AGI-10 mailing6http://www.flickr.com/photos/davidorban/3894045830/

Savoir choisir ses colloques : pourquoi, comment, combien ?

Ce billet est le second volet d’un diptyque sur les colloques.

Pourquoi participer à des colloques?

Avant d’envisager le mode opératoire d’une participation à un colloque, il convient de rappeler quelles sont – devraient-être – les interrogations liminaires de tout doctorant n’ayant jamais présenté le fruit de ses recherches devant un public d’universitaires (ou un public plus large). La première question à se poser porte sur le but d’une telle démarche.

Pourquoi proposer une communication ? Pour valoriser notre travail de recherche.

Valoriser ses recherches, c’est d’abord informer un certain public de l’existence d’un sujet intéressant, porteur  et faire savoir que l’on s’y consacre. Il s’agit donc d’une manière de prendre sa place et de la délimiter dans un champ d’étude précis, sans pour autant prétendre coloniser un territoire et le défendre contre d’autres interventions possibles sur le sujet.
Les colloques offrent l’opportunité de se faire connaître dans le milieu universitaire, dans le cercle restreint des divers intervenants puis par réseaux de connaissances, dans un cercle plus large.

Valoriser ses recherches, c’est aussi être capable de présenter, de façon synthétique, le contenu et les objectifs de son travail, tâche parfois ardue pour le jeune doctorant qui n’a encore aucune idée du terminus ad quem de son travail ! Formuler son sujet, en indiquer l’axe ou les axes principaux contribue à conceptualiser notre travail, or toute participation à un colloque suppose que nous soyons capables de produire une brève présentation de nous et de nos recherches en cours, afin que les présidents de séance puissent établir rapidement notre fiche d’identité à l’attention de l’auditoire.

Le bénéfice est double : avoir une idée claire de notre travail de thèse et promouvoir notre reconnaissance professionnelle.

Appels à contribution, invitations : lesquels choisir et accepter?

Une fois ces prolégomènes établis vient le moment de choisir les colloques auxquels nous participerons. Dans la majorité des cas, il nous incombe d’effectuer nous-mêmes des recherches en consultant :

  • les panneaux d’affichage présents en salles des professeurs, dans les couloirs de l’université ou dans tout autre lieu de la vie étudiante et doctorale, comme les maisons de la recherche ou les écoles doctorales, les laboratoires de recherche, les UMR etc…
  • les rubriques consacrées à l’« agenda scientifique » des universités. Elles en proposent toutes une sur leur site web.
  • le site du CNRS qui recense les appels à communication
  • les sites web dédiés à la publication des appels à communication (liste non exhaustive) :

Ces sites ont le mérite de recenser et de regrouper les appels à communication, en relayant les informations transmises par les établissements de l’enseignement supérieur ou les associations. Il est conseillé de s’abonner aux flux RSS qui répondent à votre domaine de recherche.

  • Les sites de revues en ligne, qui ont l’avantage de proposer des appels plus spécifiques, selon la spécialisation du doctorant.
  • D’autres sites, comme celui du Ministère de la Culture, relaient l’information.

Il arrive que les directeurs de thèse indiquent à dessein à leurs étudiants la tenue d’un colloque auquel il serait judicieux qu’ils participent : dans une telle situation, notre tâche est facilitée. Il est en revanche beaucoup plus rare que l’on soit sollicité pour un premier colloque : les invitations supposent que l’on se soit fait connaître auparavant.

Selon quels arguments privilégier tel ou tel colloque ?

À l’évidence, il est nécessaire que le sujet nous intéresse et que nous soyons en mesure de l’approfondir en développant une partie de son contenu. Le but n’est pas de prétendre à l’exhaustivité : notre communication constitue une contribution et n’est pas censée répondre, de façon synthétique, à tous les enjeux du sujet. Une intervention dans un colloque est un éclairage donné sur une question ; le travail de synthèse est dévolu aux tables rondes qui viennent clore certains colloques ou à des membres d’honneurs auquel on a confié la responsabilité de conduire ce bilan.

Quels liens entre notre communication et le contenu de notre thèse ?

Par expérience et d’après les conseils qui m’ont été prodigués, il convient d’éviter les doublons purs entre notre communication et un chapitre de notre thèse. Il suffit de consulter un curriculum vitae pour se rendre compte que telle intervention a été replacée verbatim dans un chapitre de notre thèse. Ceci n’a rien de déshonorant, mais il est préférable de déjouer ce genre de facilité.

Néanmoins, gardons à l’esprit l’idée que notre participation à un colloque doit être, dans la mesure du possible, profitable à notre thèse, soit en nous permettant de développer une partie de notre réflexion que nous n’avons pas encore approfondie, soit en nous conduisant à explorer notre sujet au-delà des limites que nous avons fixées. Dans ce cas, le plus impliquant le moins, nous disposons d’éléments de recherche qui n’entreront pas nécessairement dans le cadre de la rédaction de notre thèse mais qui constituent un prolongement toujours exploitable pour des travaux futurs, voire, dans l’immédiat, pour la justification des limites de notre corpus ou de notre axe d’étude.

Fréquence des colloques

Remplir son CV, oui, mais intelligemment : il est important de donner la priorité à la rédaction de la thèse au cours du doctorat. Malgré les obligations connexes qui sont celles du doctorant, tant les charges de cours (monitorat, charges de TD, poste d’ATER, poste de PRAG, poste dans le secondaire) que les formations et, plus généralement, la participation à la vie doctorale (associations, bureaux des doctorants etc…), mieux vaut ne pas trop s’éparpiller et cette recommandation est valable pour les colloques. Une bonne thèse, couronnée par les félicitations du jury, vaut mieux qu’une thèse médiocre assortie d’une pléthore de communications.

Les écoles doctorales ne donnent pas de consignes précises sur le nombre de colloques à tenir au cours d’un doctorat. Il semble que le minimum soit de trois, c’est-à-dire selon un rythme raisonnable permettant de rester en contact avec l’ensemble du milieu universitaire sans sacrifier la rédaction. Bien naturellement, il est indispensable, en amont de notre cursus doctoral, de nous mettre d’accord avec notre directeur de thèse sur la conduite à suivre pendant les années consacrées à la thèse. Ces précautions sont aussi favorables à la programmation de notre travail à moyen ou long terme.

Conclusion

Utilité du colloque, cohérence avec notre sujet de thèse, pertinence de notre communication par rapport à la problématique d’ensemble indiquée par les organisateurs de la rencontre, tels sont les arguments qui confèrent sa légitimité à notre intervention dans un colloque.

Quelques liens utiles


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions sur “ Savoir choisir ses colloques : pourquoi, comment, combien ? ”

    1. Oui, j’avais consulté ce lien. L’argument du “terroir” n’est malheureusement pas toujours aussi séduisant! (B. P. Peralez)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">