Concilier doctorat et maternité

Eu égard aux nombreuses remarques, mêlées tantôt d’étonnement, tantôt de scepticisme, qui me sont adressées lorsque je fais le récit de ma première année de contrat doctoral, qui est aussi celle de la naissance de ma fille, il me semble important de partager mon expérience afin d’infirmer l’idée selon laquelle études et maternité ne peuvent guère se côtoyer.

Ma démarche sera simple : elle consistera à déjouer plusieurs préjugés sur la question et à rassurer ceux ou celles qui souhaitent mener de concert ces deux beaux et honorables projets que sont la thèse et l’accompagnement d’un enfant dans les premières années de sa vie. Aucun prosélytisme de ma part: je n’ai nullement l’intention d’encourager la natalité pendant la thèse! J’aborderai chronologiquement chacune des questions, tant d’ordre personnel que d’ordre administratif et professionnel, qui se posent au gré des années de doctorat.

Comment concilier la thèse et l’arrivée d’un enfant, voire plus généralement, la thèse et la présence d’un enfant chez soi?

Disons d’emblée qu’il n’y a pas de période plus propice qu’une autre pour se lancer dans un projet de grossesse pendant la thèse. Je connais une jeune femme qui a donné naissance à son 4è enfant six mois à peine avant de soutenir une thèse unanimement saluée par le jury! Dans mon cas, mes recherches n’en étaient qu’aux prémisses lorsque ma fille est née. Quel que soit le cas de figure, les débuts de la maternité nous imposent une vie plus sédentaire qu’à l’ordinaire – mais là encore, la contrainte varie selon les choix d’allaitement, de mode de garde qui sont faits – et nous obligent à renoncer à certains déplacements. Néanmoins, il suffit déjà de ne pas habiter dans la ville de son université pour être confronté parfois à de telles frustrations. Pour ma part, je n’avais pas prévu de colloques cette année-là et j’ai pu compenser au cours des années suivantes. N’oublions pas, enfin, qu’un nourrisson dort normalement beaucoup et laisse du temps pour travailler!

Il va de soi qu’un mode de garde doit être envisagé rapidement: s’il est aisé de travailler jusqu’au premier anniversaire de son enfant, il est presque impossible, à partir de là, de s’adonner sérieusement aux tâches universitaires tout en s’occupant de lui. L’on est trop souvent sollicité, sans compter que la mise en concurrence des deux projets nuit et à l’un et à l’autre: soit on culpabilise de ne pas travailler, soit on s’en veut de ne pas consacrer assez de temps à son enfant. Mieux vaut accepter de ne pas être à ses côtés au cours de la journée et partager avec lui les heures de la fin d’après-midi jusqu’à la soirée.

Peut-on facilement faire reconnaître et valoir son congé de maternité par l’administration lorsqu’on souscrit à un contrat doctoral?

Oui. Quand bien même la future mère serait semestrialisée et devrait partir au début du mois de novembre en congé de maternité, on ne peut légitimement pas l’en empêcher. Toutefois, je suppose que chaque université procède comme elle l’entend. En outre, le savoir-vivre veut que l’on prévienne le département dont on dépend afin que les responsables puissent prévoir le remplacement des cours.

Dans mon université, non seulement la naissance de ma fille a été accueillie avec chaleur, mais j’ai été remplacée pendant mon congé  et déchargée de la correction des copies de partiel. Par politesse et par solidarité pour mes collègues, j’ai proposé d’assurer moi-même ces corrections, dans la mesure où l’on me faisait parvenir les copies. J’ai aussi indiqué que l’on pouvait aménager mon travail sur l’année– j’étais semestrialisée – de façon à rattraper d’une autre manière les quelques heures manquantes. L’on m’a rétorqué qu’il n’y avait aucune raison que je ne bénéficie pas des conditions dont jouissent les futures mères pendant un congé de maternité.

Je rappelle que le contrat doctoral doit faire apparaître un alinéa relatif aux congés maladie et autres absences. Toute doctorante peut donc demander la prolongation de la durée de son contrat, soit 4 mois, à l’issue des trois années officielles de son contrat. J’ignore, en revanche, comment se présente la situation lorsqu’on est ATER, mais dès lors qu’on souscrit à un contrat de travail, l’on bénéficie d’une protection sociale et de droits.

La conciliation des deux projets peut-elle être mal reçue par le milieu universitaire ?

La réponse est oui, dans la mesure où chacun est libre de penser que la priorité doit être donnée à la thèse sur l’établissement d’une vie de famille. À l’inverse, j’ai déjà été félicitée de conjuguer les deux au nom de principes tout à fait personnels. Ceci dit, l’on peut aussi être en couple avec quelqu’un qui a déjà des enfants, sans que personne n’en sache rien.

De façon générale, la sollicitude vis-à-vis de nos collègues et de nos responsables est récompensée par celle des différents interlocuteurs auxquels nous avons affaire au cours de la thèse. Il suffit de prévenir tous ceux qui pourraient être importunés par notre absence – programmée ou non… certains congés sont anticipés contre notre gré. J’avais personnellement fait le choix d’avertir mon directeur de thèse et mon département de recherche avant même le début des cours, afin de prévoir d’éventuels remplaçants en cas de problème.

Aucune université ne peut en théorie refuser d’attribuer un contrat sous prétexte que la doctorante est enceinte et ne pourra, par conséquent, se consacrer pleinement à sa thèse. En pratique, rien n’empêche de maquiller les raisons qui ont prévalu à ce refus… C’est un risque à prendre.

De fait, il n’y a pas de doctorant modèle. Tel croit être beaucoup plus efficace parce qu’il n’a pas à consacrer de temps à un enfant qui sacrifiera plusieurs heures de travail hebdomadaires pour une passion, un loisir, une cause, ou pour des raisons familiales ou personnelles… En un sens, je m’aperçois que l’organisation de mes journées, conditionnée par le rythme de mon enfant, m’a appris à être très efficace. Ne généralisons pas : il faut du temps pour faire de la recherche, mais il n’est pas rare que l’on mène plus rondement son travail lorsqu’on sait que notre journée s’achève à 16h30 que lorsqu’on ne donne aucune limite à son emploi du temps.

 

Je terminerai par une remarque simple: tout est question de priorité. Il est des années où l’on privilégie les cours, d’autres où la rédaction passe avant toute chose. La grossesse et l’éducation d’un jeune enfant ne sont qu’une variable supplémentaire, au même titre que notre vie sentimentale. L’essentiel consiste d’abord à assumer son choix, à accepter les contretemps et à s’accorder une marge de manœuvre afin de ne pas être pris au piège par un calendrier trop serré.


36 réflexions au sujet de « Concilier doctorat et maternité »

  1. Ajout de réponse a Edie

    Plusieurs personnes vous diraient que c’est absurde de ne pas combiner la grossesse et le master. Parce que c’est a 100% un projet faisable. « Faisable » est un mot important. Au début vous avez dit que vous voulez poursuivre jusqu’au doctorat. Et en vue de ca je donne mes conseils. Si vous voulez juste concilier la maternité + master sans pause = bon courage, aucun problème. Mais la grossesse est un risque. Imaginons. Vous êtes inscrit dans une session et vous êtes enceinte. Un problème médical arrive. Ça vous fatigue, mais c’est « passable ». Un autre genre de problème: vous êtes gravement malade et vous êtes hospitalisé lors d’un examen, épreuve collective. Dans ce cas on vous permettra avec sûreté de 100% à passer ces épreuves à une autre date en donnant vous un bon repos. Mais si votre état seriez entre « bon santé» et « hospitalisation », vous allez vous retrouvez avec des notes, qui qualifient la qualité académique de vos études a un date précise. Le problème est que l’université n’est pas une école primaire. On ne vous permettrait pas de redoubler une telle mauvaise session. Parce que c’est « passable »!!! Vous avez déjà obtenu des notes « assez bon » ou « bon». Ça vous permet de finir le master!!! Donc, si vous acceptiez un grand risque que votre diplôme de master serait votre dernier diplôme, il y a aucun problème!!!! Cependant si quelques choses irait mal ou vous ne seriez pas en mesure de réaliser votre potentiel intellectuel a 100%, vous ne auriez pas une 2eme chance. Abandon au milieu de session serait perçu plus mal que l’interruption, autorisé par faculté.

  2. Le reponse a Edie:

    1) Je déconseille ca fortement, car ça créera des nombreux risques pour vos études et mettra en souffrance votre enfant. Je prends bien en compte que vous allez faire un master, et ne pas un doctorat. Pendant le doctorat je ne conseillerai pas un pause long, comme ce n’est pas possible de côté légitime, on ne peut pas rapporter le livrables dans un projet de strict timing. Au Canada les majorités des universités autorisent 24 mois de congé parental pour étudiantes de 1eme, 2eme cycle sans la nécessité de réadmission. En Europe même si ce n’est pas écrit directement dans les règles universitaires, on peut négocier pause des quelques ans d’absence pour 1,2 cycle. A décanat et avec des professeurs.

    Le modèle, qui est dans votre tête, – accoucher le bébé pendant l’été, est le modèle de 80% étudiantes. Pour elles la valeur le plus important – tous concilier. Moi, je vous informe que il existe plus rare model, mais qui donne meilleur résultats à long terme.

    Les études ne sont pas égales au travail par ses exigences. Les étudiants progressent parce qu’ils sont sensibles à la critique académique. En état de grossesse, cette sensibilité est baissée en vue de la protection de bébé. Même si votre grossesse se passe sans complication, vous devez dormir 10 heures et ne pas comme les autres étudiants.
    Beaucoup des choses dépendent de l’université et de contenu de cours. Dans mon université natale (1ere dans mon pays et avec un haut rang mondial) les garçons, qui ont passé 7 semestres avec des notes excellents, obtiens souvent sa première note « assez bien » malgré qu’ils soient travaillés très fort tous le semestre pour ce cours. Mais après ils courent de bonheur à la cause de ça : « C’est le prof N (une personne dans le présidium de l’académie de science national), qui m’a donné cette note pour le cours de physique atomique ». Moi, j’ai reçu mon diplôme de master avec la mention excellent et l’attestation que mon rang est 1/44 dans mon cours (2/44 pour mon mari). L’attestation de rang a été nécessaire dans mon université (donc j’ai fait doctorat) pour l’admission au 3eme cycle, ainsi que 3 recommandations de profs.
    Moi, je suis sûr a 100% si je combinerais le grossesse et les études dans mon Univ, je n’aurais pas de la mention excellent, et je ne serais pas la premier. Et ce fait peut réduire ou faire impossible d’être engagée dans un doctorat. Dans mon faculté native 100% des filles qui ont tombé enceinte (les cas exceptionnel – 4 cas pendant une décade), ont interrompu ces études pour 2-3 ans pendant son 1 cycle (3 cas) ou fait une pause entre baccalauréat et master (1 cas). Personne n’a pas interrompu un master comme ça implique un travail scientifique important.
    Si vous n’êtes pas prêt à négocier pour votre enfant – vous n’êtes pas prêt pour la maternité. La vie exigerait de négocier beaucoup : à l’université, à l’hôpital (!), aux garderies. Rapporter votre projet d’enfant au plus tard quand vous seriez plus mature.

    Donc, vous pouvez bien concilier votre grossesse, nourrisson et master si : 1) votre future université est une grise université local et les profs y ne sont pas principales; 2) les contenu des cours à votre future programme de master est très facile. Renseigner vous a la communauté des étudiants pour comprendre la vraie difficulté de cours.
    Si les filles ne font pas les bébés pendant 1,2 cycle, ça ne signifie pas qu’ils n’ont pas de l’Amour dans sa vie et des Hommes rassurants. C’est parce qu’elles estiment bien la difficulté de programme et ne veulent pas mettre un bébé en souffrance. Et moi je savais que plusieurs entre elles sont en relations sérieuse et veulent de devenir mère.

    2) « Et si le conjoint est présent et travaille aussi, l’année de “pause” est nécessaire? »
    Sans offense je trouve que cette phrase est assez stupide. Le travail souvent exigent plus de présence à un endroit public, que les études, mais les études exigent plus des efforts que le travail. Donc, homme, qui travaille à temps complet, ne peut pas prendre davantage des soins du bébé. Si votre homme fait la carrière, il aurait aussi le besoin de Votre support moral, même si il ne fait pas la carrière, mais son travail est exigeant. Ne comptez pas pour les soirées. C’est avec un grand enfant de 2-3 ans un homme peut allez faire promenade en soirée en vous donnant quelques heures. Avec un nourrisson : soit il va dormir, soit votre homme vous appellerait pour résoudre un problème ensemble. Demandez à votre homme s’il serait heureux de préparer les biberons en soirée et pendant la nuit et si ça rentre dans son imagination de bonheur familiale.

  3. Je crois que chaque femme qui vient ici, doit lire: « Mothers in Science: 64 Ways to Have it All ». http://www.ucl.ac.uk/psychlangsci/2011-06-15-Mothers-in-Science.

    Moi, j’ecrie ici sur un pseudonyme comme ma carrière scientifique n’est pas fait complètement.
    Apres le doctorat il y a encore un long bataille a faire pour gagner un poste…
    J’ai accouché mon premier enfant a 24 ans. Je pense que j’aurais un deuxième quand mon premier enfant aurait 8-10 ans. Dans ce document vous pouvez voir que chaque parcours est très différent. Certains femmes parmi eux seraient sympa pour vous, les autres – non. C’est tres personnelles. Si vous voulez réussir un carrier scientifique, c’est sur que vous devez être une mere excellent. Ex: être prêt a élever un bilingue, une trilingue. Avant mon doctorat j’ai parlé 4 langues (je ne veux pas préciser pour ne pas me identifier) y compris le français, qui n’est pas maternel pour moi, a la fin de doctorat + 1. Maintenant – presque 6 langues. Mon enfant est trilingue. Un parfait trilingue!!! Elle a passé le moment quand elle a été pénalisé par son milieu multilinguistique. Avant 2 ans – juste 3 mots. 2 ans 4 mois – 26 mots. 2 ans 8 mois – finalement fait le dialogue avec des phrases simples. 3 ans + : langue maternelle a niveau d’un monolingue + vocabulaire riche (20-100 mots) dans 2 autres langues. Une fille épanoui. Elle est un superstar dans notre petite ville: quand nous sommes dans le rue, dans les places public, tous les enfants reconnaissent elle et saluent elle.

    Ce n’est pas chique!!!! C’est obligatoire pour une intégration de l’enfant étrangère.

    Pourquoi je racconte ca? Parce que une femme, qui fait doctorat et désire un enfant, doit accepter ou non les mobilités (internationales ou non) en pensant a la parcours de ses enfants.
    C’est tres naive de penser que on peut faire un carrier scientifique en ne sortant pas une pays. Et apres il y a des recherche de garderie – dans chaque pays les réalités sont tres different. Moi, je sais comment chercher garderie au Canada, Europe et Japon. Je ne veux pas aborder cette question comme il est tres difficile. Le plus difficile c’est de faire impossible: trouver garderie pour premier mois d’arrivée quand souvent il faut s’inscrire 1 an, quelques ans a l’avance en faisant une visite en personne. Je suis contre les garderies en langue étrangère avant 18 mois, mais je suis très favorable pour garderie en deuxième langue apres 2 ans.

  4. Pour celles qui pensent avoir peur de combiner enfants et thèse, on ne va pas se voiler face, ce sera dur, mais c’est quand même une excellente et merveilleuse idée.
    Une thèse avec un bébé, une Grande mais Belle folie.

    Un bebe allaité et porté par sa mère ne craint rien : le lait maternel l’immunise contre tout. Mon petit a passé tout l’hiver sans jamais tomber malade ; alors feu vert pour l’emmener avec vous sur le terrain.
    En plus, les bebes qui sont portés contre leur mamans, pleurent sensiblement moins…. Et c’est tout à fait normal.
    Ps. Après d’énormes difficultés; je reprends ma thèse et je m’accroche!

    Courage!

    1. Je suis d’accord avec vous complètement. La vie avec un bébé allaité est plus facile. Vous allez voir les plus important bénéfices a longue terme: moins fatiguant de nourrir un grand enfant de 2-3 ans comme il ferais moins des caprices que les bébés au biberons. Cependant il faut pas discriminer les mères avec les bébés au biberons. Ces mères doivent être plus prudent: une mobilité internationale dois être exclue jusqu’au 2-3 ans de l’enfant quand les mères avec un bébé allaité n’ont pas contrainte de voyager. Une exemple: femme part du France au Canada pour un stage en étant accompagner par son conjoint, qui fait aussi un stage. Bébé 7 mois. Problème: le choix des laits artificiels au Canada est différent par rapport a celui du France, le couple découvre ca après l’arrivée. Apres 2 semaines de cries constants suite a non-acceptation des laits disponibles, couple retourne en France.
      Et le portage…Dans 80% des cas j’étais accompagnée par mon conjoint dans l’avion (4-9 avions par an). Quand je voyage seule, je prend toujours mon Mai-Tai malgré 2 ans et demi de l’enfant. Quand on fait une voyage, une poussette devient inutile et le source de fatigue additionnel quand on pousse une poussette vide. Apres avoir donné son poussette au bagage, il faut porter le bébé et tout le bagage a main jusqu’au son siège en avion. Une mère qui prend la poussette dans le voyage sans être accompagné par un adulte peut trouver soi dans l’impossibilité de pousser un chariot avec son valise et un poussette en parallèle. Bref: il existe un très grand nombre des situations vitales quand une mère avec un poussette ne peut pas passer et un mère avec un sling passe facilement.
      Moi, je commençais a utiliser un poussette beaucoup après 2 ans de l’enfant, parce que il devient dur! Mon enfant a accepté a 7 mois poussette par pure curiosité (dans l’écharpe il y a moins d’espace), mais j’ai utilisé plus tôt écharpe (avec les anneaux de 3eme semaine, Mai Tai – apres 8 mois) que poussette avant 2 ans. C’est bon a comprendre quand c’est mieux avec une écharpe (transport public en matinée, voyage) et quand une poussette est mieux (ex: allez magasiner, une promenade tranquille dans le ville)

      1. I’m a woman, I’m 35, I did not have the opportunity to have kids before or to finally quit my job to study. Now I can. No one, no one is going to tell me that I cannot. I want it all and I’m doing it all. I might take more time, or I’ll die first, but if not, I’ll do it all. And the university should allow and help other women that want to do the same. Enough of exclusion. Enough. If you can’t help, DO NOT make it worse.

        1. If you are starting PhD thesis at 35 years after long professional way – I want only to salut you. That is super! I thought to erase all my comments that I written at 25-28 years. Now I don’t agree with me in the past. I turned my professional way. I started again another master project at 30 years. But I will not make another baby during this learning project. Because I want firstly to develop new professional links and get permanent job. After – yes, I want more kids. I’m sure that at 35 years you can do both without any compromise.

  5. Bonjour, merci pour cet article !
    C’est aussi pour confier mes inquiétudes que j’écris un commentaire. Je termine ma licence l’année prochaine et souhaite poursuivre jusqu’au doctorat dans le pays natal de mon conjoint. J’ai 25 ans et lui 30. Nous parlons d’avoir un enfant depuis presqu’un an. Ce n’est pas tellement le changement de pays qui m’inquiète mais les études. Vous trouverez cela un peu trop planifiée peut-être, mais nous n’en sommes pas à une année près non plus! Simplement, je ne sais pas si le début du master, dans une nouvelle université, une nouvelle ville et beaucoup d’ambition, est plus « facile » a vivre avec un enfant tout juste né ou en étant enceinte et de faire la deuxième année avec l’enfant! C’est bête j’imagine de planifier autant, mais ne parle t-on pas parfois de « projet d’enfant ». Mes études sont très importante, je ne veux pas les abandonner mais nous souhaitons cet enfant. J’aimerai que tout ce passe pour le mieux, du moins dans la mesure de ce qui est contrôlable!
    Merci de vos conseils de mère, d’étudiante.

    1. Bonjour,
      Quand mon mari et moi ont dit « Oui » a notre projet d’enfant, je pensais que je ne serais pas capable d’attendre 10 ans pour le réaliser. Pour moi c’était juste 1 an entre ce « Oui » et le moment quand nous avons cessé la contraception. Il existe des couples, qui attendent 3-5-12 ans!!! Pourquoi? Parce que quand vous fait des études, vous êtes dans la situation de précarité financière et aussi l’incertitude de carrière. Peut-être le premier problème ne s’applique pas à vous si votre conjoint a un CDI. Vous pouvez trouver facilement dans l’internet les histoires de 64 femmes qui ont réussi le parcours d’une mère et d’un scientifique. Mais est-ce que vous voulez savoir la vérité? Il y a beaucoup des femmes qui ratent son carrier scientifique. Moi, je connais de telles femmes. Situation : 4éme année de thèse, la bourse est finit, il y a des résultats solide scientifiques obtenue, mais il faut 1- 2 ans pour finir l’écriture de tous les articles et la these aussi. Résultat: femme passe à un boulot non-scientifique sans finir sa thèse en utilisant son diplôme de master. Ce n’est pas possible de payer une nounou en ayant les activités non-payé sauf le cas quand le conjoint a un super salaire. Est-ce que vous saviez que plusieurs garçons brillant passent dernier 6-12 mois de thèse sans bourse pour tous bien finir? Et après ces garçons continuent comme prof et bon chercheur. Pour eux ce n’est pas critique de ne pas avoir sa bourse l’an dernier, mais pour un couple avec un enfant c’est très critique.
      Une question : est-ce que c’est possible de faire une thèse de doctorat en 3 ans en ayant tous le temps un bébé, enfant? C’est fantastique. On peut toujours écrire quelques choses… Mais est-ce que un telle thèse va vous permettre de poursuivre une carrière scientifique? Lisez : « The PhD is not enough ». Pendant le temps de doctorat il faut faire beaucoup. C’est difficile pour un directeur de recherche d’obtenir un financement comme le taux d’acceptation de projet est de 10-15%. Il faut que les résultats scientifiques sortent vite. Une non-soutenance est une catastrophe pour labo. Le travail jusqu’au 18h? Naïve, naïve… 19-20h, il faut finir le série d’échantillon, on ne peut pas transférer ça pour un autre jour. C’est bon que mon bébé ait été gardé par ma mère.
      Moi j’ai ma these (physique des materieux, j’ai fait beaucoup des chimie) de doctorat en ayant tous les temps mon enfant. 5 ans = 4 ans avec bourse, 1 an sans bourse. Si vous allez commencer juste le master… C’est qui vous avez dit que quelqu’un va vous prendre pour un doctorat? fait au début quelques articles dans des bonnes journaux. Personne ne peut pas dire comment vous allez performer pendant un doctorat si vous jamais fait des bons articles. C’est dur de faire bon articles.
      Master et enceinte? – Seulement si grossesse sans complication, sinon vous ne seriez pas capable de passer les examens comme vous le voulez.
      Master et un bébé – possible, mais tres tres dur. En ayant bercé le bebe criant pendant quelques heures, vous n’allez pas finir vous boulots, mais allez dormir. Le fait d’elever d’enfant va rallonger le durée d’études. C’est plus facile de rallonger un doctorat, que un master comme. Pour un master un rallongement est plus exceptionnel, donc ca dépend plus de bon volonté de vos tuteur.
      Mon conseil de mère et un scientifique: ne fait pas le bébé avant le moment de votre doctorat, quand vous obtenez de résultats, qui serait accepté comme présentation oral et ne pas un poster. Sinon… un doctorat est un defi… On peut faire un diplome PhD en ayant raté un doctorat.

      1. Bonjour,
        Merci de votre réponse ! Ca fait du bien de lire en effet, des opinions un peu moins positives et peut-être plus réaliste. Beaucoup de commentaires sur les forums parlent de femmes pour qui tout c’est bien passé. Je ne veux pas attendre d’avoir terminé mon doctorat… Je devrais donc bien faire un choix.
        J’attendrai d’avoir moins de doute je crois. Mais en effet, faire une brillante carrière et jumeler vie de famille ne me semble pas évident selon ce que vous dites.
        Merci

        1. Il y a une grande question : pourquoi on veut faire un doctorat? Pour la majorité des personnes la réponse est « pour devenir un scientifique ». Mais cette naïve majorité ne savent pas souvent que la majorité des doctorants ne peuvent pas en principe de poursuivre une carrière universitaire! Est-ce que vous avez analysé la quantité des doctorants, chercheurs permanente et nouveaux poste permanant dans une unité de recherche? Un exemple typique: 90, 40, 2. Juste 5-10% des doctorants continuent comme prof.. Et les autres? C’est à vous des comprendre… En réalité, si une personne veux vraiment continuer comme scientifique : son doctorat est l’étape le plus dur de sa vie. Master, post-doc : c’est moins fatiguant. Après un doctorat c’est très facile d’obtenir premier post-doc. Deuxième: plus dur. Troisième: encore plus dur. On ne peut pas être un post-doc éternel! Le temps maximal: DS (date de soutenance) + 5 ans. Et si à cette date vous n’avez pas gagné un poste dans l’université, vous vous trouvez dans l’obligation de détourner votre parcours professionnel. Dans ce cas vous devez supprimez la mention de votre doctorat dans votre CV, sinon vous risquer jamais obtenir un travail. Pour un employeur c’est moins cher d’employer un master, qu’un docteur. Des postdoctoral fellowship excusent 6-12 mois (selon l’organisme) par un enfant dans le « tenure clock ». Ce n’est pas du tout assez pour avoir une maternité sans de stress professionnel constant! Après avoir être engagée dans le doctorat vous ne pouvez pas faire un pause important pour s’occuper de votre enfant et continuer comme chercheur. Sinon une exemple a quoi s’attendre : http://www.usherbrooke.ca/physique/temoignages/carrieres/collegiale/
          Je connais une femme, qui a fait pause de 2 ans pour un enfant entre 2eme et 3eme année de baccalauréat universitaire, et qui a réussi de poursuivre jusqu’au poste CNRS. En réalité vous êtes dans la situation idéale : entre licence et master vous pouvez faire un pause de 2 ans (grossesse et premier an du bébé), et de faire l’admission en master après. Ce n’est pas difficile de recommencer comme master sans dire que vous voulez en réalité de poursuivre jusqu’au un doctorat. Personne ne critiquera pas vous que un diplôme de licence n’est pas assez pour professionnalisation. Ça ne serait pas difficile de faire l’admission en master dans une telle situation. Je ne conseillerais pas de combiner une maternité fragile et un master : des masters sont estimés en group pour son travail scientifique. Le travail de doctorant est estimé de façon beaucoup plus individuelle. Si vous pouvez compter sur parents de votre conjoint pour garder le bébé on peut limiter pause a 1 an. Si vous aurez bien finir votre master, vous aurez réussir d’être engagé dans un doctorat et après votre directeur de recherche découvrira le fait que vous êtes mère, ce ne serait pas le fin de votre doctorat : vous auriez pu démontrer que vous avez bien travaillé pendant 2 ans de master en ayant tous le temps votre enfant. C’est très facile d’arrêter un doctorant. Deux méthodes. 1) Les directeurs de recherche ont droits de prescrire un examen doctorale (un tache scientifique à réaliser dans 1, 2 mois), personne ne le passerait pas si ses directeurs de recherche ne sont pas favorable. 2) On peut arrêter la bourse en disant que « nos fonds sont finit ». Un exemple : une femme est enceinte après 6 mois de doctorat. Elle retourne après 3 mois de congé de maternité. Fin de 2eme année de doctorat. « Vous devez soutenir avec ce que vous avez obtenu, on n’a pas le moyen de payer vous plus ». Les deux méthodes sont absolument légitime.

          1. Et si le conjoint est présent et travaille aussi, l’année de « pause » est nécessaire?
            Faire le master tout en étant enceinte, puis avec un enfant, sans pause. Si on accouche pendant l’été. Du moins s’il n’y aucune complication. Ca vous semble faisable? Ou tous le monde fait une pause?

  6. Salut encore!
    Moi aussi je me pose de questions similaires, car je fait mon doctorat en anthropologie alors je dois faire le travail de terrain le semestre prochaine. Par contre je vais accoucher en septembre…J’ai pensé quand même amener le bébé avec moi, mais je ne sais pas s7 c’est le correct. Mais au même temps je me résiste à l’idée de lui laisser tout seul avec une nounou. Je pense aux indigènes colombiennes par exeimple, elles amènent leurs bébés avec elles n’importe où sur son dos. Le fait de ne pas s’embêter pour prendre le bébé me plaît, et j’imagine qu’il s’habitue à rester sage. Je ne sais pas, ces sont que des pensées.
    En ce qui concerne à l’idée de renoncer, c’est vrai que je l’ai conçue aussi. Mais dans mon cas n’est pas possible, car je suis obligée à le faire! Si non, je dois payer une bourse pour une quantité d’argent que je ne peux pas me permettre. J’ai fait les comptes plusieurs fois, mais c’est vraiment une folie. Alors pour me donner courage je pense à une proverbe qui dit: derrière, même pas pour reprendre l’élan! Aussi je pense une phrase qui ma dit mo beau père:si tu as commencé tu dois finir.
    Bon, je pense que vous deveiez considérer bien votre propre contexte, opportunités présentes et futures, et evaluer s’il vaut la peine finir où vpas, quels sont les coûts pas seulement économiques. Je crois qu’il y ades situations ooù vraiment il faut s’arrêter, mais il y a des autres où il faut continuer. Je ne sais pas combien du temps vous reste, mais cela peut servir pour évaluer aussi la choix.
    J’ai 2 copines aussi qui ont eu bébé en faisant le doctorat. Une s’est bien rangé, el habite tout près de l’université et son mari l’aide beaucoup. Aussi elle paye une nounou chez elle pour quelques heures par jour. Autre copine a changé d’université pour ça, elle a pu trouver un doctorat plus court qui ne le demande pas sa présence permanent.
    Moi je suis dans mon 3eme mois, j’ai des nausées hyper forts tout les jours depuis 2 mois. Mon mari n’est pas avec moi, car précisément je fait mon doctorat dans un pays différent 🙁 alors il a fallu que je change de sujet de recherche et même de direction pour pouvoir proposer une recherche qui me permettra voyager chez lui avant accoucher!
    Tout cela pour vous partager des stratégies que l’on fait, mais j’insiste, il faut toujours évaluer les pros et les contraintes.

    Cela du blog j’ai commencé mais je me suis arrêtée, je n’ai plus le temps…alors je crois que c’est n’est pas une bonne idée, au moins pas pratique.

    Bon, j’espère que vous aurez courage et que vous profiterez de votre bébé malgré tout. Ma mère me dit que j’ai bien fait en avoir le bébé car du temps pour étudier il y en aurait toujours, mais pas pour être enceinte.

    1. Bonjour Maria,
      Votre pensée aux indigènes colombiennes n’est pas folle ! En étant à votre place, je le réaliserais sans hésitation si l’accouchement passe sans problème, et le bébé sera en bon santé!
      Dès la naissance du bébé il faut commencer à apprendre le portage ! Car les femmes naïves ne savent pas que c’est une expérience à apprendre. Moi, j’ai réussi de mettre mon bébé juste a 11 jour de sa vie à l’écharpe avec l’anneau parce que avant j’ai été trop concentré sur le montée du lait + apprentissage de diffèrent position. Après ça m’a pris 1 semaine pour mettre/sortir vite bébé de l’écharpe. Et juste à 1 mois j’ai réussi d’allaiter dans l’écharpe. Conclusion: l’allaitement, portage, maternage – ça prend du temps à prendre.
      Je crois qu’il faut min 1 mois pour être prêt de sortir au terrain avec bébé. Après – écharpe + petite bassinet. Une poussette peut être inutile, s’il n’y a pas d’asphalte pour le promener.
      Le bébé dort dans bassinet a côté de vous – vous lisez, analysez des donner. Le bébé éveillé – 30 min pour le nourrir, écharpe.. et on peut aller lui raconter ce que Mama va faire maintenant. Le bébé peut s’endormir assez vite ! Il faut apprendre un geste élégant : lui sortir de l’écharpe en mettant en bassinet en état de sommeil. On peut lui laisser dormir dans l’écharpe, si vous ne fait pas des mouvements brusque.
      Une autre chose important – sécurité du bébé. Il n’y a pas des vapeurs dangereux, humidité extrême dans le terrain ? Est-ce que c’est possible de lui mettre à 2-3 mètres dans un bassinet, quand vous travaillez ? Normalement, c’est interdit d’emmener un mineur dans le labo physique/chimique.
      Si votre dir de recherche n’est pas contre que vous aurez travaillé en ayant 50% disponibilité par rapport à un doctorant sans enfant, on peut le faire. « je ne sais pas si c’est le correct » Ca dépend complètement de votre dir, et ne pas de l’opinion public !
      Est-ce que vous avez des amies dans l’équipe de travail de terrain ? Si vous ne travaillez pas 100% du temps en parallèle, on peut demander les amis jeter un coup d’œil sur le bébé endormi. Et quand le bébé éveillé – ils vous crient ca! Ca rôle ne serait pas de nounou ! C’est a vous de prodiguer tous les soins au bébé, ne demandez pas ca aux autres, son rôle max – surveillez.
      Je ne regret pas que j’ai passé tous mes années de doctorat avec une grossesse, nourrisson, bambin, enfant, malgré que c’était très difficile. Je me rappelle premier mois avec mon bébé. C’était tellement court. Maintenant je regarde ma vie, et je voie que je n’ai pas du temps dans 3-4 années prévisibles pour concevoir un enfant, lui enlever et ne pas échouer ma carrière.

  7. Avant tout, permettez moi de vous remercier – je suis plutôt sceptique quant aux commentaires en blogosphère- mais le sujet et vos particupations m’ont vraiment interpelée.

    Je suis moi meme engagee dans un contrat doctoral avec un magnifique et adorable bebe dans les bras, en instance de passer le permis -province oblige, et avec un conjoint militaire souvent absent et pour longtemps.
    Autant vous dire que je m’arrache souvent les cheveux pour avancer en cette premiere annee de recherche.
    Je suis plus ou moins tranquille avec ma conscience parce que j’avais clairement et grandement expose ma situation a mon DirRecherche avant la signature du contrat.

    Maheureusement, en mere seule je me demande vraiment si mon travail va decoller. Le papa rentre d’opex apres plusieurs mois d’absence et j’ai du tout gerer seule.
    Je vous demanderais vraiment de m’aider et de me faire part de vos techniques , bebe part avec vous en biblio? Vous arrivez a avancer dans vos lectures? Quelle angoisse de se voir si peu avancer en premiere annee!!!

    Un grand merci par avance pour vos conseils et vos reponses!!

    1. Chaque doctorat differe beaucoup d’un autre doctorat. Certain projet de doctorat exigent beaucoup des mobilité pour combiner les ressourses de plusiers labo (dans mon cas – 3 déménagements transatlantique avant 12 mois de bébé). J’ai élaboré plusiers trucs pour augmenté la mobilité avec le bébé. Certain projet exigent plusiers mobilité pendant 1 journée dans un ville pour visiter quelques établissement. Certain projet se concentrent dans un seule place.
      Certain femmes veulent garder l’allaitement (mon commentaire ci-dessous), les autres – pas du tout! Certain femmes ont manque des ressources pour l’éducation et l’éveil de son bébé en condition des contraintes de travail, les autres femmes se débrouillent super bien.

      Certain projets exigent le travaux pratiques avec des étudiants et stagiers, les autres – non. Pour moi c’est étrange d’aller en biblio, parce que j’avais fait les recherche bibliographique en utilisant juste l’ordinateur et les abonnements de mon institut pour l’access aux articles.

      Vous posez votre question trop large.
      Peut-être vous devez parlez avec votre Directeur de Recherche concernant la cadre de votre travail. Faire l’agenda pour quelques semaines et écouter ses commentaires.
      Vous devez comprendre vous même vos troubles particulières.
      Et si le seule votre trouble est que la thèse est un Grand Chronophage… Une seule conseil est possible. Profitez le temps quand le nourrison dort, parce que quand il est petite… Il dort encore.
      Plusier femmes peuvent critiquent moi que je suis trop pro-allaitement.. Si on passe au biberon, le bébé dort plus long temps pendant la nuit. Donc, biberon – > plus du repos pendant la nuit. Error. On oublie les effets a long terme et a court terme. A long terme l’allaitement donne plus de repos.
      13 mois du bébé. Dir: « Tu allaite encore quand tu est chez toi, ou pas? »- « Oui » – « Mais pourquoi tu ne donne pas biberon? C’est moins fatiguant » – « Non. Je n’ai pas des forces a 05:30 aller a la cusine pour faire biberon, je prefere dormir encore 1 heure ».

    2. Chaque cas est différent en effet, je pense qu’un des principaux problèmes pour vous c’est l’absence pour cause professionnel de votre conjoint.
      Moi, mon conjoint sera très présent ainsi que ma famille, et puis je compte laisser mon bébé chez la nourrice ou la crèche de 9h à 18h environ la semaine pendant que je travaille au labo… finalement comme « un employé classique ».
      J’habite près de mon lieu de travail, j’ai déjà le permis et la voiture depuis des années…
      Comment vous organisez vous ? Que voulez vous vraiment savoir concernant l’organisation du travail et des responsabilités familiales ?

  8. Merci pour partager votre expérience. Moi aussi, je viens de savoir que je suis enceinte depuis 4 jours, et je prépare ma thèse. Je suis en train de la concevoir…J’avait pensée aussi aux raisons dont vous parlez pour choisir avoir mon premier enfant. Mais par contre, aujourd’hui surtout, j’ai été angoissée, j’ai eu peur pour la première fois…et le peur réside plutôt d’être trop stressé cet semestre à cause du doctorat et que cela affect mon bebé. Je sais que je ne devrait pas d’abord penser comme ça, mais je me connais, je sais que chaque fin de semestre je suis très nerveuse… Alors j’ai commencée à écrire un blog, même si personne me lit pas, au moins pour sortir de mon esprit tous mes inquiétudes.
    Merci encore,
    http://embarazoadiario.wordpress.com/

  9. Je pense que la thèse reste un contrat de travail, et que oui c’est plus difficile de travailler jusqu’à pas d’heure lorsque l’on a des enfants à la maison… Mais comme tout travail au final.
    Personnellement je suis en thèse et je reste sur des horaires « bureau » en général 9h-18h, je ne travaille pas chez moi en dehors de ces créneaux ou que très occasionnellement (dossier a rendre et je suis en retard). Mon conjoint ne supporterai pas que je rentre plus tard, et notre relation en pâtirai. Pourtant je n’ai pas d’enfant mais je refuse de faire plus d’heures. De toute façon si on travaille trop on finit par s’épuiser et être inefficace, alors il vaut mieux faire ses horaires efficacement, rentrer chez soi et passer à autre chose.
    De plus après la thèse c’est souvent un post doc (et souvent a l’étranger) ce qui ressemble beaucoup a la thèse niveau travail (beaucoup de travail, CDD…) du coup ça a tendance a reporter loin la vie de famille.
    C’est pour cela que je comprend tout a fait la conciliation thèse + bébé.
    Même si je garde à l’esprit qu’un enfant c’est du travail … Mais aussi tellement de bonheur 😉

  10. Erratum:
    « çà fait un an d’arrêt de travail expérimental »
    « Je suis en milieu de 4ème année »

    Mon poste a l’air décourageant. Cependant quand j’ai parlé avec mes directeurs de recherches (hommes) avant ma grossesse sur les problèmes de conciliation « maternité + science », j’ai ressenti un support moral. « maternité? est-ce que tu sait bien les responsabilités envers l’enfant? est-ce que tu comprend que la maternité est au cœur de humanité? »
    Finalement cette question de conciliation de thèse et l’enfant depend fortement de niveau de responsabilité personnel envers la travail et l’enfant.
    c’est toute a fait normal qu’il existe des préjugés a cet égard. Sinon çà suppose qu’on banalise le fait de maternité. Ils existe des gens qui font les allusion pour que femme se démissionne parce que ils ne veulent pas être témoignes de souffrance de l’enfant en question.
    Mes conseils pratiques si vous êtes assez courageuse:
    Informes dir de recherche le plus tot possible, n’attendez pas 3 mois. Cependant ca depend de vos relations avec dir de recherche. Si ceux sont froid – attendez 3 mois. Mais je ne comprend vous pas dans ce cas.
    Informez vous sur l’existence de l’infirmerie a l’université. Ca peut être votre Ille de protection. En cas de malaise pendant la grossesse, on peut se reposer (+ recevoir les soins) la-bas au lieu de partir au maison. Continuez de travailler pendant la grossesse en cas de petite malaises. Ce n’est pas encore dure! Mais vous devez bien examiner votre santé toute le temps: il faut contrôler les complications, il faut les connaitre. Chaque femme est different: il existe celles dont 3 trimestre est le plus difficile, il existe celles dont 1 trimestre est le plus difficile. Moi, je me sentais comme un plume a 40 semaines. Pour moi, 2éme trimestre = max de difficulté médical. En s’orientez pas sur les stéréotypes attandu a cette regard.
    L’infirmerie peut être un trèsor: le local pour tire-lait, l’allaitement, le repos en cas de malaise. Le choix de tire-lait est un moment de grand responsabilité. Beaucoup des échecs d’allaitement au travail = mauvais tire-lait en cas des autres conditions favorables. Il faut double pompage Medela Freestyle, minimum. Sinon les pompes manuel, c’est juste pour soulager les seins pendant 2-3 semaines. Moi = 11 mois de tire-lait efficace. Il n’a y pas de problèmes de conference a la 1 années du bébé. Moi, j’ai fait relactation après un conf a 12 mois de mon bébé.
    Aucun, aucun séparation pour plus de 2-3 heures pendant premier 3 mois du bébé!!!

    Et le plus important: parlez avec les gens de votre confiance (grand-parents, cousines, tante, soeur, belle-soeur), qui peuvent vous dépanner avec le bébé malade. Ayez un grand reseau si vous prevoyez elevez votre enfant avec un nounou. N’hesitez pas. Etez pret pour nombreux discussion. Commencez de rechercher un nounou même avant votre grossesse.
    profitez le congé prenatal, postnatal pour lire les livres sur les éducation des l’enfant jusqu’au 3-4 ans. Vous n’aurez plus du temps après.
    Portez le projet de votre enfant pendant quelques années au votre couer.

    1. Moi je ne conseille vraiment pas d’informer avant les 3 mois révolus, personnellement j’ai fait une première fausse couche à presque 3 mois, et la 2ème a 1 mois et demi. Le risque de fausse couche ou autres arrêts de grossesse est très présent lors du premier trimestre, alors ça ne sert à rien d’alarmer ses responsables ! Je me dis heureusement que je n’ai prévenu personne au travail (thèse)…
      Après cela peut être différent si vous manipulez des produits très dangereux comme en chimie, moi en biologie je ne manipule pas les produits les plus à risque donc ça allait.

      Et je me vois très mal aborder mon projet de maternité au travail, notre projet maternité nous en parlons avec mon conjoint, et un peu avec quelques amies proches, je trouve ce sujet extrêmement personnel et ne vois pas ce que viendrait y faire mon directeur de thèse la dedans…

      1. Bonjour,
        je n’ai pas dit qu’il faut y parler avec les directeur de recherche en cas général.
        Si vous lisez attentivement mon poste, j’ai dit que moi, j’ai travaillé avec le chimie.
        Oui, le projet d’enfant est extremement personel. Cependant moi, j’ai des relation très confidentiel avec mes directeurs de recherche. C’est rare. Ca ne nuit pas aux relations professionels! Il existe des gens qui sont capable d’avoir les relations confidentiel et professionel avec des mêmes personnes, et de ne pas melanger!!!!
        Ca m’a fait chaud au coeur quand mes codir ont partagé ces experiences personels pendant premier années de ces enfants. Ces confidences restent dans mon couer et ne sortent pas a la grand public.
        Je ne nuis pas que c’est possible de mener a bien le projet d’un enfant en ayand les relations froids avec responsable.
        Le reussite de projet d’enfant dependent toute d’abord des connaisance de puericulture de parents.
        Mais je ne voie pas aucun péché dans le fait des partager les responsabilités parentaux avec grand-parents, nounou, si ils sont d’accord!

        1. Vous avez dit « Mes conseils pratiques si vous êtes assez courageuse:
          Informes dir de recherche le plus tot possible, n’attendez pas 3 mois. »
          Moi je ne conseillerai pas ça, au vu de mes 2 fausses couches dont une à 3 mois. Mais chacun fait comme il pense le mieux bien sûre, juste que moi je ne le conseillerai pas à toutes celles qui lisent le sujet, mais je peux comprendre que certaines le font avant les 3 mois surtout dans certaines situations (produits chimiques, relation proches avec le directeur … comme c’est votre cas)
          Après c’est sûre que ça dépend beaucoup des relations avec son équipe de travail? Mais la plupart des relations professionnelles restent professionnelles voir un peu amicale, mais pas de là à parler de ses projets bébés et tout ça.
          Mais bien sûre ça reste une majorité, et si vous vous avez une très bonne relation avec votre directeur de thèse je comprend que vous en ayez parlé très tôt.
          C’était juste que non je ne pense pas que ce soit un conseil pour la majorité… mais ce n’est que mon avis

  11. Moi, j’ai accouché mon enfant en fin de deuxième année de thèse. J’ai eu le congé prénatal +postnatal de 11 mois suite a la grossesse compliqué par insuffisance cardiaque severe. En outre, j’ai le travail chimique au labo. Donc, ca fait un d’arret de travail experimental. Je suis heureuse mère et j’adore ma recherche. Mon enfant de 2 ans est gardé par grand-mère parce que je ne survivra pas avec un autre mode de garde. Je suis en milieu de 4 années et je pense que il me faut 5 plein d’année (min min) pour finir ma thèse. J’ai baissé beaucoup ma perfectionisme après la naissance d’enfant. Il faut dire que premier année avec nourrisson a été super! J’ai repris le travail au labo chimique a 4 mois de ma fille. 6 mois d’allaitement exclusif. Medela Lactina Select, double pompage, remboursé par SS (prescr par sage-femme). Premier bib artificiel a 6 mois. L’allaitement mixte. Le sevrage en douceur a 16 mois. Très gentil, ideal supervisor. Avec la bambine c’est devenu plus plus dure. J’ai de troubles de finir les articles, et parfois ca va très mal avec les delais. Je suis dans les conditions très très priviligié par rapport aux autres femmes. Et ce n’est pas suffit!
    Il faut avoir des ressources exceptionnels pour lancer le projet « enfant+ thèse ». Il faut dire que j’ai estimé mes ressources avant de se lancer dans cet aventure: le grand désir de mon homme, support de proches. Deux carriers scientifique en couple + un enfant = triple defi! J’ai été dite souvent que j’ai une fille en Or: elle est très obessant. Elle comprendre tous de la 2ème interdiction. Elle est a l’écoute. Elle montre les gestes de Ledi a l’age de 2 ans. Elle est cedentaire: 2 h de jeux de construction sur tapi. J’ai été dite (18 mois) que elle mange très proprement comme enfant de 4 ans. Mais ca pris un enorme quantité des efforts. Elle est heureuse. Elle est 10 fois plus souriant que les enfants de son age. J’ai été dite que elle est très sociable malgré que elle n’a pas été gardé avec les enfants. Elle va premier d’établir les contacts, elle est très courageuse. Elle est toute ma vie. Je ne voie pas aussi moi en dehors de science. Vous lisez çà maintenant parce que vous voulez d’avoir des enfants, mais vous avez les doutes. Posez vous la question: voulez vous concilier science et maternité a tous prix? Voulez vous avoir un enfant difficile a l’age scolaire? estimez bien vos ressources humain. Je vous temoigne: c’est possible, mais c’est extrêmement difficile!

  12. Je découvre ce post très intéressant un peu tardivement. J’ai débuté un doctorat après 6 années de vie professionnelle intense. Mère de trois enfants, le dernier est né au moment où je commençais ma thèse, je regrette de ne pas pouvoir témoigner positivement. Concilier le travail de thèse (tel que cela doit se concevoir en vue d’obtenir un poste) et l’éducation des enfants et l’organisation du foyer reste très difficile à mon sens. Le dénominateur commun des celles qui y arrivent demeure : un partenaire dévoué et aussi impliqué dans la vie du foyer et une famille présente pour soulager au moment de se concentrer sur le travail doctoral. En l’absence de ces facteurs déterminants, je peux dire aujourd’hui que cela relève de l’exploit (de mon point de vue).

    1. Bonjour,

      Je suis dans le meme cas, bébé 4 surprise alors que je suis en poste et que j’ai décidé depuis un an d’entrer en these d’histoire. Heureusement j’ai eu la chance de me rendre sur mon terrain collecter mes données avant la grossesse. J’en suis au stade où je dois boucler un maximum de dossiers professionnels tout en sachant que si moindre probleme de santé je privilégierai directement le bébé et la these ( rester allongée n’empeche pas les lectures). Le probleme majeur est vraiment la gestion de la fatigue quand on est sur tous les fronts (professionnel, familial, et these)… Je n’ai pas encore renoncé et compte bien poursuivre jusqu’au bout, tout en sachant qu’il ne faut pas etre obtus et revoir ses priorités si nécessaire….

  13. Je suis actuellement post-doc financée par une association francaise. J’envisage d’avoir un enfant avant la fin de mon financement mais je ne sais pas ce que celui-ci deviendra (le financement)… va t il être décalé, supprimé…?
    Si quelqu’un a déjà vécu cette situation ou connait la réponse je serais ravie d’avoir l’info.
    Merci.

    1. Bonsoir,

      Tout contrat doit prévoir ce cas. C’est obligatoire. Il vous faut donc consulter les articles connexes. Le contrat doctoral prévoit un prolongement de 4 mois de la durée officielle – la sécu prenant en charge les 4 mois du congé de maternité – à condition de prévenir suffisamment tôt les services concernés de votre volonté de bénéficier de ce report.

      Bien cordialement,

      Bénédicte Peralez.

      1. Après m’être renseignée, il s’avère que les mois du congé de maternité ne seraient pas reconduits à la fin du contrat…

  14. Je pense que cela dépend beaucoup des cas.
    De mon côté, j’ai eu une petite fille en troisième année de thèse (pendant la rédaction!), et suis actuellement en 4ème année, enceinte de la deuxième.
    Deux grossesses idéales, une petite qui fait ses nuits rapidement, une assistante maternelle en or, tout ça fait que cela ne m’a pas empêché de mener à bien ma thèse, et d’avoir je pense un aussi bon dossier que mes collègues sans enfants.
    Après il y aura toujours des préjugés, et des personnes qui dénigreront une femme enceinte ou ayant des enfants en bas âge… mais malheureusement c’est pareil dans tous les métiers!

  15. En tant que jeune maman ayant soutenu enceinte, je crois que malheuresement la maternité (et la paternité d’ailleurs !) et la thèse ne font pas bon ménage tant les 2 sont chronophages. Même accompagnée et soutenue, même en ayant une grossesse sans difficultés particulières, même avec un bébé en bonne santé et qui dort beaucoup, même en ayant un mode de garde (travailler en gardant un bébé = qui y croit ??), comment travailler autant et être aussi concentré qu’un doctorant sans enfant ?
    Alors oui mener de fronts les deux est possible mais avec la « concurrence » si vous visez une carrière universitaire, je crois qu’il faut patienter un peu… pour mieux profiter des deux moments !!

  16. Merci pour vos témoignages qui, par la nuance qu’ils apportent, permettent de donner une plus large légitimité à l’article.
    Ils me permettent de relever un autre oubli ou, pour mieux dire, une autre distinction essentielle à faire : celle qui différencie la situation du doctorant contractuel, redevable de 64h de cours par an à son université (soit 5h30 hebdomadaires pendant un semestre ou moitié moins pendant toute l’année), et celle des ATER en poste plein (9h hebdomafaires, si je ne m’abuse) ou des agrégés affectés dans le secondaire, qui, en sus des 15h (dans le meilleur cas! Les heures supplémentaires sont plus ou moins imposées parfois) d’enseignement hebdomadaire, cumulent le travail de la thèse et l’éducation de l’enfant. Pour ce qui est des modalités du partage et du classement des tâches au sein du couple, je ne les ai pas abordées car elles ressortissent à des questions plus personnelles. Mais cela ne doit pas dissuader de proposer des observations à ce sujet. Le choix de concilier thèse et grossesse nécessite effectivement des discussions avec le conjoint, tant sur le plan financier que sur celui de l’organisation des journées, des soirées, des week-ends, des vacances (travail et/ou loisirs?). Il apparaît que ces discussions doivent être souvent renouvelées, dans la mesure où le choix de la priorité ou de la non-priorité de l’un des deux projets (des trois, devrais-je dire, en incluant celui de prendre soin de sa vie de couple)ne s’assortit pas toujours d’une mise en application.

  17. Vous vous posiez la question du droit à prolongation pour les ATER, voici une réponse : si on demande une prolongation de 4 mois, on ne peut plus s’engager pour un contrat d’ATER, généralement conclu début septembre. Il faut donc faire le choix entre une prolongation de 4 mois ou un contrat d’ATER d’un an.
    D’autre part, je voulais également apporter mon témoignage en tant que doctorante ayant eu un enfant en étant en contrat doctoral. Certes, maternité et travail de recherche sont conciliables mais cette conciliation n’est pas toujours aisée. Mon fils a deux ans, il ne fait toujours pas ses nuits et il a de petits problèmes de santé récurrents. Je ne peux donc nier que malgré toute ma bonne volonté mon travail de recherche en pâtit. Loin de moi l’envie de dissuader certains et certaines d’avoir des enfants en étant doctorants mais il ne faut pas non plus idéaliser la situation qui n’est pas toujours évidente en raison des délais impartis pour soutenir sa thèse. Mais, comme vous l’avez signalé, il n’y a jamais de « période propice » pour avoir un enfant, l’important est de profiter « de ces deux beaux et honorables projets ».

  18. Mère de 3 enfants et doctorante, j’ai repris mes études suite à la naissance de mon troisième né (il avait 1 an). J’ai subi des critiques. Mais je n’en ai cure : on peut concilier, c’est une question de désir à mon sens, et aussi comme le dit Martine Sonnet, d’organisation du foyer. On ne poserait pas une telle question à un homme. Nous sommes encore confrontées à des préjugés.

  19. Le témoignage, sur un sujet rarement abordé est intéressant, mais il me paraît manquer une « variable supplémentaire » – pour reprendre votre expression – qui serait, puisque le projet d’enfant est (le plus souvent) affaire de couple, les modalités du partage/classement des tâches/priorités familiales/universitaires/professionnelles si couple il y a.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *