https://secure.flickr.com/photos/jiscinfonet/161652086

Concepts et outils du travail collaboratif

Les récents développements des technologies de l’information ont beaucoup changé la notion de travail collaboratif de même que ses outils. Il existe par exemple de nombreuses manières de discuter d’un projet, de prendre des décisions ou d’écrire un texte à plusieurs mains et à distance, qui facilitent grandement la tâche des groupes dispersés et permet de rester en contact au fil du temps, voire suivant le rythme de chacun, sans avoir à passer par des processus lourds comme des visioconférences, qui requièrent la présence simultanée de tous les participants.

Les modalités du travail en commun

Rappelons tout d’abord que le travail collaboratif (par opposition à coopératif) se fait sans division fixe des tâches, chacun peut travailler en parallèle. L’essentiel est alors d’être informé de ce que les autres font ou veulent faire. C’est dans cette perspective que s’inscrivent les outils et les méthodes que je vais présenter dans ce billet.

Aujourd’hui, le travail en commun concerne à la fois des groupes, où tout le monde ne se connaît pas forcément, des communautés virtuelles d’intérêts et des réseaux sociaux. Aux outils tels que les listes de diffusion, le forum ou les dossiers partagés se sont ajoutés des outils de travail où le dialogue se fait quasi instantanément. Une offre variée d’outils de formation, de communication, d’organisation, de stockage et de création intéresse des publics toujours plus divers. Pour une description de tous ces enjeux, voir ce module de formation.

Quelques outils

Au-delà de l’allure « gadget » des pense-bête et autres murs interactifs, les concepts commes les outils développés dans ce cadre peuvent trouver une grande résonance dans le domaine de la formation, puisqu’il permettent à un enseignant de diriger un travail groupé et/ou d’avoir des retours immédiats sur ce qu’il est en train de faire.

La valeur pédagogique de la construction d’un savoir à plusieurs n’est pas à démontrer, et les pratiques collaboratives dans l’enseignement se sont diversifiées, toutes matières confondues. La réalisation de wikis illustre bien ce qu’un travail effectué collectivement peut apporter. Cette carte mentale sur l’utilisation pédagogique des outils web 2.0 recense de nombreuses pistes.

L’écriture collaborative avec Etherpad

Concernant le travail de thèse, l’idée de bloc-notes collectif me semble particulièrement probante. Le logiciel Etherpad propose des fonctionnalités intéressantes, comme des sauvegardes permanentes et un fil temporel qui permet de revenir à un état d’édition antérieur ou des versions bien précises, arrêtées à la main cette fois. Les contributions des différents auteurs s’affichent en temps réel dans des couleurs différentes, et une fenêtre de chat permet de discuter si besoin est. Etherpad opère entièrement en ligne, il nécessite donc un serveur mais nombreux sont les sites qui le mettent à disposition gratuitement, en voici une liste.

La formule proposée par le réseau Framasoft, framapad.org semble convaincante par sa disponibilité et ses conditions d’utilisation : il est possible de créer un « pad » (ou bloc-notes) immédiatement, on peut aussi créer un compte pour gérer différents projets, il a peu de restrictions (à ce jour 16 contributeurs maximum et pas plus de 2000 lignes en copier-coller), et le service est gratuit.

L’intelligence collective et ses limites

Les particularités inhérentes au travail en commun et à la notion d’intelligence collective ont été résumées dans ce schéma réalisé par la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING). Donner une structure efficace à un groupe s’apparente à créer un jeu de rôle : il faut répartir le travail entre différents postes, à commencer par la recherche d’idées, la synthèse et la coordination. Certains parlent ainsi d’un découpage à travers les rôles suivants : « chef d’orchestre », « attrapeur », « cartographe » et « explorateurs » (voir ce wiki sur la production collaborative).

Enfin, pour conclure sur une note critique, le travail en groupes présente aussi certaines limites, décrites dans ce billet sur le risque de l’idéologie du groupe. La solitude n’est pas à la mode, pourtant il n’est pas démontré que la créativité et l’efficacité sont dépendantes de l’adoption du modèle collaboratif. Les participants peuvent par exemple être tentés de laisser travailler les autres. Ce qui nous ramène au travail de thèse et sa dominante solitaire… C’est précisément pour essayer de résumer quelques éléments sur cette autre forme de travail que j’ai tenté d’esquisser la variété des enjeux, des concepts et des outils.

Parmi les sites qui offrent une vision globale et permettent de faire un travail de veille sur ce sujet, on pourra consulter le blog outilscollaboratifs.com qui présente de nombreux logiciels et services. L’arbre à idées d’ENthèSe compte une rubrique travail en commun.

 

Mise à jour : réflexion poursuivie dans ce billet → Outils numériques, travail collaboratif et formation.


Adrien Barbaresi

Doctorant et chargé de cours à l'ENS Lyon en linguistique informatique. Rédacteur en chef du carnet d'ENthèSe.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

16 réflexions sur “ Concepts et outils du travail collaboratif ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *