La campagne pour les postes d’ATER : quelques conseils

Intervenants de la réunion ENthèSE du 13 mars 2012

Anna Cannavo, docteur en histoire ancienne (Université Lyon II), deux années de lectorat à l’ENS de Lyon, puis deux années d’ATER (histoire et archéologie grecques, puis histoire grecque).

Camille Hochedez, doctorante en géographie (Université Lyon II), deux années d’ATER à l’ENS de Lyon (demi-poste puis poste complet).

Qu’est-ce qu’un poste d’ATER

Les postes d’ATER (Attachés Temporaires d’Enseignement et de Recherche) sont créés pour combler une vacance de poste.

Ils permettent aux doctorants en fin de contrat doctoral ou aux docteurs en recherche de poste de faire la transition entre monitorat et poste de Maître de conférences.

Le service est de 128 heures CM = 192h TD pour un salaire net de 1693,85 €, plus une prime de recherche versée en plus du salaire d’ATER en une ou deux fois de 1228,93 €. Il est également possible d’exercer ses fonctions à temps partiel (64h CM = 96 h TD) pour un salaire de 1228,93 € (la prime est alors divisée par deux). Les demi-postes sont de plus en plus rares, car plus coûteux pour les établissements.

Les ATER servent de variables d’ajustement et disposent donc de peu de marge de manœuvre dans la constitution de leur service.

Attention ! Certaines universités semblent désormais proposer des postes (complets ou partiels) sur un seul semestre – il faut être extrêmement attentif lorsque l’on accepte un poste dont le service est concentré sur un semestre, et s’assurer qu’il s’agit bien d’un ATER commençant au 1er septembre et payé toute l’année, pour éviter de fâcheuses déconvenues.

Plus de détails sur http://www.education.gouv.fr/cid1217/les-attaches-temporaires.html

Maîtres de langue et lecteurs

Il existe également des postes de Maîtres de langues et de lecteur pour les linguistes ayant la double nationalité, n’ayant pas la nationalité française ou pour les français bilingues (« La langue étrangère au titre de laquelle les candidats se présentent doit être leur langue maternelle ou une autre langue qu’ils pratiquent à l’égal de leur langue maternelle ». Décret n°87-754 du 14 septembre 1987).

Ils ne sont publiés nulle part : il faut présenter des candidatures spontanées dans les universités (CV, lettre de motivation, adressés au directeur de l’UFR). Pensez aux universités où la langue ne fait pas l’objet d’un cursus mais est tout de même enseignée.

Si le poste de Maître de langues est l’équivalent d’un poste d’ATER, le lecteur, lui, doit 300h équivalent TP (laboratoire de langues) ; il peut faire des TD (cours de langue), à hauteur de 100h maximum dans le service.

Candidatures

Le calendrier : la campagne est très échelonnée, les postes paraissent environ entre mars et juillet ; mais la libération tardive de postes (au cours du premier semestre) est toujours possible, pour cause de désistement de dernière minute d’un professeur nouvellement recruté. Une seconde campagne a parfois lieu dans certains universités, il faut surveiller leur site (par flux RSS).

Pour suivre la campagne : la guilde des doctorants, http://guilde.jeunes-chercheurs.org/ Ce site est mis à jour par les doctorants, il n’est donc pas forcément exhaustif.  Il semblerait que le MESR ouvre dans les prochaines semaines un module ALTAIR sur GALAXIE pour centraliser les candidatures… A suivre !

Le recrutement

Si le recrutement des PR et des MCF implique, après une première sélection sur dossier, une audition des candidats sélectionnés, il n’en va pas de même pour les ATER : rares sont les universités qui auditionnent (Lyon 3 par exemple). Le dossier est donc le seul élément déterminant.

Dans le CV et la lettre de motivation, l’enseignement prime de beaucoup sur la recherche. Il faut détailler les cours donnés auparavant (nature, nombre d’heure, niveau) : donnez l’éventail le plus large possible de compétences en matière d’enseignement et mentionnez tous les types d’enseignements (même hors-universitaires).

Quelques conseils pratiques

Sur le dossier lui-même

  • Si l’on est titulaire du CAPES ou de l’agrégation, se renseigner comme « fonctionnaire de catégorie A », ce qui donne droit à 4 ans d’ATER au lieu de 2.
  • Le dossier doit être efficace : les secrétariats et commissions en reçoivent un grand nombre. Glissez dans l’enveloppe une liste des pièces fournies ; les secrétariats éliminent parfois les dossiers incomplets sans recontacter les candidats. Envoyez les dossiers le plus tôt possible pour pouvoir réagir en cas d’oubli d’une pièce.
  • Chaque université a des demandes particulières, les pièces à fournir sont variables. Quelques basiques à photocopier en masse : la carte d’identité, d’étudiant, les diplômes. Les dossiers demandent parfois des attestations du directeur : attention à sa disponibilité au moment de la constitution des dossiers ; n’hésitez pas à faire une lettre-type de recommandation, signée, et à l’ajouter quand bien même elle est n’est pas demandée.
  • Faites relire vos dossiers (si possible par des recruteurs dans le privé) pour une simple question de présentation.
  • La campagne coûte cher en enveloppes,  photocopies et frais postaux. Prévoyez un budget spécial dans vos dépenses de printemps…

Sur la stratégie

  • Une même matière peut être enseignée dans plusieurs facultés ; renseignez-vous aussi sur les sections connexes à la vôtre (ex. sociologie/ sciences de l’éducation, littérature française/ sciences de la communication)
  • Pour les postes qui vous tiennent particulièrement à cœur, vous pouvez contacter les directeurs d’UFR/ de département pour vous annoncer. Si l’université de vos rêves n’ouvre pas de poste dans votre section, envoyez tout de même une candidature spontanée.
  • Ne postulez JAMAIS à des postes que vous refuseriez.

Après l’envoi des dossiers

N’oubliez pas les démarches auprès des rectorats : pour les vœux intra-académiques : choisissez obligatoirement un poste de TZR et prévenez le rectorat ; une fois le poste obtenu contactez immédiatement le rectorat.

En cas de refus de détachement : contactez les syndicats, le représentant syndical du lycée d’affectation, la société des agrégés de l’université, l’Université qui veut vous recruter pour essayer d’obtenir gain de cause.


Une réflexion au sujet de « La campagne pour les postes d’ATER : quelques conseils »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *