Démarches de vulgarisation en doctorat – Compte rendu du café doctorant du 21.01.2015

Aujourd’hui la vulgarisation est clairement perçue comme une nécessité scientifique : elle est une façon de justifier les financements publics, convaincre le public de l’utilité des activités de recherche. Sous le terme plus englobant de « diffusion scientifique », elle est même définie par le CNRS comme l’une des missions principales du chercheur. Vulgariser la science ne constitue pas pour autant nécessairement une valeur académique associée aux chercheurs. Quelles voies s’offrent aux doctorants pour s’y investir ? Que retirent-ils de ces activités, hors d’une influence peu probable sur leur carrière académique ?

La vulgarisation, une pratique de plus en plus diffuse en SHS : l’expression d’un plaisir

Les activités de vulgarisation scientifique, popularization activities, recouvrent un panel d’actions très diffus. Une étude statistique menée de 2004 à 2009 par Pablo Jensen, physicien à l’ENS de Lyon, sur un échantillon de 7000 chercheurs CNRS de toutes disciplines confondues a permis d’en mesurer l’étendue. Le dépouillement de CRAC (Comptes-rendus annuels des chercheurs CNRS), en particulier de la partie consacrée aux « activités de vulgarisations », a permis d’en définir un contenu, renseigné par les chercheurs eux-mêmes : dès qu’il ne s’agit pas d’une lecture par les pairs de sa discipline, il est possible de parler de vulgarisation. Conférences grand public, expositions scientifiques, intervention dans les médias, sites internet, missions en entreprise, etc. : il apparait difficile de dresser la liste des expériences de vulgarisation envisageable tant elles sont multiples.

Deux ensembles de disciplines se distinguent par l’importance relative de leurs activités de vulgarisation : l’astrophysique et les sciences humaines et sociales (SHS). En 2009, 60 % environ des chercheurs en SHS de l’échantillon déclaraient  avoir menés des telles activités, contre 45 % en 2004. Par comparaison, en 2009, ils étaient au maximum 30 % dans les disciplines dites de sciences dures. Les activités de vulgarisation seraient ainsi de plus en plus pratiquées en SHS, la société civile semblant mobiliser de façon accrue le monde scientifique, ce que tend à démontrer une croissance remarquée entre 2004 et 2009 des activités proposées au sein d’associations. Les chercheurs en SHS recensés semblent privilégier les conférences et débats grand public, les médias en général. Ils sont moins présents dans la mise en place d’expositions, les actions en milieu scolaire. L’étude montrait par ailleurs que le fait d’enseigner ou de gagner en âge tend à influer positivement sur la pratique de vulgarisation.

Ces tendances générales cachent des effets de distorsion : une petite minorité de ces chercheurs vulgarise de façon très régulière et représente la majorité des activités de vulgarisations déclarées. Mais pour ces chercheurs, l’étude a permis de démontrer qu’il n’y avait pas d’un côté « faire de la science », de l’autre « vulgariser » : plus on publie, plus on vulgarise. Plus précisément, l’étude statistique n’avait pas montré de corrélation particulière entre les deux ordres d’activités, distingués par les chercheurs eux-mêmes. Ni bon ni mauvais, le fait de vulgariser ne semble pas avoir d’effet sur l’évolution des carrières académiques au sein du CNRS. Des entretiens individuels réalisés en parallèle de cette étude statistique tendaient à montrer que ces activités étaient d’abord pratiquées par plaisir, afin d’entrer en contact avec un public différent.

Horizons d’expériences des doctorants

La discussion menée au cours de ce café, rassemblant des doctorants en informatique, en économie, en géographie, en mondes anciens ou en sociologie, a montré l’importance (découverte dans l’échange) des pratiques de vulgarisation des doctorants et souligné les apports, parfois également les ambiguïtés, à ces pratiques.

  • Echanges avec des professionnels ou un public éclairé. Les sociétés savantes, clubs littéraires sollicitent les jeunes chercheurs pour participer à des ateliers et conférences, sous l’effet du réseau que ces doctorants se sont constitués. Le public y est souvent composé d’une communauté d’intellectuels habituée aux séminaires scientifiques. Le langage s’éloigne plus fortement d’un discours académique dans l’échange effectué avec des professionnels, par exemple élus et aménageurs en contact avec les géographes. L’institution du  doctorat-conseil dont le développement est relativement méconnu, a permis de proposer une forme officielle aux missions d’expertise et de valorisation scientifique au sein d’une entreprise.
  • Interventions auprès des lycéens, principalement dans le cadre des Journées de la Sciences. Des doctorants en informatique ont pu proposer des initiations aux mathématiques, d’autres en lettres classiques une initiation au théâtre antique. Il ne s’agit pas ici d’une situation d’enseignement : si le chercheur ne dispose plus de son pouvoir disciplinaire, l’intelligence de cet échange réside dans la capacité du doctorant à proposer un cadre ludique, à faire preuve de persuasion. Constat partagé, lycéens, étudiants et parfois plus jeunes aimaient à se prendre au jeu du savoir. Toutes les disciplines scientifiques méritent d’être vulgarisées et peuvent susciter l’intérêt, mais tous les savoirs ne peuvent faire l’objet d’une vulgarisation. Lorsque l’étude relève par exemple de la science fondamentale en mathématiques, il apparait impossible aux doctorants de chercher à vulgariser ces travaux. Une initiation aux disciplines des doctorants reste une clé d’ouverture.
  • Médiation d’expositions à destination de scolaires ou d’un public plus varié dans le cadre des Journées du patrimoine. L’enjeu exprimé par les doctorants reste le même : susciter l’intérêt, réussir à captiver. ERAMA, un laboratoire junior de l’ENS de Lyon proposant une lecture des représentations de l’autorité dans les mondes antiques, avait parmi ces missions un partenariat avec le service de médiation et d’action culturelle du musée gallo-romain de Fourvière. L’idée des doctorants étaient de proposer une autre lecture de la muséographie par la réalisation d’un livret de vulgarisation.  L’ouvrage avait pour les doctorants un objectif clair : renouveler la lecture des collections proposées en intégrant sous la forme d’un livret de nouvelles approches des œuvres présentées, propres aux spécialités de recherche des membres du  laboratoire, et absentes de la muséographie. L’aspect vulgarisation s’est cependant estompé au profit d’une seule démarche d’animation ludique (distribution de fiches-jeu par œuvres). Réflexion sur les malentendus pouvant exister entre vulgarisation et animation culturelle, la médiation mise en place n’a finalement plus eu pour point de départ l’acculturation à de nouvelles connaissances propres aux doctorants, faisant sortir l’expérience du champ de la vulgarisation.

S’impliquer dans les institutions de médiation culturelle : l’exemple de la Villa Gillet

La Villa Gillet est une institution dédiée à toutes les formes de cultures scientifiques contemporaines, missionnée dans les années 1980 pour constituer un espace de médiation entre les chercheurs et les différentes composantes de la société civile, écrivains, penseurs, politiques, associations, jusqu’au grand public. En dix ans, elle a  pu constater que le grand public était de plus en plus présent à ce type de rendez-vous ou sur internet (lecture scientifique). Les conférences, les débats organisés régulièrement par la structure leur ouvrent des clés de compréhension, une curiosité forte, les personnes présentes se sentant de plus en plus légitimes à poser des questions.  C’est un lien à double sens : ces type d’échanges permettent de se confronter à une vue extérieure sur son travail, se confronter à la question récurrente du « A quoi servent mes travaux ? ». Souvent, le public, très diversifié, est en premier lieu intéressé par le chercheur en tant que personne, son parcours.

La Villa Gillet anime en particulier deux grand festivals annuels : les Assises Internationales du Roman organisées tous les ans en mai, et le Festival Mode d’Emploi qui se déroule en octobre, sur différents sites lyonnais (les Subsistances, l’Hôtel des Régions…). Aux côtés des tables-rondes et conférences entre scientifiques, militants, écrivains pouvant être modérées par des étudiants ou doctorants, la récente Foire aux Savoirs consiste en une série de cours de 20 minutes sur des sujets variés, animés par des enseignants, des doctorants ou encore des artisans ou amateurs éclairés. Lors du festival Mode d’Emploi de 2014, quelques 2000 personnes se sont déplacées sur deux jours pour y participer. Un cours sur les vocabulaires de la guerre de 14-18 proposé par un chercheur pouvait y suivre un autre cours proposé par un luthier et portant sur la fabrication d’un violon.

Refusant les présentations « académiques », ces cours sont destinés à montrer la richesse de la recherche en Rhône-Alpes et permettre aux chercheurs de témoigner de l’intérêt de tous pour la culture scientifique. Cela suppose d’éliminer le jardon scientifique, être ouvert aux autres regards disciplinaires, clarifier son discours sans pour autant le simplifier : un discours simpliste est aussitôt identifié et mal perçu du public. Eclectique, la Foire aux Savoirs peut constituer un espace d’expression ludique pour les doctorants souhaitant proposer une initiation à leur discipline, ou présenter un aspect de leurs travaux digne d’intérêt mais n’ayant pas nécessairement de place dans le corps de leur thèse. La Villa Gillet a depuis quelques années l’ambition de toucher plus fortement les jeunes chercheurs, ENthèSe souhaite relayer ces possibilités offertes aux doctorants.

A lire :

JENSEN P.,(2011), « A statistical picture of popularization activities and their evolutions in France », Public Understanding of Science, disponible pour les abonnés ici.

MICHAUT C. (2014), Vulgarisation scientifique, mode d’emploi, EDP Sciences, 160 p.


2 réflexions au sujet de « Démarches de vulgarisation en doctorat – Compte rendu du café doctorant du 21.01.2015 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *