L’École française d’Athènes : une école ouverte à toutes les disciplines

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Contrairement à ce que l’on pense, l’École française d’Athènes n’est pas ouverte qu’aux disciplines consacrées à l’Antiquité (histoire, archéologie, numismatique…) : les géographes travaillant sur la Grèce ou sur des régions liées à la Grèce, les historiens des époques moderne et contemporaine, y sont également les bienvenus.

Lire la suite

Le contrat doctoral unique, une réalité pour une minorité de doctorants ?

Galerie

Première partie du compte-rendu de la réunion du 27 février 2014 sur le Contrat Doctoral Unique (CDU), avec Jennifer Randall et Eric Freyssingeas, responsables du suivi des contrats doctoraux respectivement en lettres et sciences humaines et en sciences exactes à l’ENS de Lyon. Présentation générale des différents financements.

Lire la suite

Les contrats doctoraux spécifiques aux élèves des ENS et de l’École Polytechnique

Galerie

Deuxième partie du compte-rendu de la réunion du 27 février 2014 sur le Contrat Doctoral Unique (CDU), avec Jennifer Randall et Eric Freyssingeas, responsables du suivi des contrats doctoraux respectivement en lettres et sciences humaines et en sciences exactes à l’ENS de Lyon. Présentation des financements proposés aux normaliens et polytechniciens.

Lire la suite

Les contrats doctoraux délivrés par les Écoles Doctorales et les autres financements

Galerie

Troisième partie du compte-rendu de la réunion du 27 février 2014 sur le Contrat Doctoral Unique (CDU), avec Jennifer Randall et Eric Freyssingeas, responsables du suivi des contrats doctoraux respectivement en lettres et sciences humaines et en sciences exactes à l’ENS de Lyon. Focus sur les contrats doctoraux des Écoles Doctorales et les autres types de financement existants.

Lire la suite

Le dispositif CIFRE, de plus en plus mobilisé en sciences humaines et sociales

Galerie

Les CIFRE, seulement pour les ingénieurs ?

Des inégalités sciences humaines/sciences dures sont ici manifestes, si l’on considère que 42 % du total des CIFRE obtenues en 2012 relèvent de deux domaines scientifiques : les sciences de l’Ingénieur et les Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication.

Lire la suite

Valoriser et partager ses recherches au travers du numérique – 14 octobre 2013

Valoriser et partager ses recherches au travers du numérique : compte rendu de l’atelier animé par Evelyne Jardin, Yves Moreau et Aurélien Zaragori et organisé par Enthèse (ISH – 14 octobre 2013).

Le 14 octobre 2013, Enthèse a eu le plaisir d’accueillir ses adhérents pour un atelier d’une très grante utilité dans le travail quotidien du doctorant : une soirée entière consacrée à divers outils numériques permettant d’organiser ses recherches et de communiquer (blogging et micro-blogging). La conférence donnée par Evelyne Jardin, une datajournaliste spécialiste du doctorat et des outils numériques qui lui sont dédiés, a été enrichie par les témoignages de deux doctorant (Aurélien Zaragori sur la plateforme académique Academia.edu) et jeune docteur (Yves Moreau sur Twitter et les enjeux juridiques des publications numériques).

Plutôt qu’un catalogue exhaustif, impossible et statique, des outils présentés, nous vous proposons dans ce billet une petite synthèse des principaux types d’outils, étayée de quelques exemples soigneusement sélectionnés, ainsi que des principaux enjeux. Nous espérons vous convaincre par là, si ce n’est déjà le cas, du grand intérêt, sinon de la nécessité, d’utiliser ces outils. Même si l’investissement peut au début paraître une perte de temps et d’énergie, ces outils finiront avec l’usage par vous faire gagner en temps et en efficacité.

Marie-Anne Paveau (linguiste à Paris XIII très impliquée dans les humanités numériques) propose de classer les services et ressources web 2.0 en quatre grandes catégories, parfois contestables, mais qui permet de mettre un peu d’ordre dans le foisonnement des outils disponibles :

1) Des outils pour disséminer et diffuser :

  • communiquer : Google Chat, Skype
  • agréger : Pearltree, Tumblr (déjà un outil de micro-blogging, à mi chemin entre agrégation et publication)
  • publier :
    • Word Press (création de sites ou blogs incluant la possibilité d’être héberger ou de télécharger c’est-à-dire d’avoir son propre hébergeur ; un outil open source soutenu par une communauté d’informaticiens qui travaillent à l’amélioration du produit)
    • Blogger : un autre exemple mais non « libre » (propriété de Google)
    • Slides Share : un outil de partage de diaporamas avec possibilité de se faire connaître et de puiser des données et ressources pour ses propres présentations (veille)
    • Project
    • e maze : permet de faire des présentations rapides et en ligne (stockées sur sur un cloud ou serveur distant)

On peut ici s’interroger sur l’essor considérable des outils en ligne et du cloud, qui succède et supplante la pratique du téléchargement et du stockage sur nos disques durs : on peut l’expliquer d’une part par la généralisation des smartphones contraints par leur faible capacité de stockage et d’autre part par les possibiltiés de collaboration et de travail en groupe que le cloud autorise.

2) Des outils pour identifier et sélectionner

3) Des outils pour lire

4) Des outils pour rédiger

Ces trois derniers types d’outils n’ont pas été abordés au cours de cet atelier, volontairement ciblé sur les outils de dissémination et diffusion. Mais ils pourraient faire l’objet d’une autre conférence si vous en manifestez le besoin.

La conférence a également été consacrée aux extensions Firefox. Parmi les plus utiles à retenir et les plus populaires :

  • Copy Plain Text: permet de faire du copier-coller en enlevant les formatages (par exemple pour copier-coller un texte word sur un blog et pour désamorcer les codes pirates ou codes malicieux, permettant de gagner en sécurité)
  • Quick Translator : permet de traduire des pages
  • Similar Sites : pour trouver des sites proches de ceux qui nous intéressent, en enclenchant une recherche par domino ou en cascade
  • Print Page to PDF : convertit des pages HTML en PDF
  • Fire Shot : capture une partie de l’écran et inclut la possibilité d’annoter (prise de notes et réécritures sur le document même)
  • Pocket : pour mettre de côté des pages à lire plus tard même si on est offline

Autres extensions / non Firefox (Google Chrome) : Label 59 edu : permet de rendre des contenus interactifs et dynamiques (ressemble à Prezi)

En dehors de Google, d’autres moteurs de recherche utiles aux chercheurs ont été présentés : ABES, Google Scholar, Scirus (pour les sciences « dures »), Isidore, Twitter (qui a aussi son moteur de recherche avancé très performant, qui permet notamment de chercher par géolocalisation – un outil pour trouver des personnes, des contacts), Topsy (un moteur de recherche sur les réseaux sociaux, plus large que Twitter), Qwant (moteur français, présentation différente que Google, sous forme de colonnes, plus riche en information), IxQuick (qui ne trace pas les données et préserve la confidentialité) de même que DuckduckGo.

Concernant le blogging scientifique, force est de constater le (relatif) retard français par rapport aux milieux anglo-saxons. Avant d’ouvrir un blog, il est important de se demander d’abord POUR QUI on bloggue et d’être sûr de son public : ces choix auront un impact fort sur notre façon de blogguer, le contenu, la forme et la plateforme choisie. S’adresse-t-on a ses pairs ou au grand public ? On ne peut pas tout faire. Il est donc essentiel de multiplier et diversifier les supports.

Une journée sur le blogging organisée par Hypothèses (Aurélien Berra) a permis de mettre en évidence la diversité des blogs et des pratiques des blogging :

  • des blogs individuels
  • des blogs collectifs : blogs de labos, d’association, de projets (obligation pour tous les projets européens), blogs autour de sujets de recherche (par exemple carnet de « terrain » sur les grottes, qui cherche à montrer la science en train de se faire, de s’écrire et à ouvrir au public une grotte fermée)
  • des blogs pédagogiques ou d’enseignement : blogs de master (Master à Paris X, Master Archinfo) : permet d’interagir avec les étudiants, en dehors et au-delà du cours aussi
  • des blogs de revues scientifiques (rares) : se pose ici le problème de l’articulation à la revue papier, des problèmes d’édition et d’évaluation

De ce point de vue de l’évaluation et de la reconnaissance de la valeur « scientifique des blogs », faut-il normaliser, imposer des conventions et proposer des critères de classement ? Le risque n’est-il pas de priver les jeunes chercheurs d’un espace de liberté, de respiration, en dehors de l’exercice académique de la thèse ou de l’article scientifique ?

Faut-il ouvrir un blog quand on est en thèse ? Les critiques sont nombreuses et connues : le blogging serait chronophage, non sérieux, et manquerait d’interactivité. Mais est-ce vraiment une perte de temps, ne permet-il pas d’en gagner par la suite, à long terme, lors du travail de rédaction de la thèse, en permettant une première formalisation de sa réflexion, de retracer les étapes et le processus de ses recherches, de « dédramatiser » l’écriture de la thèse et enfin de se faire connaître et se donner la chance d’être lu et commenté dans un contexte « décomplexé » ? Le défaut d’intéractivité ne peut-il être surmonté en couplant le blog avec d’autres outils comme Twitter ?

La conférence a été également l’occasion de se pencher sur les réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter. L’idée à retenir est qu’il ne faut pas tourner le dos à ces outils sous prétexte qu’ils ne sont pas sérieux, à cause des usages qui en sont faits, ou parce qu’ils ne nous sont pas familiers. Il faut s’adapter aux pratiques de nos publics potentiels, afin de s’assurer la plus large diffusion possible, et ne se fermer aucune porte. En prenant garde toutefois de ne pas mélanger les genres et les supports : ouvrir sa page Fan sur Facebook (mais faire attention à ouvrir une page et non un profil (compte) ou un groupe) permet de faire le lien avec les étudiants, d’être connectés avec des institutions qui ont leur page. En outre, Facebook met en avant des photos et permet de toucher un large public. Twitter présente d’autres intérêts, complémentaires, et s’adresse à d’autres publics : c’est un outil de conversation avant tout (live tweet au moyen d’un hashtag), dont la temporalité est plus courte. Il faut s’y mettre car il prend une importance croissante et l’on observe même une migration des utilisateurs de Facebook vers Twitter. C’est aussi un outil de veille précieux ou de recherche d’emploi. L’envers du décor, c’est la perte de maîtrise de ses données personnelles, et le business model qui peut rendre perplexe voire hostile. D’autres réseaux existent : Research Gate pour les « sciences exactes», Academia.edu pour les sciences humaines et sociales, des réseaux professionnels génériques (LinkedIn ou son concurrent français Viadeo), réseaux scientifiques comme Elgg. Il est conseillé sur Academia de ne pas mettre les PDF de ses publications, mais seulement les résumés éventuellement assortis d’un lien vers HAL-SHS, afin d’éviter toute commercialisation abusive de vos données.

Il a enfin été question à la fin de cet atelier de notre e-réputation, qui peut faire sourire mais ne doit pas être négligée dans un contexte de concurrence croissante. Comment contrôler son ou ses identité(s) numériques ? Se « googliser » régulièrement est une première solution, mais qui a ses limites (qui sont celles du moteur de recherche Google, connues de tous). Consulter des sites spécialisés comme « 123 people », « Social mention » ou « Klout » (qui mesure votre ranking est une autre solution.