Du repérage des appels à communication à la rédaction d’une proposition (en SHS)

La participation à un colloque, une manifestation scientifique et la publication d’articles est un moyen de valoriser notre travail de recherche et de se faire connaître dans le milieu universitaire. Cette expérience enrichissante dès le doctorat permet également de se former à l’une des facettes du métier d’enseignant-chercheur auquel un certain nombre d’entre nous se destine.

Plus encore, il s’agit d’un nouveau « devoir » des chercheurs en thèse : de plus en plus d’écoles doctorales imposent d’avoir au moins trois participations à des colloques / trois articles, et l’on sait le rôle, certes plus ou moins variable selon les disciplines, que ces activités peuvent avoir pour les qualifications au CNU.

Comment trouver les appels à communication qui nous concernent ?

Il convient tout d’abord de distinguer deux types d’appel :

  • les appels dits à « communication », qui invitent à candidater pour participer à un colloque ou une journée d’étude,
  • les appels dits à « contribution », qui invitent à proposer un article pour une revue.

Si certain/e/s directeurs/trices de thèse transfèrent à leurs doctorants les appels à communication susceptibles de les intéresser, il est souvent nécessaire et formateur de consulter soi-même différents supports de diffusion. Outre les panneaux d’affichage des universités, écoles doctorales et laboratoires de recherche, c’est surtout par le biais de l’outil numérique que nous avons accès aux appels à communication et à contribution.

Au-delà de la rubrique « agenda scientifique » ou « actualités scientifiques » des sites web des universités, plusieurs sites recensent les appels en SHS au niveau national voire international. Le site du CNRS recelle ainsi quelques appels à communication, mais les deux outils incontournables du chercheur en SHS restent sans doute fabula.org (littérature / arts / langues / linguistique), pratique avec son classement par date limite de réponse, et calenda.org (SHS), ce dernier étant un peu moins pratique d’utilisation.

Il existe aussi des sites webs dédiés entre autres à la diffusion des appels à communication/contribution dans une discipline particulière, et parfois même pour un champ de recherche particulier. Ils sont souvent gérés par des associations d’enseignants-chercheurs (ainsi l’afeccav en cinéma et audiovisuel, EFFIGIES en Études Féministes, Genre et Sexualités, l’AGES en germanistique…). Leurs sites sont généralement une mine d’information pour l’actualité de la recherche dans le domaine concerné et permettent de s’insérer dans un réseau. C’est d’ailleurs également par le biais du réseau que nous nous constituons peu à peu que nous pouvons être invités à soumettre une proposition pour un colloque ou une revue.

Enfin, il ne faut pas négliger hypothèses.org, plateforme de publication de carnets et de blogs de recherche, dont certains recensent les appels à communication en cours relatifs à leur domaine. La lettre électronique d’OpenEdition, qui donne l’actualité des revues et des carnets de recherche en SHS, contient aussi des liens vers des appels classés par disciplines.

Comment choisir ?

Le classement des revues : un critère de sélection ?

Bien souvent, nous ne connaissons pas les revues qui diffusent un appel à contribution. On peut légitimement se demander si le critère de classement de la revue en question est pertinent pour le doctorant. Il existe deux types principaux de classement des revues : le classement européen de l’ERIH (European Reference Index for the Humanities) publié par l’ESF (Fondation Européenne pour la Science) et la liste nationale de l’AERES (Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur).

Sans rentrer dans le débat sur la pertinence de tels classements en SHS, il semble que, pour le doctorant, ils n’aient une pertinence qu’à titre purement informatif, sachant qu’il est bien difficile pour nous d’accéder aux revues les plus prestigieuses. Il est par contre intéressant de se renseigner sur la revue qui diffuse tel ou tel appel à contribution. Dans ce contexte, on peut penser à consulter la base de données JournalBase qui contient des infos pratiques sur le champ disciplinaire, le site web de la revue, sa langue de publication, son éditeur, son statut, et sur la comparaison des référencements de cette revue dans les bases de données internationales et nationales.

Cibler les appels à communication

Pour ce qui concerne la participation à des colloques ou journées d’études, il est important de filtrer stratégiquement les offres. La mention d’une publication des actes du colloque peut être stratégiquement intéressante ; de même, il convient de bien lire les modalités de participation stipulées dans l’appel et de ne pas hésiter à demander conseil à son/sa directeur/trice de thèse.

Pour un premier article ou une première communication, il ne faut sans doute pas viser trop haut !

La rédaction d’une proposition de communication

Deux documents sont généralement à envoyer pour répondre à un appel : une proposition de communication ou de contribution et une notice bio-bibliographique. Ces types de textes sont soumis à un certains nombre de règles et de conventions ayant trait à leur contenu et à leur présentation formelle, qui peuvent éventuellement varier légèrement selon les disciplines. Ne pas hésiter donc à se renseigner auprès de son/sa directeur/trice de thèse !

Contenu d’une proposition de communication/de contribution

Une proposition de communication/de contribution doit annoncer une problématique et montrer en quoi celle-ci est pertinente au regard du sujet traité lors du colloque ou dans la revue. Si l’appel développe les différents axes du colloque, il est judicieux de nommer explicitement celui dans lequel s’inscrivent nos réflexions. Il convient aussi de mentionner l’approche méthodologique choisie et le corpus utilisé. Après avoir développé en quelques lignes les grandes pistes de son développement, il est possible d’esquisser le plan de la future communication ou de l’article, ce qui permet de montrer que même si le texte n’est (souvent) pas encore écrit, il n’en est pas au stade de simple projet. Enfin, il peut être judicieux de noter 4 ou 5 mots-clefs de sa recherche en bas du document.

Dans ce contexte de concurrence, il faut savoir vendre sa proposition : donner aux lecteurs l’envie d’en savoir plus, faire preuve d’aisance dans l’élaboration théorique sans pour autant s’enfermer dans une présentation hermétique (ne pas oublier que les lecteurs nous évaluent mais qu’ils ne sont pas forcément des spécialistes de notre champ de recherche !).

Enfin, il convient ici de rappeler que la thèse doit dans certaines disciplines rester originale jusqu’à la soutenance, auquel cas il ne saurait être possible de faire des copier-coller. Par contre, il est intéressant d’approfondir un point de son doctorat ou même d’explorer d’autres pistes dans le cadre d’un article ou d’une communication.

Conventions formelles de la proposition de communication/de contribution

La longueur de la proposition dépendra de la demande généralement formulée en bas de l’appel : souvent, la proposition, concise, ne doit pas excéder 15 à 20 lignes. Afin de simplifier le travail des organisateurs et membres du comité scientifique et/ou de rédaction, il est indispensable de bien noter son nom, ses coordonnées et le titre prévisionnel de la communication/de l’article. Les organisateurs apprécieront de ne pas avoir à convertir le fichier pour le lire, ni même à le renommer pour le diffuser aux relecteurs : pensez à l’envoyer en PDF (ou word), et préférez un titre du type NOM_motclefdevotreproposition_colloquexx. Cela donnera d’entrée un bon a priori sur vous et pourra laisser penser que vous avez l’habitude de ce genre de travail ! Dernier conseil : se faire relire par un collègue, par son/sa directeur/trice de thèse, est indispensable.

La présentation bio-bibliographique

Ce document est généralement attendu et est à envoyer dans un fichier distinct. Il contient tout d’abord une présentation biographique avec mention du titre de thèse, du/de la directeur/trice de recherche, du laboratoire, du domaine de recherche et des publications éventuelles. Il est tout à fait judicieux d’évoquer ici des activités complémentaires telles que l’enseignement ou encore l’investissement dans une association de doctorants… Éviter de se présenter en termes de statut d’étudiant : le doctorat est une expérience professionnelle à part entière ! La seconde partie de la notice bio-bibliographique présente, comme son nom l’indique, les principales sources de littérature secondaire relatives à la communication.

Au niveau formel, il est généralement attendu que la notice biographique soit présentée sous forme d’un paragraphe rédigé à la troisième personne (c’est le code du genre, il peut paraître certes un peu surprenant la première fois de se présenter ainsi…)

 

Il faut savoir prendre son courage à deux mains et se lancer dans cette expérience de la rédaction de propositions de communication et de contribution.
Ne pas croire que les dés sont joués d’avance et qu’on ne peut publier que si on connaît les membres du comité de rédaction !
Ne pas croire qu’on ne se relèvera pas d’un refus !
Ne pas hésiter à prendre en compte les remarques des comités de rédaction qui nous recalent pour retravailler sa proposition et l’envoyer à une autre revue !


Delphine Klein

Rédactrice en chef de ce carnet, Delphine Klein enseigne l'histoire et la géographie en allemand dans la section binationale Abibac du lycée Honoré d'Urfé de St Etienne et donne des cours de littérature allemande contemporaine et de traduction à l'Université Jean Monnet de St Etienne.

More Posts - Website

15 réflexions au sujet de « Du repérage des appels à communication à la rédaction d’une proposition (en SHS) »

  1. merci pour ces conseils ; je vous en remercie grandement, cela me permettra vraiment de réaliser mon tout premier appel à communication

  2. Je vous remercie infiniment pour toutes les explications apportées à ce sujet, c’est vraiment une aide précieuse pour les nouvelles et nouveaux chercheurs (ses). Merci encore une fois.

  3. Merci pour ces conseils qui vont nous être utiles pour nos premiers pas dans le domaine de la recherche.

  4. C’est super ce que vous faites. Merci beaucoup pour ce tutoriel, si je puis me permettre d’appeler cela ainsi. Je suis en fin de Master en Francophonie et Mondialisation et je suis vraiment désireux de tester mes capacités dans le domaine de la recherche, en commençant déjà à produire des articles dignes de ce nom. Je souhaite arriver en thèse avec au moins 3 publications déjà.

    Votre conseil est d’autant plus intéressant que j’apprends avec vous, que l’on peut surveiller et postuler à des appels à contributions pour séminaires, colloques et autres types de publications. C’est vraiment une super nouvelle. Je ne connais pas de meilleur stimulant pour moi que celui de la recherche.

    Encore merci à vous. Tous mes encouragements !! Vamos !!

  5. Bonjour,
    Je vous remercie pour ces conseils précieux!
    Je suis doctorante en première année et là mon co-encadrant nous demande de trouver des conférences ou journaux pour proposer notre première contribution. Je connais des journaux de haut niveau comme IEEE mais c’est loin que la lune pour moi. J aurai besoin de vos conseils pour des confs ou journaux scientifiques en lien avec la logistique. Merci

  6. merci pour ces conseils explicites clair et nets , des novices comme moi en ont bien besoin
    bonne continuation

  7. Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce post détaillé. Il m’a beaucoup aidé dans la rédaction et la préparation de mon premier projet de communication. Maintenant je croise les doigts!
    Merci encore,
    Cordialement.
    Daria

  8. Bonjour,
    En tant que rédactrice en chef de Calenda, je vous remercie de l’avoir signalé comme incontournable ! Nous travaillons à une nouvelle version du site qui sortira très prochainement, et qui devrait le rendre encore plus pratique d’utilisation, notamment sur la recherche croisée par date, discipline et type d’annonce par exemple.
    Comme toujours, nous serons preneurs de retours sur la nouvelle version du site, et de tout ce qui pourra nous aider encore à l’améliorer.
    Merci,
    Delphine Cavallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *