez pas à commenter ces billets pour y ajouter des astuces, des remarques concernant la recherche d’appel à communication et la formalisation d’une réponse !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *